Au lendemain de l’assassinat de ces 3 jeunes garçons israéliens, comment ne pas avoir le cœur douloureux ? Comment encore une fois ne pas être horrifié, en colère, donnant abjection d’avoir même suscité ce sentiment que l’on hait tant ?

Comment, devant ce jeune palestinien assassiné, ne peut on pas s’émouvoir et condamner plus que vivement ?

Ce que j’espère, c’est que dans les deux cas, sans exception aucune, et quels qu’ils soient, côté palestinien ou vengeance injuste et cruelle, les coupables soient retrouvés et punis avec la plus extrême sévérité, sans appel et sans mansuétude.

Je plains et plaide pour ce pays et peuple que j’aime fortement.

En de tels moments où le monde médiatique est toujours plus enclin à pointer Israël que le hamas ou le fatah, plus prolifique à relativiser ou détourner le problème réel qu’à faire l’effort non seulement d’une réflexion objective concernant ce pays, le moyen orient, les actes antijuifs de quelque nature que ce soit, combien il est important de rappeler à nos ami(e)s juif(ve)s que nous sommes à leurs côtés, les soutenons et comprenons encore une fois leur désarroi plus qu’évident.

Qu’il(elle)s sachent, encore une fois, que beaucoup d’ami(e)s non juif(ve)s, au-delà de l’honneur de soutenir une cause noble méritant un tel engagement, vous représentez pour notre part conscience aiguë de l’importance élevée auquel l’attachement envers Israël se veut posé et fondé.

Cette franche et sincère amitié, ce soutien indéfectible s’appuie sur le fait qu’Israël, le sionisme, notre profonde estime avec le peuple Juif ne sont pas des hobbies, mais sont et se doivent d’être réalité méritant l’essence qu’elle n’entend pas supputer, mais impose naturellement.

Cette amitié n’auditionne pas dans son expression un angélisme où le regard idyllique se transporterait dans un romantisme flou et subjectif, mais la démonstration et concrétisation de l’ensemble constitutif auquel, de part et d’autre, s’œuvre l’inclination d’esprit d’humanité unissant, invitant  et s’invitant sur cette voie de cohérence et objectivité agréant de fait cette digne et noble intelligence entre nos deux peuples.

Tout en luttant à leurs côtés contre l’antisémitisme, le racisme, l’antisionisme récurrent et ce négationnisme s’acharnant à mystifier et déverser sa haine niant sciemment ou de façon imbécile son authenticité historique et culturelle comme Etat et Nation Juive, ce lien puissant appelle non seulement à défendre, soutenir ces droits légitimes, mais également partager conjointement tout ce qui contribue à promouvoir et la vérité, et l’existante réel du terrain sur le plan économique, social, culturel, technologique.

Cette convergence saine, nous le savons comme ils le savent encore d’autant mieux, n’a jamais appelé ou recherché la haine de l’autre, l’isolation ou déni de ses pays voisins, bien au contraire.

Nul besoin de nous convaincre, nous le savons, la propension auquel un antisémitisme latent, subtilement et machiavéliquement placé derrière l’avantageuse nomination méprisante d’antisionisme se veut toujours plus prépondérant.

Nul besoin de persuader qu’il faut travailler et œuvrer pour prouver et non montrer qu’Israël est loin, très loin de l’image auquel la nouvelle judéophobie, expression propre à Pierre André Taguieff a su donner dans toute la portée se dérobant du mieux qu’il peut de sa véritable définition.

Nous pourrions dire que le contexte économique actuel «justifierait » pourquoi pas cette montée galopante, mais elle ne serait que pure dérobade à la cruelle visibilité et existante loin d’être facteur de cette tragédie déplorable.

L’antisémitisme ne date pas d’aujourd’hui. Il ne date pas d’hier. Il ne date pas de l’horreur nazie.

Ceci serait trop facile, et d’une immaturité fort réductive.

J’oserai même dire qu’il ne provient pas de l’inculture seulement.

Cette haine souvent provient de la bassesse auquel un écrivain plaçait cette triste pensée que dans l’inhumain, l’humain est imbattable.

Beaucoup de personnalités conséquentes, de femmes et d’hommes de tous horizons qu’il(elle)s soient, de nombreux ami(e)s juifs ont chacun(e) à leur manière alerté, prévenu, supplié même.

