Le Collectif d’Urgence de la Communauté Juive et des Défenseurs de la République, déplore l’adoption par le Sénat à 7 voix près d’une résolution de reconnaissance de l’Etat de Palestine.

Pour toutes les associations regroupées dans ce Collectif, cette résolution de reconnaissance unilatérale est prématurée et sera, nous n’en doutons pas, de nature à conforter la partie palestinienne à plus d’irrédentisme ainsi qu’à encourager les factions terroristes islamo-palestiniennes dans leur détermination mortifère.

Nous considérons que cette prise de position du Parlement Français , contrairement aux prétendues intentions des auteurs de la résolution, ne ramènera ni la paix dans la région, ni l’harmonie dans notre pays. A contrario, elle confortera, dans leur militantisme actif, toutes celles et tous ceux qui seront séduits et encouragés par le combat communautariste politique.

Nous restons convaincus que l’antisémitisme suscité par l’incitation à la haine d’Israël va s’aggraver en dépit de toutes les déclarations officielles, et obligera l’Etat à s’impliquer toujours plus dans une sécurisation renforcée pour être à même de protéger les personnes et les biens des juifs de France.

Ceux des orateurs qui se sont crus obligés d’évoquer la mort fortuite d’un ministre palestinien lors d’une manifestation, n’auront réussi, par leurs propos, qu’à exciter les populations hostiles aux juifs et seront comptables des conséquences prévisibles. En effet, s’il faut regretter cette mort, il est regrettable d’occulter le fait que cet homme, disciple d’Abou Nidal, auteur de l’attentat de la rue des Rosiers à Paris, est lui même l’assassin de deux enfants juifs.

La mort d’un manifestant en France n’a jamais remis en cause la légitimité de notre état, ni de sa police (l’actualité récente le démontre), alors pourquoi les mêmes sénateurs mentionnent-ils à la tribune du Sénat la mort d’un manifestant palestinien, fut-il ministre, ,au risque superflu d’exacerber les passions anti-juives.

Le représentant du gouvernement, comme les autres orateurs pro-palestiniens, qui évoquent la paix et la sécurité n’expliquent pas ce que pourrait craindre Israël, en terme de sécurité, après un traité de Paix avec les palestiniens puisqu’ils laissent poindre la nécessité de la sécuriser.

Ce même secrétaire d’État annonce que le Quai d’Orsay agira avec l’Union Européenne et la Ligue arabe, ce que nous percevons comme «tous contre un, tous contre l’Etat Juif» pour imposer une paix sans contour connu, sans préciser à quelles responsabilités sera tenue la future Palestine, et surtout, en omettant de préciser, les contreparties auxquelles l’autorité palestinienne devra consentir.

Les fondateurs du Collectif d’Urgence appellent les dirigeants des organisations Juives et amis d’Israël à continuer de se mobiliser pour répondre à la gravité de la situation et aux nombreux défis auxquels les Français Juifs et au delà, l’ensemble des républicains, sont confrontés.

En tout état cause, après les erreurs stratégiques majeures commises tant en Libye, qu’en Iran, en Irak ou en Syrie et que nous payons lourdement aujourd’hui, le Collectif d’Urgence de la Communauté Juive et des Défenseurs de la République tient à prendre date face à la Nation afin de rappeler, le moment venue, les errances initiées en ce jour.