Ce qui suit est un échange par écrit entre mon ami Aaron Chester et moi. Nous sommes tous les deux des Américains vivant en Israël. Notre objectif était de disséquer les raisons du boycott récent d’Israël et du manque général de soutien international envers Israël, et d’en venir à des solutions concrètes.

Jesse: Israël est passé de nation considérée par presque tous comme un bastion de la paix et une histoire de triomphe à la seule nation blâmée pour la débâcle du Moyen-Orient. Récemment, le boycott et les menaces de boycott des produits israéliens sont l’aboutissement d’une propagande anti-israélienne qui se développe depuis une dizaine d’années.

Le mouvement BDS a toujours essayé de marginaliser le droit d’Israël à exister sous le couvert de protester contre l’occupation israélienne des territoires palestiniens. Ils le font en utilisant le pouvoir de leur vaste réseau de soutien à la fois musulman et libéral, de toutes religions, couleurs et croyances, afin de pousser les entreprises à boycotter Israël pour son occupation de la Cisjordanie et de Gaza.

Ce vaste réseau de personnes a inclus dernièrement beaucoup de Juifs qui n’auraient jamais appelé ouvertement à la destruction d’Israël, mais se sentent dans une ambivalence morale envers la nation. L’opinion publique a non seulement mis à la mode le soutien du boycott d’Israël, mais des gens libéraux, normalement bien-pensants se sentent une obligation morale d’ajouter, lorsqu’ils s’expriment positivement au sujet d’Israël, qu’ils ne soutiennent pas l’occupation de la Cisjordanie.

En tant que résident d’Israël, je dois me demander en quoi Israël se trompe. Ceci parce que, dans ma compréhension de la situation, je n’ai jamais pensé qu’Israël ait tort de se défendre.

Certains ont soutenu qu’Israël a simplement un problème de marketing et il est vrai que les Israéliens ne se montrent pas sous leur meilleur jour dans les médias. En fait, contrairement à BDS et au Hamas, Israël n’a pas de message unifié auquel le public puisse s’accrocher.

Cela n’aide sûrement pas lorsque l’un des journalistes les plus respectés d’Israël dit dans Haaretz que le boycott est un petit prix à payer pour l’occupation, et que le parti Hadash n’est pas prêt à renoncer au boycott. Cependant, il m’est difficile de rappeler à l’ordre ces personnes, parce que l’une des caractéristiques uniques d’Israël dans la région est qu’on y tolère la liberté d’expression, même déplorable.

Cette liberté de parole crée un problème dans la perception du public. Si les Israéliens préfèrent qu’Israël se montre vulnérable plutôt que de se protéger de la colère du terrorisme et de ses ennemis de tous les côtés, que doivent en penser les libéraux américains? Si Israël se trompe, il est certainement sensé qu’Orange casse son contrat avec Israël en présence d’un avantage financier évident.

Même le fiasco de la FIFA fait du sens si le public perçoit Israël comme une puissance impérialiste raciste qui tue inutilement les enfants palestiniens.

L’argument est extrêmement biaisé quand les gens oublient qu’il y a une décennie, des kamikazes tuaient des Israéliens en moyenne 2 ou 3 fois par semaine. Je ne comprends pas comment cela s’oublie dans l’argument. Tout comme je ne comprends pas comment les gens ignorent qu’Israël a été fondé parce que la majorité des juifs d’Europe avaient été assassinés dans la Shoah et que la montée récente de l’antisémitisme montre clairement que les Juifs y sont indésirables, même aujourd’hui.

Aaron: Et c’est là toute la question. Le boycott actuel et le mouvement anti-Israël en général n’est vraiment pas rationnel du tout.

Sur la scène politique et socio-économique normale, cela ne fait aucun sens que tant de monde ait des sentiments négatifs envers nous. Le boycott et les menaces de la FIFA, ou d’Orange, ou de toute autre entreprise, ne montrent qu’une montée d’un consensus croissant selon lequel Israël nuit au monde. Et cette montée est minime si nous pensons vraiment à ce qui pourrait advenir ensuite.

En fait, la question n’est aucunement politique, ni raisonnable, et voilà pourquoi nous devons creuser plus profondément pour en trouver la racine.

Tu as parlé de l’Holocauste et de sa relation directe avec l’existence de l’Etat d’Israël, et comment le monde, dans son ensemble, semble avoir oublié cette terrible atrocité. C’est un vrai mystère, mais il est tout aussi incroyable là encore de penser à la manière dont cette horreur inimaginable a débuté, et il est également tout à fait irréel que le peuple juif, qui n’avait aucun intérêt à retourner dans ce qui était à l’époque un marécage désolé, finisse en quelque sorte par retourner dans ce pays minuscule en plein milieu du Moyen-Orient.