Mais encore une fois, à nos ami(e)s, à nos très cher(e)s ami(e)s, sachez que nous sommes de votre côté, et que, loin de n’être qu’une personne ici ou là, perdue dans les méandres infinies de cette terre, beaucoup pensent, oeuvrent, agissent, refusent la terrible injustice vous étant infligée cruellement.

Combien sont des ami(e)s auxquels Israël peut avec assurance compter sur l’amitié désintéressée et le soutien brûlant dévorant toutes celles et ceux ayant eu cette réceptivité saine, simple et spontanée d’aimer ce qui est juste et fondé ?

Que l’on ne s’y méprenne pas, il en reste, il y en a. Dieu merci !

Combien peuvent être considérés comme appui sûr, parce que cette passion que l’on ne saurait expliquer, comme un aimant secret indéfinissable, les ont attiré et touché au plus profond d’eux-mêmes.

Cette attirance ne s’est pas reposée sur le racisme ou la haine de l’autre, une islamophobie à la Breivik ou autre philosophie farfelue primaire en mal et ignorance de la moindre cohérence objective élémentaire.

L’ Israël dont les vrai(e)s ami(e)s de ce pays aiment et défendent ne connaissent d’ailleurs pas ces éléments étrangers.

C’est une essence en opposition radicale évidente avec cette tare, son fondement et sa valeur, tout ceci, étant en sus bien conforme au droit international.

Ce droit international mis à mal et tenté d’être délégitimé tant à l’intérieur de l’ONU, qu’ailleurs (bds, etc…), et ce, depuis qu’a été enfin reconnu Israël comme Etat revenant sur sa terre légitime.

Vilipendé, nié dans toute sa légitimité historique, morale et spirituelle incontestable, nous le savons et le refusons.

Soit dit en passant, Israël est unique dans le sens où elle n’a et n’aurait aucunement besoin de dépendre de ce fait.

Sa revendication est fondée comme justifiée dans la moindre de ses aspirations.

C’est sa terre. Que cela plaise ou non. C’est sa véritable histoire.

Ce n’est pas sa vérité, mais l’authenticité prouvée dans toutes les interstices et les recoins de ce pays.

Mais respectueuse comme elle l’a toujours été, Israël s’accorde et s’harmonise comme une et la Démocratie unique existante actuellement au Proche Orient.

Il est toujours utile de le rappeler, de le marteler.

Il suffit de regarder à ce jour la Syrie, l’Irak, et bien d’autres cadres pour non seulement s’en convenir, mais réclamer un minimum d’honnêteté constatant les faits réels.

Israël ? Sa réaction comme action devant les provocations tant du hamas, du fatah avec ses doubles langages, dans ses diatribes habilement déguisées, devant la Syrie, la Turquie, l’Iran, etc…, même si parfois semblant trop retenue à bien des yeux, ou encore, lorsque l’on assiste aussi à ce qui ne serait pas toléré ailleurs dans la violence et haine à son encontre (attentats, actes racistes…), loin d’être de la frilosité, tout ceci respire l’esprit typique d’un Pays soucieux d’équité, d’équilibre, de réflexion auquel l’intelligence, l’honneur et la justice sont placés au rang premier.

Israël ne le fait pas par crainte du quand dira t on. Israël, le peuple Juif le fait par nature, par souci du respect de la dignité, de sa dignité et pureté d’esprit, de la considération envers toute vie humaine, qu’elle soit emprunte d’idiotie viscérale ou animée à de meilleures dispositions cohérentes.

Et lorsqu’à l’intérieur, il adviendrait détournement de cette nature, sans appel, il corrige dans une autorité sévère tout manquement à cette moralité saine. Plus dur, plus exigeant pour soi que pour les autres.

Ceci me fait penser à cette phrase : pardonne beaucoup aux autres, à toi rien.

C’est Israël dans son essence.

Avec son histoire incontestable, son droit évident, sa légitimité indubitable, c’est une des valeurs supplémentaires qui font respecter et aimer le peuple juif.

Il n’est pas exempt parfois de reproches, et dans bien des domaines, on pourrait ne pas être d’accord, mais quel pays pourrait se targuer de s’astreindre à des exigences plus qu’imposantes à ce point ?

Je n’en connais à ce jour aucun.

Israël possède l’élégance et cette finesse, un courage exemplaire dont peu peuvent se prévaloir d’une telle aptitude que l’on peut hautement affirmer de noble et héréditaire.

