I-L’ORGANISATION DE FACTO DU PIEGE ANTI-JUIF

A- La montée du racisme pseudo scientifique en France et son effet en Allemagne

En 1855 le Comte Arthur Joseph Arthur de Gobineau publia un essai sur la l’inégalité des races humaines où il développa le concept de race aryenne. Ludwig Schemann fit connaître les travaux de Gobineau en Allemagne où elles reçoivent un bon accueil en particulier dans la famille de Richard Wagner.

Le gendre de Richard Wagner l’anglais germanophile Houston Stewart Chamberlain expliqua que la race supérieure décrite par Gobineau s’était développé avec succès en Allemagne et en Europe du nord. Il inspira Adolf Hitler lorsqu’il écrivit son livre « Mein Kampf ».

B-L’antisémitisme au Royaume-Uni au début du XXe siècle et la fermeture des frontières aux juifs

De 1903 à 1907 de nombreux pogroms eurent lieu dans l’Empire Russe dont les plus importants furent ceux de Kichinev le 6 et 7 avril 1903, de Jitomir en mai 1905 et de Bialystok le 1er juillet 1906.

Face aux massacres que subissaient les juifs la réaction du Royaume Uni fut immédiate non pas en ouvrant ses frontières pour porter secours aux populations en danger « mais en les fermant. » Arthur Balfour premier Ministre du Royaume Uni fit voter l’Alien Act le 18 avril 1905. L’Alien interdisait l’accès de la Grande Bretagne aux pauvres et aux criminels mais visait clairement les Juifs de l’empire Tsariste qui seraient tentés de venir s’y réfugiés.

Au XIXe siècle la moitié des juifs de Russie (plus de 2 millions de personnes) avaient fuit les pogroms en immigrant aux États Unis et 150 000 d’entre eux au Royaume-Uni. Lord Balfour, chef du Parti conservateur, ne désirait pas que cette immigration recommence et préféra laisser les juifs se faire massacrer en Russie.

En 1912 Lord Balfour inaugura à Londres le premier congrès d’Eugénisme. La restriction de l’immigration fut une idée de l’anglais Francis Galton, le créateur des théories de l’eugénisme en 1883. Lord Balfour n’est malheureusement connu que pour la déclaration de son gouvernement en faveur de la création d’un État Juif en Palestine qui n’était peut-être encore une fois un moyen d’éviter l’arrivée de réfugiés au Royaume-Uni.

C-La politique d’immigration aux Etats Unis pendant la première moitié du   XXe siècle

Afin de fermer leurs frontières à l’immigration les États Unis renforcèrent le 16 mai 1924 par l’Immigration Act appelé Johnson-Reed Act les restrictions déjà fixés par le « Quotas Emergency Act » de 1921. Cette mesure visait les asiatique et en particulier les Japonais mais aussi les personnes d’Europe de l’Est (c’est à dire essentiellement les Juifs).

D-Naissance de l’idée d’extermination du peuple juif dans « Mein Kampf » en 1925-1926

Ce qui allait se passer jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale et la Shoah en particulier était clairement prévisible à la lecture de Mein Kampf en 1925-1926. On doit s’étonner du peu d’importance que les leaders du monde ont donné à ce livre. Ils avaient le devoir d’en prendre connaissance au moins à partir de 1933 lorsque son auteur prit le pouvoir en Allemagne.

Mein Kampf explique comment construire l’État raciste et non démocratique,

se venger de la France qui avait été trop loin dans exigences reflétées par le traité de Versailles,
acquérir de nouveaux territoires à l’Est pour que s’y développe la race aryenne dont il faut protéger la pureté,
lutter contre l’URSS dont les territoires sont convoités et le régime exécré, et
surtout et de façon maladivement obsessionnelle comment neutraliser les juifs jugés nuisibles dans toutes les situations.
La vie des 9.6 millions de juifs européens était remise en question et la conquête de grands territoires à l’Est pour les Aryens ne pouvait déboucher que sur un conflit militaire majeur et en conséquence sur des millions de morts.

