Toute chose de valeur a un prix, et il est de plus en plus élevé selon cette valeur, ce qui la fait moins que ne le fait sa rareté, car ce qui a du prix n’a pas de prix ! Il nous faut donc toujours chercher le vrai prix des choses qui sont sans prix.

La paix est comme l’air, au prix sans prix ! La cherche-t-on vraiment ?

Israël peut atteindre au divin

Les électeurs d’Israël, démocratie imparfaite encore comme tout ce qui est humain, ont la possibilité d’atteindre au divin en livrant de nouveau un combat surnaturel.

Ils le feront en faisant de la valeur de la paix la clef du prochain scrutin; ainsi en feront-ils la clef de voûte du nouvel ordre qu’attend le monde, plus juste, plus fraternel; amoureux, en un mot.

Si Israël cherche la paix avec Ismaël qui est bien plus que son frère, son autre soi-même, qu’il soit donc prêt à y mettre le prix, celui de l’amour de son prochain et non de son rejet, car la paix ne se fait qu’avec l’ennemi absolu.

Cet ennemi, cet autre le plus absolu, a aujourd’hui les traits d’Ismaël, et il est aussi Israël, « Je » étant un autre comme disait le poète !
Notre prochain est notre image propre dans sa face cachée, un intime ennemi, occulte en notre inconscient se faisant coupable d’autant plus qu’il se nourrit d’un imaginaire tout de xénophobie.

La paix n’est pas une illusion

Les électeurs d’Israël, redevables à la Providence d’être élus parmi les élus, se doivent d’être dignes d’une telle distinction ; un tel honneur leur impose d’être capables de Dieu. Ce qui commande de voter pour qui est véritablement au service de la paix en Palestine.

Grâce aux justes, en Israël et ailleurs, il est temps pour que la paix ne soit plus une illusion, mais une réalité palpable grâce à leur vote historique.

La réalité de la paix est aujourd’hui dans la nécessité d’un nouvel ordre du monde, et il sera amoureux ou il ne le sera pas. Car seul l’amour peut triompher de la haine; seul l’amour n’a pas de turpitudes. Il est comme la rose, sans pourquoi !

Notre univers, cet immeuble planétaire, commande ici et maintenant la solidarité et l’humanité, réelles, tangibles. Notre voisin n’est pas le daéchien qu’on croit ; il est bien plus souvent un bon samaritain qu’on ne voit plus faute de tolérance au coeur et d’amour dans les yeux.

La Bécothérapie pour l’Alzheimer politique

Las politiciens du monde entier sont atteints d’un Alzheimer politique. Or, c’est une soi-disant maladie, un vieillissement cérébral prématuré qu’accélère le manque d’amour; et il se guérit !

Comme l’autre, l’Alzheimer politique se guérit donc avec la thérapeutique du bécot, la Bécothérapie relevant de la science du coeur et de la culture des sentiments.

Qu’Israël, juste parmi les justes, ose montrer le chemin de la paix en élisant des compétences sincèrement éprises du respect d’autrui, respectueuses de la légalité internationale, bref juste amoureuses!

Qu’Israël rallume les lumières éteintes de l’amour en renouant l’initiative de la paix des braves, acceptant que s’instaure enfin la seule légalité qui compte et qui soit équitable, celle de 1947!

Ainsi aidera-t-il à sortir le monde de sa fausse maladie de totale désorientation spatiotemporelle!

L’appel toujours actuel de Bourguiba

Je le dis à mes chers amis juifs en tant qu’ancien diplomate tunisien, entre autres, enfant de Bourguiba, prenant part en une Tunisie qui revit, se construisant en innovant par la transfiguration de la pratique politique.
M’adonnant d’ailleurs à une diplomatie informelle, je puis vous dire que l’héritage visionnaire de Bourguiba est plus que jamais d’actualité en mon pays pour le bonheur de notre région et du monde.

Je suis plus que convaincu que si Israël accepte la légalité internationale, l’appel mémorable de Bourguiba, dont on célèbre l’anniversaire, sera enfin entendu non seulement en Tunisie, mais dans tout le monde arabe.

Déjà, l’appel de Bourguiba devait changer la face du monde; ce dernier est au plus bas dans les turpitudes des uns et des autres, et seul un peuple voulu élu par Dieu est capable de faire revenir la paix et la raison.
Cela commande le seul vote qui soit conforme aux idéaux d’Israël : celui pour la paix maintenant.

Que l’appel de Bourguiba qui résonne de nouveau à Tunis soit entendu cette fois-ci par les juifs afin que change enfin la hideuse face du monde!

Pour qu’Israël ne soit qu’humanité !

Que la clairvoyance de l’électeur israélien pallie donc l’égarement de ses politiciens en ne ratant pas cette seconde chance qui s’offre à la paix.

Que le peuple d’Israël assume sa destinée d’élu parmi les élus, élisant la paix lors du prochain scrutin!

Que sa volonté soit la plus évidente possible, un mandat pour la paix sur la terre ultime de la spiritualité, pour l’amour des frères arabes de Palestine, musulmans, chrétiens et de toute autre croyance.

Car seul Dieu est en mesure de reconnaître les siens en un temps d’extrême confusion des valeurs; et Dieu est amour!

Israël ne sera plus Israël s’il ne revient de son errance actuelle qui doit prendre fin ! Et Israël ne sera rien s’il n’est humanité; or, l’humanité commande l’amour maintenant!