Elle transmet et suscite plus souvent qu’elle ne l’imagine si l’on sort quelque peu des triomphes confirmés technologiques, médicaux et autres succès, l’émerveillement et modèle au sein de nombreux fors intérieurs, qu’il soit sur le plan moral, et autres.

La nomination il y a quelques temps encore (la liste serait tellement longue à énumérer si l’on devait reprendre encore celles et ceux d’aujourd’hui)  d’un Commandant de Tsahal, Musulman, Al-Huzeil, au grade élevé de Lieutenant Colonel, ou le témoignage de ces réservistes Bédouins, démontre le respect profond qu’Israël octroie naturellement envers celui ayant cette même réciprocité de respect.

Combien la réalité serait plus encourageante s’il n’y avait pas cet antisionisme misérable et primaire, cet antisémitisme méprisable, tous deux pariant à une destruction quelle qu’en soit la nature (pourvu qu’elle fonctionne…) de ce petit pays tant convoité.

Et pourtant, malgré tout cela, c’est Israël qui sortira victorieux. Tôt ou tard combien l’apparence criante pourrait donner l’idée éprouvante du contraire.

Il faut imaginer quel nom d’oiseau on peut à ce moment même qualifier une telle affirmation, une telle assurance ressemblant à folie stupide devant la montagne qui pourrait sembler contredire cette conviction.

Mais c’est bien les pieds sur terre, tranquillité, que cette certitude se forge au delà de la noirceur pestilentielle de ce qu’est réellement cette judéophobie gratuite et imbécile.

Il y a tout à gagner d’aimer Israël. Tout à gagner de soutenir Israël. Ce gain, c’est la paix et le bénéfice qu’accorde toujours l’amitié véritable entre les peuples.

Non pas le gain en monnaie sonnante et trébuchante, mais premièrement celui de la réalité, de la vérité, et d’une conscience épurée des scories ahurissantes infestant l’histoire et les fantasmes les plus rocambolesques.

Mais il y a encore une certitude et condition.

Aimer et soutenir, ce n’est pas pour en prélever des intérêts mercantiles et méprisables.

C’est reconnaître ce qui appartient de plein droit à ce peuple, à ce pays.

Que peut on dire encore d’Israël ? Elle concède bien au-delà de l’horreur abjecte ce souci d’équité et proportionnalité typique de son aspiration à la paix et quiétude.

Israël en est vraiment la plus belle incarnation.

Reconnaissons le, ce pays en fait même de trop souvent.

Connaît on beaucoup de pays qui pourrait se targuer de la sorte au regard de tout qu’il subit encore une fois ?

Mais ses qualités tant dévoyées dans une sorte de délectation machiavélique, ne peuvent, ne méritent pas des pays friands de diplomatie de convenance et d’apparence, ce typique moralisme n’ayant en rien transformée leurs propres contradictions, celui de voir Israël être taxée d’avarice ou inexistence en cette matière.

Israël pourrait se targuer de n’avoir de compte à rendre à aucun pays, grand ou petit, l’incitant ou réclamant retenues, condescendances honteuses et inacceptables.

Les reproches fait à Israël pour Gaza, Djénine par le passé, avec les monceaux de mensonges les plus extravagants qui soient, revues à la baisse mais néanmoins aboyées, n’ont bizarrement pas le même écho si on regarde en d’autres endroits.

De la même manière, ces 3 jeunes garçons assassinés n’ont pas même l’égalité d’émotion face à un palestinien haineux qui serait arrêté.

De la même manière, ces 3 jeunes garçons assassinés n’ont pas même l’égalité d’émotion avec ce jeune garçon palestinien.

En Israël, on s’émeut de la même manière. C’était 4 vies. C’était 4 meurtres !

Pour prendre exemple sur notre propre pays, bien qu’il soit loin d’être le seul, Il n’est pas contesté certaines actions ou positions (bien au contraire) face à l’islamisme intégriste trop toléré ou la montée de l’extrême droite, mais la similitude de comportement où Israël se voit condamnée lorsqu’elle interdit des journalistes peu scrupuleux, établissant des montages ou suppositions sciemment loin de la réalité, ou répond avec parcimonie aux attaques incessantes perpétrées de Gaza ou en Judée Samarie, « étonnamment »…, cette normalité ne s’accorde que pour elle même et cette évidence reste cependant contestée pour Israël.

