Opposant les Palestiniens et les Israéliens, le conflit israélo-palestinien a commencé lors de la déclaration Balfour de 1917 et ne fait que perdurer.

Devant cette situation, JR a décidé de rapprocher les habitants des deux pays avec son projet Face 2 Face.

JR en quelques mots

Originaire de Paris, Jean René, alias JR est un féru du street-art, mais également de la photographie. Faisant partie de ces artistes de rue, JR a découvert l’art urbain très tôt.

L’artiste s’inspire du graffiti et met en évidence l’art, l’identité, l’action, la liberté, ainsi que la traite d’engagement dans chacune de ses réalisations. La démarche de JR s’inscrit aujourd’hui dans un contexte social et a fini par aboutir plusieurs travaux depuis les années 2000.

Parmi ses projets se trouve Face 2 Face. L’artiste a commencé à dépeindre des clichés de personnages anonymes comme des jeunes vivants dans des banlieues en 2001. Il s’est impliqué activement dans la réalisation de nombreux projets comme « Portrait d’une génération » pendant deux années, plus précisément de 2004 à 2006. JR n’hésite pas à saisir les occasions pour décrire le social à sa manière.

Face 2 Face : Salam / Shalom

Élaboré en 2007, le projet Face 2 Face consiste à rapprocher deux nationalismes en conflit en réalisant des portraits d’Israéliens et de Palestiniens exerçant le même travail.

Les portraits grands formats sont collés face à face sur les murs séparant les deux pays et dans les endroits les plus fréquentés.

Plutôt que de voir les différends opposant ces deux frères, le photographe ambitionne de les rapprocher. Souvent drôles, les portraits visent à procurer de l’espoir aux habitants tout en relativisant les différences. Ces illustrations ont aussi pour but de faire savoir ce que l’art peut apporter à une situation conflictuelle. Sur ce, JR fait appel à l’intelligence collective, mais aussi à la sensibilité.

La paix par le voyage

JR et ses amis Marco et Jean-François Rial se sont connus un an avant l’élaboration du projet Face 2 Face. Souhaitant comprendre la réalité des différends entre les deux pays, ils ont fait des voyages dans de nombreuses villes israéliennes et palestiniennes. Ces voyages leur ont permis de s’ouvrir sur le monde.

Sans tenir compte de l’origine, de la religion et de la classe sociale, partir en voyage est une occasion pour tout un chacun d’échanger, de partager et de trouver la paix. Cela favorise également l’ouverture d’esprit.

Voici une belle vidéo qui illustre bien tout ce que j’ai pu vous écrire :