E-La conférence d’Evian de 1938 :  Fermeture du piège sur les juifs européens par les nations du monde les laissant livrés à leur sort: l’extermination

La montée du Nazisme en Allemagne avec les lois antijuives de Nuremberg de 1935 puis l’annexion de l’Autriche le 12 mars 1938, avait déclenché la fuite de nombreux juifs. Afin de prendre des mesures relatives à cet afflux de réfugiés le Président Roosevelt organisa la Conférence d’Évian du 6 au 16 Juillet 1938.

30 pays furent présents et vingt neuf d’entre eux ne firent rien.

La liste de la Honte

Liste des pays présents à Évian et qui ne firent rien

1-Argentine – 2-Australie – 3-Belgique – 4-Bolivie – 5-Brésil – 6-Canada – 7-Chili – 8-Colombie – 9-Costa Rica – 10-Cuba – 11-Danemark – 12-Équateur -13-États-Unis – 14-France -15-Guatemala -16-Haïti – 17-Honduras – 18-Irlande – 19-Mexique – 20-Pays Bas – 21-Nouvelle Zélande – 22-Nicaragua – 23-Norvège – 24-Panama – 25-Suède – 26-Suisse – 27-Royaume Uni – 28-Uruguay – 29-Venezuela

Nous avons souligné les pays qui disposaient d’une grande superficie et gardons une place particulière pour les États-Unis, le Royaume Uni, le Canada, l’Australie et la France qui disposaient aussi de place et prétendaient représenter un haut niveau de civilisation.

30-La République Dominicaine fut le seul pays à accepter de recevoir des réfugiés.

-Le Royaume Uni avait accepté l’invitation à Évian sous réserve que ses quotas d’immigrations ne soient pas modifiés sur son territoire et en Palestine. Le 17 mai 1939 le Royaume Uni par son troisième livre blanc limita l’immigration juive à 75 000 personnes sur 5 ans. La France eût une position assez similaire à celle du Royaume.

-Les États-Unis ne modifièrent pas leur politique restrictive (Johnson-Reed Act).

F- Roosevelt, L’Amérique et les juifs

1-Le Paquebot Saint Louis

A la suite de la nuit de cristal de nombreux juifs obtinrent des visas pour Cuba et embarquèrent en mai 1939 sur le paquebot St Louis. Malgré les visas Cuba n’accepta pas de les accueillir et Franklin Roosevelt refusa de les autoriser à débarquer aux États-Unis ; ils ne furent pas non plus acceptés au Canada et durent retournés en Europe.

2-Les Juifs d’Algérie :

Bien que les américains libérèrent l’Algérie en novembre 1942, les lois de Vichy y furent maintenues. Les américains préférèrent maintenir au pouvoir en Algérie des pétainistes comme Darlan puis Giraud qui fit aussi allégeance au Maréchal Pétain.

Giraud annula définitivement par l’Ordonnance du 19 Mars 1943 le décret Crémieux qui avait accordé aux juifs la nationalité française depuis 1870 et dont le régime pétainiste les avait privés. Les américains laissèrent faire.

Giraud fut écarté du pouvoir au sein du Comité français de Libération Nationale par le Général De Gaulle et Il fut alors possible pour René Cassin de faire annuler son ordonnance et de rétablir le décret Crémieux le 20 Octobre 1943.

G-Le Royaume-Uni et les juifs

1-Le Royaume Uni dûment informé à ses débuts de la Shoah par le MI-6 ne modifia pas les restrictions d’immigration des juifs en Palestine et prit ainsi une lourde part de responsabilité dans la Shoah.

2-Le 12 décembre 1941 le paquebot Struma quitta la Roumanie avec 769 réfugiés juifs à destination de la Palestine. Les Britanniques refusèrent de l’accueillir. Le Struma fut coulé avec ses réfugiés.