Ce n’est pas une surprise ou un scoop, tout le monde le sait, tout le monde le voit.

Imaginons cela un seul instant en Corse, en Bretagne, en pays Basque avec les mêmes similitudes de comportements que font le hamas, le hezbollah, voire même le fatah.

Mais beaucoup se taisent, beaucoup le nient en fuyant hypocritement les faits, l’histoire, pour se recroqueviller dans des stupidités ajoutés honteusement afin de vivre plus aisément des pseudos valeurs foulées aux pieds sans la moindre vergogne ou émotion honnête.

Récemment, on me disait : « les gens veulent, aspirent de vérité, du vrai, de paix et de bonheur.

Faux ! Les gens d’aujourd’hui, conscients ou non, dans l’immense majorité, ne veulent que du rêve, de l’illusion pour mieux vivre dans un nombrilisme flatteur et egotiste.

De paix pour soi et de bonheur certainement. Mais de vérité, de vrai ? Le temps a largement permis de comprendre et goûter souvent douloureusement de cette illusion alléchante.

Faut il dans ce cas devenir résigné, défaitiste ? Non loin de là, mais remettre objectivement les choses en leur place, et travailler, refuser pour soi d’entrer ou d’être poussé dans ce moule où l’émotionnel ou sensorialisme ont la part belle, quelles que soient les valeurs chantées, si bonnes soient elles dans le fond.

Ce qui doit nous interpeller et attirer, c’est le fond. Non les formes édulcorantes.

Mais revenons à mon sujet.

Inutile encore de rappeler dans le détail la proportion de mortalité à chaque frappe… , la méticulosité chirurgicale effectuée d’Israël combien même il existe malheureusement toujours des dommages collatéraux.

Cherchez cette méticulosité de l’autre côté. Elle existe. Mais uniquement dans et vers la mort, non le contraire.

Cherchez l’appréciation donné médiatiquement ou politiquement dans le monde ? Elle existe…

Deux poids, deux mesures…, de là à revoir la définition même d’équité, et cet étrange « humanisme » tant applaudie et élevée au rang justement de grandeur civilisatrice ne donne nullement envie d’acheter ou goûter de ce « bel humanisme » plus que frelatée…

Ne pas avoir envie de ressembler à ce genre d’expression valeur est bien la moindre chose convenable à qui veut conserver une conscience saine et juste.

Et pourtant… Israël… C’est cette foi, cette racine, ce lien puissant et magnifique qui a permis au peuple Juif d’endurer tant de haine, de rejet, de jalousie.

C’est cette foi, cette racine et ce lien si remis en question, raillé, qui lui a permis d’être encore présent, et qui lui permet d’être encore là aujourd’hui et demain.

C’est la honte et le déshonneur de tant de générations s’étant nourris et se nourrissant pour beaucoup trop encore d’images gratuites et saugrenues sur ce peuple pour mieux fermer les yeux sur les propres incohérences, gravités et erreurs propres.

Et pourtant… Israël… C’est ce lien extraordinaire dont il faut admirer et montrer le souffle époustouflant qu’il a donné et imprimé à ce « Juif » tant honni depuis des générations, cette force qui donne et insuffle avec une égale constance sinon plus à tous les Juifs d’Israël et d’ailleurs aujourd’hui ne leur permettant pas seulement d’avancer, mais aussi savoir que seule cette éreintante ligne est la bonne, la plus juste, la plus cohérente au delà des apparences actuelles.

Les ami(e)s d’Israël savent et affirment que ce nom de Juif est synonyme d’une réalité profonde d’humanité et qu’il mérite l’honneur qui lui a été tant spolié.

Chaque enfant d’Israël peut être fier d’arborer cette haute ligne de naissance contrairement à l’acharnement de lui en dénier le contraire.

Elle n’est aucunement la pédance du mépris, l’apologie à une supériorité raciale, mais bien une valeur noble et respectueuse qui a su démontrer de multiples fois l’essence même de la main tendue et aspiration à la paix. Israël peut être fier de son identité.

Sionisme. Retour sur sa terre, vivre sur sa terre. Pas plus, pas moins.

Autre chose que cette calomnie d’impérialisme, routinière galéjade faisant les choux gras des acharnés antisraéliens de tout acabit.

