Ce soir nous avons assisté au lancement du Career Center de la Chambre de Commerce et de l’Industrie Israel -France.

Michael Golan était l’invité d’honneur et il a, comme d’habitude, impressionné son public autant par son charisme que par la pertinence de ses propos.

Tout d’abord, quelques chiffres : avec 2,5 ans d’existence, Golan aurait à ce jour 615.000 abonnés et représenterait 12 % de part de marché de l’industrie de la téléphonie portable en Israel.

Michael Golan est conscient de ce succès, même s’il l’attribue beaucoup au « timing » synchronisé avec la décision du gouvernement de casser le monopole des sociétés de téléphonie mobile en Israël et que Golan est venu au bon moment, avec le bon produit.

Golan a aussi été très précis dans son explication quant aux causes de son succès – il internalise tous les processus, de Linux à un CRM in- house, tout est réfléchi au détail près pour reduire les coûts au maximum, afin que le consommateur ne paye aucun surplus dans sa facture de telephone.

Tous les services de Golan sont accessibles sur internet, un seul prix, une seule formule, et unepossibilité de résilier à tout moment – Golan Telecom est dans le move des sociétés de demain – flexible, orientée-client et en accord avec son temps.

Mais Michael Golan ne s’arrête pas là, il nous explique que la prochaine étape c’est le Triple Play. Deux millions de foyers de consommateurs israéliens sont victimes aujourd’hui d’un duopole, entre Hot et Bezeq, et payent encore une moyenne de 450 NIS par mois pour la Tele + Telephone + Internet. On espère, dit-il, que le prochain gouvernement prendra des mesures pour ouvrir ce secteur à la concurrence également.

Pour les avoir côtoyé de près, Michael Golan connait bien les Tyconim (les 50 familles les plus puissantes d’Israel qui détiennent la plupart des marchés), et on l’avait prevenu: « Si tu n’es pas un WASP (White Achkenasi Sabra im Protectia), tu ne réussiras pas dans ce pays. » Et pourtant, le voilà à la tête d’une enseigne incontournable de l’industrie du téléphone portable en Israël !

Quand on lui demande ce qu’il pense de la Alya massive des français, Michael Golan répond que notre chance est dans notre différence. A l’exemple de Golan Telecom – qui a réussi parce qu’elle est venu montrer un nouvelle voie pour les consommateurs et casser la concurrence – les Français sont également porteurs de différences culturelles, qui leur donnent une valeur ajoutée indegnable, surtout s’ils savent s’inspirer en meme temps des atouts des Israéliens.

Selon Golan, il y a donc de la place pour les entrepreneurs français en Israel….et nous sommes d’accord avec lui.

Bien sûr…tout le monde ne réussira pas comme Golan, mais il a ouvert la porte et aura permis aux autres de prendre exemple sur lui et de le suivre.

Bravo et Merci à toute l’équipe du Career Center pour avoir organisé une soirée à l’exemple de la communauté francophone d’Israel – dynamique, chaleureuse et ambitieuse.