Le Royaume Uni et son leader Churchill (jusqu’en 1945) portent l’entière responsabilité de la mort des juifs qui ne pouvant se rendre en Palestine ont été victimes de la Shoah.

Il est à noter que le Pogrom du 4 Juillet 1946 à Kielce en Pologne contre les juifs rescapés de la guerre avait pourtant montré que des juifs rescapés n’avaient plus leur place dans les pays européens où ils vivaient même après la défaite des nazis.

3-Camps d’internement britanniques à Chypre

En Août 1946 les britanniques avaient ouvert des camps d’internements à Chypre pour les rescapés de la Shoah qui tentaient de se rendre en Palestine. Les internés eurent le statut de prisonniers.

4-Exodus 1947

En 1947 le Royaume Uni envoya en Allemagne, le navire Exodus 1947 qui transportait des rescapés de la Shoah tentant de se rendre en Palestine.

5-Partage de la Palestine

Le 29 Novembre 1947, le Royaume-Uni ne tira pas les leçons de ses fautes et de la Shoah et s’abstint lors du vote sur le partage de la Palestine.

6-Sir John Bagot Glubb attaque Israël en 1948

Le 15 mai 1948, Sir John Bagot Glubb (dit Glubb Pacha) général anglais qui commandait la légion Jordanie qu’il avait formée, attaqua Israël.

II-LES PREMISSES DE L’EXTERMINATION

Comme nous l’avons expliqué l’ouvrage d’Hitler Mein Kampf annonçait l’extermination dés juifs dès 1925. En 1933 des mesures antijuives firent immédiatement prises et les conditions nécessaire pour être aryens définies. En 1935 les lois de Nuremberg furent mises en place suivant les idées indiquées dans « Mein Kampf » destinées à protéger la pureté de la race aryenne.

Le 1er Septembre 1939 l’Allemagne envahit la Pologne où se trouvait la communauté juive la plus importante d’Europe. L’Allemagne avait deux objectifs : coloniser le territoire polonais et exterminer les juifs. Dans un premier temps l’accent est mis sur la prise de possession du territoire Polonais et sa germanisation.

III-DEBUT DE LA SHOAH COINCIDANT AVEC L’OPERATION BARBAROSSA DU 22 JUIN 1941

Comme cela était expliqué dans Mein Kampf l’objectif des nazis et de détruire le Bolchévisme et de gagner toujours plus de territoires pour la race aryenne. L’attaque de l’URSS (opération Barbarossa) concentre trois objectifs :

Détruire les Rouges,
Conquérir en partie le territoire de L’URSS pour les aryens et
Commencer l’annihilation des Juifs par balles.

Les exécutions par balles furent très efficaces : 1 200 000 juifs furent tués par balles dans les 6 derniers mois de 1941.

Les exterminations furent aussi le fait des populations locales des pays de l’Est. En Pologne le massacre le plus célèbre est celui de Jedwabne en Juillet 1941 (800 victimes); des massacres sont réalisés dans 22 bourgades polonaises. A mesure de l’avancée des troupes allemandes les pogroms se multiplièrent dans les pays Baltes. Les Einsatzgruppen (groupes d’intervention) furent chargés d’exécuter la Shoah par balles.

La Conférence de Wannsee du 20 janvier 1942 ne fut qu’une réunion technique de cadres nazis et un monologue de Reinhard Heydrich chef du RSHA.

L’extermination totale des Juifs n’est pas une décision prise à Wannsee puisqu’elle avait commencé bien avant. La décision était en filigrane dans le livre-programme Mein Kampf et la politique menée à partir de 1933 montrait la volonté de la réaliser.

Le nombre de Juifs tués par balles dans les 6 derniers mois de 1941 est bien supérieur à la moyenne « annuelle » des exécutions dans les camps d’extermination de 1942 à 1945.

Le Royaume-Uni et les États-Unis eurent des informations sur le démarrage de la SHOAH dés 1941 confirmée en 1942 par divers témoignages.