Israël ? Son socle ne s’adosse pas sur la détestation de l’autre mais bien sur la saine et propre attention de la dignité et respect envers l’homme, quelle que soit sa couleur, orientation politique, etc…

Cette bonté innée et largesse n’a hélas, pas toujours été réciproque à son égard malheureusement.

Qu’importe, la distinction et grandeur font partie intrinsèque de cette maturité caractéristique du Peuple Juif et… peu ou parfois bien mal imitée ailleurs.

Pour beaucoup de ces amis, on ne saurait comprendre cet « hasard » mystérieux où eux mêmes, leurs consciences, ne conçoivent pas toujours le pourquoi de cette attirance hormis bien sûr celui de l’histoire réelle, mais, cependant, leur donnent ce bonheur inestimable d’avoir eu cette chance, et, disons le : honneur certain d’aimer et défendre ce petit bout de pays tant convoité.

Cette passion se fondant sur cette objectivité et histoire, tout peut être fait à l’extérieur pour leur extraire cette volonté, elle reviendra toujours. Rien ne peut l’éteindre.

C’est un attachement profond et sincère loin de toute prétention suffisante, loin d’une exaltation flagorneuse d’un mysticisme lyrique à outrance, ou tapageur et irrespectueux qui justifierait recul et refus, mais bien la réelle amitié envers un peuple réel !

D’aucun des véritables ami(e)s ne sont dupes des difficultés diverses, des contextes parfois discutables, voire franchement contestables, conscient(e)s que tout n’est pas rose ou angélique.

La déification aveugle n’a pas sa place et se doit d’être rejeté sans appel.

Etre pour, aux côtés, et avec Israël repose sur des faits, une réalité, et non sur le dangereux affect hypothétique, ou de fantasmes romantiques.

Son appui repose sur l’abjection de l’extrême droite ou gauche puisant leurs sources dans ce qu’il y a  de plus immonde, qu’importe si le colorant montré semblerait alléchant ou d’apparence vraie. La forme ne définit pas le fond terrifiant qu’il renferme.

Pour certains en Israël et à l’intérieur de la Communauté, ce peut être difficile à comprendre, et il y a franchement de quoi.

Après toutes les persécutions, les haines meurtrières, rejets, boycotts, faits de toutes les manières, de la plus grossière à la plus vicieuse, au nom de Dieu, d’Allah, au nom même de l’Athéisme, de raison d’Etat, etc…, on ne peut que comprendre la prudence accompagnant chaque pas de celles et ceux parfois surpris d’un tel engouement.

Mais lorsque vous avez affaire à cette véritable trempe, sans aucune pensée intéressée ou motivation malsaine, ne cherchez pas envers ces vrais ami(e)s à vous creuser la raison pour comprendre ! Pour beaucoup encore une fois, ils ne savent pas non plus toujours l’expliquer. C’est là et c’est tout. Tout simplement.

Elle est là, cette estime honnête qui donne de cette émotion indéfinissable et non maîtrisable, si forte et douce à la fois lorsque le simple mot d’Israël les retournent intérieurement et font lever à la moindre évocation simple de « juif » (contrairement à ses ennemis), joie et désir d’avancer pour répondre présent !

Elle est là, cette ardeur soudaine balayant découragement face à la haine, l’abattement devant les circonstances dramatiques visibles dont aucun n’est dupe.

Il est là, ce courage malgré la peur, opiniâtreté malgré la fatigue !

Mais qui donc a pu créer cette flamme ardente au-dedans d’eux qui pourrait enfin donner une certaine explication à cette passion loin du fanatisme et mysticisme qui existe en d’autres endroits et dont ils sont comme Israël non seulement étrangers mais également réfractaires ?

Cette amitié réelle ne serait pas si elle se trouvait dans ces profondeurs obscures et néfastes.

Ces sources empoisonnées ont de tout temps utilisées la soif ignorante ou malsaine pour assouvir des sentiments étrangers à la noblesse de cœur et au respect justement de l’autre.

Leur affection ? Elle n’accorde pas bienséance, elle encourage justement et oblige la conservation de ce qui fut si précieusement protégé depuis que le Peuple Juif fut honteusement chassé de son propre cœur : Erets Israël.

Cette affection des ami(e)s d’Israël insiste justement pour appuyer, et réclamer que rien ne soit ôté leur appartenant pour l’abandonner à des mains étrangères, profiteuses ou/ et remplies de sang.

