C’est une disgrâce. Plusieurs organisations et personnalités juives américaines menacent donc de boycotter Israël (y compris en arrêtant de financer des fonds d’aide aux personnes en difficulté) tant que l’État hébreu n’aura pas cédé à leur volonté d’imposer les vues du judaïsme libéral au Mur Occidental («Mur des Lamentations»).

Les Juifs libéraux revendiquant en l’occurence une partie mixte pour prier entre hommes et femmes le long du Mur sacré (la belle affaire!) . Un autre point d’achoppement, plus prégnant celui-là, est la procédure des conversions qui selon les Juifs américains libéraux et autres réformistes ne devrait pas être uniquement entre les mains des Juifs «ultra-orthodoxes ».

Le combat des Juifs américains libéraux autour du Mur Occidental est indigne car on ne peut décemment utiliser ce lieu saint en le politisant à des fins de prétendus progrès « sociétaux » (l’égalité hommes/femmes qui est pourtant respectée au Mur).

Précisons que l’immense majorité des Juifs israéliens (vous savez, ceux qui votent et qui se prennent les roquettes du Hamas sur la tête) ne sont pas libéraux et ne veulent pas d’une guerre stérile autour d’un problème qui n’existe pas car hommes et femmes prient au Mur occidental de la même façon mais séparément.

L’État d’Israël a même, afin de montrer sa bonne volonté, construit une plate-forme sur laquelle hommes et femmes peuvent prier ensemble le long du mur de la Place du Mont du Temple (l’Arche de Robinson).

Quant au sujet des conversions, il reste un problème épineux et mon but n’est pas d’en débattre ici mais je considère personnellement que le judaïsme libéral manque totalement de légitimité pour convertir qui que ce soit puisque ce mouvement assume pleinement la violation de plusieurs lois de la Torah au nom d’un pseudo-progrès.

Je veux surtout exprimer dans ce texte mon dégoût face aux menaces de boycott et au paternalisme des Juifs américains vis-a-vis d’Israël.

Rappelons que les Juifs américains ont, par deux fois et à plus de 70 %, votés, sans se soucier d’Israël, pour Barack Hussein Obama qui fut parfaitement hostile à I’État juif et dont l’héritage politique catastrophique laisse l’État hébreu menacé de destruction par une République Islamique d’Iran nettement renforcée par les décisions de l’ancien exécutif américain.

Nous n’avons donc pas de leçon à recevoir de la communauté juive américaine.

Chalom al Israël .