La visite officielle du Premier Ministre indien M. Narendra Modi en Israël fut historique pour plusieurs raisons. Tout d’abord, ce fut la première fois qu’un chef de gouvernement indien venait en Israël.

La présence du leader d’un pays qui représente 1,3 milliard d’habitants dans le « petit » État juif montre l’importance accrue que l’État hébreu représente aux yeux des plus grandes puissances mondiales.

Malgré ce point essentiel, nous voulons surtout insister sur le fait qu’enfin un chef de gouvernement étranger aussi important que Modi eut le courage de se soumettre à la visite obligée au chef de l’Autorité palestinienne à Ramallah.

Mieux ! Le terme « Palestinien » ne fut même pas publiquement prononcé (comme l’a remarqué le journaliste Herb Keinon) bien que Modi participa à cinq allocutions publiques !

Les chefs d’État et de gouvernement étrangers en visite officielle en Israël n’ont de cesse, depuis la création de l’Autorité palestinienne, de faire allégeance au chef terroriste qui représente les « Palestiniens » (Arafat puis Abbas) afin de ne pas heurter la susceptibilité à fleur de peau du monde arabo-musulman.

M. Narendra Modi, en véritable homme d’État, ne céda pas à ce chantage. Honneur lui soit rendu ! Même l’Amérique se plie à cette insultante et veule diplomatie du « cinq minutes pour les Juifs, cinq minutes pour les tueurs de Juifs » ( je paraphrase ici la fameuse citation de Jean-Luc Godard qui énonce que « l’ objectivité, c’est 5 minutes pour Hitler, 5 minutes pour les Juifs » ; ce qui dans la bouche du cinéaste antisémite ne relève pas que de la boutade…).

Il est indispensable qu’Israël exige une nouvelle conduite diplomatique concernant les visites officielles des dignitaires étrangers. Il est en effet insupportable qu’un État démocratique luttant depuis sa (re)naissance contre le terrorisme soit mis sur un pied d’égalité avec une entité terroriste !

Il est d’ailleurs très intéressant de noter qu’aucune réaction violente ne fut enregistrée dans le monde arabo-musulman au sujet du refus de Modi de rencontrer Abbas lors de cette visite officielle en Israël.

À croire que c’est presque exclusivement en Occident aujourd’hui que l’on prête une attention toute particulière et passionnée à ceux que l’on nomme les Palestiniens. Quel paradoxe ! J’invite d’ ailleurs les responsables politiques et militaires israéliens à faire comme Modi pour que nous puissions enfin sortir du paradigme suicidaire des Accords d’Oslo.

Béni soit Modi !