Les Juifs Alsaciens sont identifiables depuis le XIe siècle, dans la région rhénane. Leur présence date de l’Empire Romain, et de la chute du second Beit Hamikdash, en 70 après J-C lors du « retrait de Dieu en lui-même ».

En 1778, l’abbé Henri Grégoire, de la Société des philanthropes de Strasbourg, fondée par Jean de Turckheim, écrit un Essai sur la Régénération physique, morale et politique des Juifs“Si les juifs n’étaient que sauvages on aurait plus de facilité pour les régénérer, il suffirait de semer dans une terre neuve pour espérer une récolte abondante ; mais ils ont l’ignorance acquise qui a dépravé leurs facultés intellectuelles ». En 1808, Napoléon impose le « décret infâme » aux juifs, selon lui, le « peuple le plus hideux qui ait jamais existé ». Les alsaciens représentent alors 80% des juifs de France.

Les conversions se multiplient sous la Restauration. En 1827, le rabbin Paul Drach devient bibliothécaire de la Congrégation pour la propagation de la foi à Rome et chevalier pontifical. 

En 1834, Honoré de Balzac s’inspire de Beer Léon Fould et Cerf Beer, pour les personnages de Frédéric de Nucingen et du  baron Jean-Baptiste d’Aldrigger, dans La Comédie humaine. En 1842, Alphonse Ratisbonne, voit la Vierge Marie, et part construire la Basilique Ecce Homo, en Palestine, sur la Station I de la Via Dolorosa. Il fonde alors la congrégation Notre Dame de Sion dont fera partie Soeur Emmanuelle, juive alsacienne, née Dreyfus. En 1848, Jacob Libermann, vénérable de l’église catholique en cours de béatification, refonde la Congrégation du Saint-Esprit, liée en 1923, aux actions du père Daniel Brottier, fondateur des Apprentis Orphelins d’Auteuil.

Durant la « fête impériale » du Second Empire, Isaac Strauss, est le chef d’orchestre des bals de l’Opéra puis des bals des Tuileries. Émile Waldteufel le remplace et rejoindra Buckingham Palace pour jouer La Valse des patineurs devant la Reine Victoria. En 1858, la mort de Rachel est à l’origine du droit à l’image.  Actrice préférée de Victor Hugo, elle a eu un fils, Alexandre, avec le Comte Walewski, seul descendant, en ligne directe, de Napoléon Bonaparte.

Pendant la Belle Époque, l’Alsace-Lorraine, redevient le lander Elsass-Lothringen. Max Nordau, sociologue sioniste hongrois parle de la Dégénérescence (Entartung), de la Franceconcept conservateur et antimoderne qui ternit certaines trajectoires industrielles et artistiques. Théophile Bader et Alphonse Kahn fondent les Galeries Lafayette, Pierre Wertheimer, les maisons Bourjois et Chanel, Max Heilbronn, le Monoprix, Albert Kahn, les Archives de la PlanèteMarcel Proust, La Recherche du temps perdu, Simone Weil, La Pesanteur et la Grâce ou Alfred Dreyfus, capitaine du 2e bureau, victime du complot dont Georges Méliès tirera un film.  

En 1937, avec la grande exposition d’Art Dégénéré de Munichl’antisémitisme des nazis prend un tournant plus théorique et politique. Les juifs alsaciens stigmatisés sont Emile Durkheim, auteur du Suicide, le Front Populaire de Léon Blum et plus tard Pierre Dac sur Radio Londres ou les Marx Brothers aux USA.

La Shoah fut une entreprise, continuelle depuis deux cent ans, de Régénération eschatologique et protogénétique du peuple juif, une version négative du Tikkoun Olam ou la Régénérescence devient Théodicée. La vraie Réparation du monde alsacien se trouve dans les oeuvres de Marc BlochL’Étrange Défaite, la pantomime du mime Marceau, né Mangel, dorigine roumaine, la révolution de laéronautique de Marcel Dassault, né Bloch, dorigine lautrige, le film Ben-Hur de William Wyler, l’héritage du groupe L’Oréal de Jean-Victor Meyers et de la couronne d’Egypte, Mohammed Ali, Prince du Said.

Cette idéologie évolutionniste ou transhumaniste se perpétue dans la pensée de Noam Chomsky dont les concepts de Grammaires Générative et Universelle font référence au Darwinisme social et au Déterminisme génétique, développé dans le documentaire de Philip Montgomery, Régéneration (2010), dont le narrateur est Ryan Gosling.