En ces temps qui courent, ces temps incertains, il est important de souligner que les crises économiques mondiales, d’un coté, et les progrès technologiques de l’autre, bouleversent notre quotidien de manière fulgurante et de façon exponentielle.
L’Histoire se déroule sous nos yeux à une vitesse vertigineuse et personne ne peut imaginer de quoi demain sera fait.
Pourtant, venue de la nuit des temps, ressurgit encore et toujours la même ritournelle, le doigt pointé sur le même fautif, le même bouc émissaire absolu.
Peu importe que certains musulmans étripent par million les leurs, peu importe que les trois quart des nations de la planète commettent des actions criminelles et meurtrières, peu importe que certains régimes massacrent leurs populations dans une totale indifférence.
Nous, juifs, sommes toujours et encore un exutoire à la bêtise humaine dans l’inconscient collectif, coupable d’avoir « inventé » D.ieu, les dix commandements, tué Jésus, influencé le capitalisme, le communisme, la science, la psychologie, l’art et autres antonymes, en cristallisant encore et toujours la haine de l’autre. Aujourd’hui, ce n’est plus une question d’Israël ou de Palestine, de juifs, de chrétiens ou de musulmans, la ligne de fracture se situe aujourd’hui entre l’obscurantisme et la lumière, la barbarie et la bonté, la haine et l’amour. C’est aussi simple que cela.