Cet attachement profond de ces ami(e)s défend son identité, son héritage, son droit, pour Jérusalem affirmée Capitale Eternellement Juive, Une et Indivisible.

Que réclame en retour cette amitié ? Mais justement ! Rien ! Sinon commander à croire que c’est ce qui revient de droit à Israël et au Peuple Juif.

De quel droit d’ailleurs une amitié s’obligerait d’être récompensée ? Elle ne serait plus amitié véritable.

Cette amitié ne déifie pas, elle redonne ce qui appartient de droit encore une fois.

Cet engagement s’est fait pour ces ami(e)s sans contrainte, conscients et en toute connaissance de cause.

Elle exclut avec franchise aucune récupération quelconque pour le profit de quelque pensées philosophiques ou religieuses douteuses. Israël appartient à Israël.

Ceci ne peut qu’encourager tout ami(e) Juif(ve) de la certitude qu’il(elle) n’est pas seul(e), et que beaucoup, dans l’ombre comme celles et ceux connus pour leur consécration profonde, en Belgique, Suisse, France, Québec, Etats-Unis, Brésil, Maroc et en divers points du globe sont une réalité présente aux endroits et circonstances diverses les plus en vues, jusqu’aux lieux les plus originaux, simples et banals qui soient.

Aucun intérêt quelconque n’est présent. Le mercantilisme y est vraiment proscrit et allogène.Sinon elle ne serait pas amitié.

Israël même n’est pas initialement aimé pour ses capacités sur le plan technologique, ou d’autres domaines touchant différents secteurs d’intérêts pour la Société, non.

Israël et la Communauté Juive où qu’elle soit, sont estimés pour eux simplement.

Israël et la Communauté Juive sont aimés par ces ami(e)s pour ce qu’ils sont, étant conscients et sensibles du vécu terrible, de la force qu’il fallut pour traverser l’enfer des millénaires pour enfin connaître et retrouver l’accomplissement de ce vœu et cri si touchant : l’an prochain à Yerushalaïm !

Israël est aimé et soutenu tout simplement.

Beaucoup aujourd’hui le savent, donnant preuve réelle de l’intérêt de nombres de personnes non juives sur les sites et autres.

Mais il convient d’apporter encore cette certitude envers les blessures ô combien à vif pour beaucoup.

La seule récompense aspirée par ces ami(e)s n’est que la faveur d’avoir l’honneur d’être à leurs côtés, pour le meilleur et pour le pire.

Qu’ils soient appréciés ou pas, rejetés ou louangés, seul la passion dévorante compte pour et uniquement Israël, ses droits, son identité.

Gouvernements, politique aléatoire ou douteuse, tout peut changer, mais pour les ami(e)s non juifs, elles, eux, leurs cœurs sont là bas envers et contre tout.

Tel est la véritable amitié auquel Israël peut s’appuyer.

Quelles que soient les circonstances, Israël pour eux encore une fois, n’est pas un hobby, mais une profonde réalité, n’étant motivé que par le soutien naturel et désintéressé sinon celui d’être à ses côtés.

Ces petits ou grands ruisseaux qui forment rivière encourageante, défendent avec le même objectif Israël et la Communauté Juive dans ce qui lui revient de droit dans son attente, et dont la réalité du Sionisme n’est que la concrétisation d’une aspiration forte de plus de deux millénaires.

Telle est cette conviction, ce sentiment fort à l’égard d’Israël.

N’y voyons rien d’exceptionnel. Ce ne sont que des femmes et des hommes où, joies, larmes, simplicité, normalité, occupations diverses sont le lot quotidien, avec leurs épreuves, réussites, déconvenues et enthousiasmes.

C’est saluer toutes celles et ceux en Israël comme partout dans le monde, ayant cette flamme identique, avec la complémentarité appartenant à la sensibilité propre à chacun, constructive, encourageante et digne d’exemple.

L’histoire de beaucoup se trouve fondée sur ce socle, n’excluant nullement que même l’imbécillité a sa place également en Israël, même l’injustice n’y est absolument pas exempt, et que ce peuple encore une fois, a droit, doit avoir l’estime respectueux, le soutien attentionnée qu’il mérite amplement à bien des égards.

C’est dit, dans cette simplicité qui pourrait apparaître comme enfantin, ou benêt. Mais loin d’être le cas, d’être dupe et neophyte en la matière, je préfère toujours un coeur qui parle et vit, plutôt qu’un ego qui chante et joue.