Il n’y avait rien de plus important ni de plus urgent pour la France que ce vote ridicule, inutile, inefficace, ou comme vous aimez le qualifier SYMBOLIQUE.

Pensez donc, quelle aubaine. D’un coup de vote magique la France va enfin se redresser. Les palestiniens vont abandonner leurs projets funestes contre Israël, l’ISIS va déposer les armes et tous les problèmes de la terre vont se régler. La cerise sur le gâteau, la popularité des socialistes va repartir en flèche à la hausse et Hollande va être réélu dans un fauteuil.

Devant l’urgence d’imposer immédiatement une solution à un problème qui ne dure que depuis quelques dizaines d’années, les socialistes ont cherché à le caser rapidement, craignant de rater le coche. La seule date qui restait était le 28 décembre. Manque de chance ça tombait un vendredi, jour d’absentéisme record (il y avait d’ailleurs pas plus d’une cinquantaine de député présents dans l’hémicycle ce jour-là) et sans les caméras de France 3 pour filmer ces députés courageux en pleine gloire. C’est ainsi qu’ils ont trouvé l’artifice de discuter le 28 et de voter le 2.

Pauvres députés socialos, communos, ecolos, gauchistes qui avez voté ce pamphlet ridicule, vous n’avez même pas été capables, comme les Espagnols, d’assortir votre texte d’un minimum de conditions ou de lui octroyer un semblant d’équilibre.

Après les Cahuzac, Aquilino Morelle, Thévenoux, Trierwieler, Kader Arif et compagnie on peut comprendre que vous n’ayez plus peur du ridicule. Il n’empêche qu’en votant pour ce texte vous avez atteint les abysses.

Vous venez de voter pour un état dont ni les frontières ni le territoire ne sont définis, dont le gouvernement est non seulement bicéphale mais de surcroit illégal puisque sa date d’échéance est largement dépassée.

La France est le premier pays européen dont les députés de la majorité (en Angleterre ce sont les députés minoritaires de l’opposition) à voter un texte aussi partial et aussi déséquilibré.

Winston Churchill avait dit à Chamberlain qui revenait fier après avoir capitulé devant Hitler à Munich en 1938 « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre. »

Moi je dirai à tous ces députés qui espéraient se refaire une santé électorale sur le dos d’Israël : « Vous avez voulu remonter dans l’estime de l’électorat musulman en France, celles du Qatar et autres états arabes créanciers de la France le tout au prix du déshonneur. Vous avez déjà « gagné » le déshonneur et vous aurez la débâcle, résultat inévitable de votre démarche encore plus lâche qu’inutile.

Le chef d’état-major de la France vient de vous rappeler que Daesh a depuis longtemps franchi les frontières de l’Europe et qu’il se dirige vers votre salon.

Attention, même si vous vous êtes couverts d’une bonne couche avec cette démarche stupide et infamante, il n’y a pas que le ridicule qui tue.