On pourrait penser que le monde nous considérerais comme les bons et les outsiders, et qu’il louerait les progrès étonnants que nous avons faits en tant que peuple après avoir été presqu’anéantis, mais nous voyons que ce n’est pas du tout le cas. Il y a peut-être eu un bref moment, quand nous sommes retournés à cette terre, au cours duquel le monde nous a vus différemment, mais en général, en tant que Juifs, nous n’avons jamais été perçus sous un jour positif par le monde, ainsi que nous le souhaitons.

Les nations du monde peuvent penser qu’elles sont en colère contre nous à cause du conflit israélo-palestinien, mais ce n’est pas le cas.

Au fur et à mesure que les problèmes augmentent au sein des frontières de tous les pays, que ce soit aux États-Unis ou en France, ou ailleurs dans le monde, pour une raison étrange, tous les regards se tournent de plus en plus vers cette petite terre juive noyée dans la mer de nations arabes.

Aujourd’hui, ce sont des menaces de couper les liens commerciaux ou sportifs, et demain, qui sait quoi d’autre. Aujourd’hui, la raison en est l’occupation palestinienne, et demain qui sait. Les nations elles-mêmes ne sont pas à blâmer pour leur attitude à l’égard d’Israël, et elles ne savent pas pourquoi elles sont tellement préoccupées par ce minuscule point sur la carte.

Les Israéliens non plus ne savent pas pourquoi, et nous vanter de nos succès, que les Arabes ne partagent pas, cela ne nous aide pas non plus, et nous cause plus de dommages. Mais il y en a qui comprennent très bien le tableau dans son ensemble, et ils se trouvent être ceux-là mêmes qui ont formé et maintenu la nation d’Israël depuis des milliers d’années.

Nous avons survécu à beaucoup de situations beaucoup plus difficiles que les boycotts, mais nous avons oublié comment et pour quelle raison elles se sont présentées à nous.

La réponse est assez simple. La nation d’Israël est responsable du bonheur et du bien-être du monde entier. Nous tenons entre nos mains les moyens de relier l’ensemble de l’humanité, tous les peuples et nations, comme une seule famille harmonieuse.

Autrement dit, nous sommes responsables d’enseigner au monde entier comment «aimer son prochain comme soi-même ».

Nous, en tant que juifs et Israéliens, l’avons oublié, et le monde entier n’est pas au courant de cela, mais les gens sentent inconsciemment que nous sommes une épine qui s’enfonce de plus en plus profondément dans ce monde.

Jesse: Je crains d’ennuyer les gens qui lisent tous mes articles, mais il n’y a qu’une seule solution pour corriger tous ces problèmes. Non seulement l’antisémitisme, mais la haine, en général.

Malheureusement, la plupart des gens ne veut pas écouter, mais je me sens obligé de le crier sur tous les toits. Je ne veux blâmer personne.

Tout ce que je veux c’est que le monde comprenne que la force qui empêche Israël et la Palestine de se connecter est le même ego qui empêche les voisins et les familles de vivre une vie paisible et heureuse.

Nous devons inverser notre propre désir en un désir d’aimer les autres, sentir leurs besoins et prendre soin d’eux comme nous le ferions pour nous-mêmes. Que vous soyez ou non d’accord avec cela, vous pourriez vous sentir incapable d’atteindre un tel état. C’est ainsi parce que notre nature est de recevoir, de se sentir bien. Cependant, nous trouvons, notamment pour Israël, que l’égotisme ne crée que de la misère. C’est parce qu’Israël a un rôle spécifique qu’il ne remplit pas.

Israël n’est pas vraiment une nation (nous ne partageons pas une communauté géographique ou raciale), mais un état idéologique auquel nos ancêtres ont convenu d’adhérer.

Nous ne révélons que Dieu et la Torah en choisissant de vivre comme un seul homme et un seul cœur.

Si tout le peuple d’Israël exigeait de vivre dans cet état idéologique de nos ancêtres, ces boycotts ne se produiraient pas. Ces boycotts, ces roquettes, et la montée de l’antisémitisme sont inévitables lorsque les juifs ne font pas le choix conscient de travailler au-delà de leur nature à se satisfaire en tant qu’individus.

Seule une force d’amour et d’unification mettra fin à la haine irrationnelle envers Israël. Tout ce que nous devons faire est de nous connecter aux autres, une personne à la fois, jusqu’à ce que cette réalité se révèle. Si nous ne le faisons pas, nous finirons tout de même par voir que nous ne disposons pas d’autre choix.