L’URSS elle même été victime d’exterminations systématiques a dû gagner la guerre pratiquement seule.

V- ROLE PARTICULIER DE LA FRANCE

Alors que la guerre fut déclarée depuis le 3 septembre 1939 les hostilités ne commencèrent que le 10 mai 1940 à l’initiative de l’Allemagne. La France comme le Royaume-Uni n’intervinrent pas pour défendre la Pologne alors qu’ils s’y étaient engagés.

Le 16 juin 1940 le maréchal Pétain fut nommé à la tête d’un nouveau gouvernement. Le maréchal Pétain était favorable à un armistice qui fut signé le 22 juin 1940. Le texte inclut vingt-quatre articles qui facilitèrent l’offensive allemande sur les autres fronts. Le 10 juillet 1940, la République, par son assemblée nationale, mit en place une dictature en octroyant les pleins pouvoirs au maréchal Pétain qui bénéficiait d’un immense soutien populaire.

L’État français mena, dès 1940, une politique de collaboration zélée avec l’Allemagne nazie. Son gouvernement devança les demandes des allemands en ce qui concernait la politique antijuive. La France désirait être le bon élève de l’Axe afin d’avoir une place de choix dans la future Europe dirigée par l’Allemagne et apporta probablement l’aide la plus importante à l’Allemagne nazie parmi les pays de l’Axe sur les plans suivants :

Économique et financier: par des livraisons de marchandises et denrées diverses, par le paiement de 439 millions de francs par jour en moyenne pour couvrir les frais d’occupation de l’armée allemande et par la main d’œuvre livrée à l’Allemagne dans le cadre du STO. La France offre à l’Allemagne approximativement la moitié de son PIB.

Militaire :par des livraisons d’armes, le blocage de la flotte, par la lutte contre les opposants à l’Allemagne en France, par la construction du mur de l’atlantique par des entreprises et de la main d’œuvre françaises, financée avec l’argent de la France versée aux Allemands. 7 000 volontaires s’engagèrent aux cotés des allemands sur le front de russe.

Antisémite :par les lois restreignant l’activité des juifs et les arrestations de juifs livrés à l’Allemagne. Le gouvernement de Vichy fut très productif en matière de textes de loi et d’actions destinées à « aryaniser » la société française en en excluant les juifs et en les livrant aux nazis.

Certains commentateurs prétendent que l’action de la France a permis de réduire le nombre de victimes de la Shoah à 77 000 personnes en France.

En réalité L’énorme aide économique et militaire apportée par la France à l’Allemagne et la possibilité que la France a donné à l’Allemagne de concentrer plus de troupes à l’Est en garantissant le calme à l’Ouest a permis un prolongement de la guerre qui a fait des millions de morts.

VI-POIDS DU MANQUE D’ACTION OU DE L’ACTION TARDIVE DES ALLIES OCCIDENTAUX DANS LA GUERRE

Chaque année additionnelle de conflit a coûté en moyennes 1 350 000 vies juives et globalement 10 millions vies. La prolongation du conflit est une responsabilité qui doit être partagée entre la France, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Les victimes de la guerre sur le front européen s’élèvent à 46.3 millions de morts dont 37.1 millions civils et militaires dans le camp allié en incluant les victimes de la Shoah.

Ces 37.1 millions comprennent près de 27 millions de citoyens de l’URSS civils et militaires et 6 millions de juifs soit 86.5% des pertes dans le camp allié sur le front européen.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France n’ont perdu ensemble que 1 286 000 personnes soit seulement 2.8% des pertes civiles et militaires de la guerre en Europe. Cette volonté de s’épargner aura coûté à l’Europe des millions de morts. L’Allemagne a représenté l’horreur mais la France, le Royaume Uni et les États-Unis ont représenté l’égoïsme porté à l’extrême et les deux se sont combinés pour amplifier les effets meurtriers de la guerre.

(Partie 2 à venir)