Le parc national de Bet Shearim, situé à 20 km à l’est de Haifa, est inscrit depuis 2015 au Patrimoine Mondial de l’Humanité. Cette nécropole est énorme et était située, comme il se doit, à l’extérieur de la ville même car dans la tradition juive, on n’enterrait jamais au sein d’une ville.

Des centaines de tombes ont été creusées à même la roche, le « nari », une croûte de roche dure sur une roche plus malléable de craie. Ces tombes servaient de dernier lieu de repos à de riches familles juives qui souhaitaient être enterrées près de leur Rabbi, Yehudi HaNasi, éditeur de la Mishnah sous sa forme définitive au début du 3ème siècle.

Bet Shearim était donc une ville juive et une des villes de passage du Sanhedrin au 3ème siècle. Son nom signifie les « deux portes » bien qu’aujourd’hui, nous ne savons pas vraiment ce dont il s’agit puisque les deux portes en question sont introuvables.

Le mot veut également dire abondance et là aussi….Cela étant, nous savons que le site servit de grenier à céréales pour la Reine Berenicki, soeur et amante du roi Herod Antipas…y a-t-il un lien?

Bet Shearim était incontestablement un site juif du 3ème siècle (Crédit : Della Tours Israe)

Bet Shearim était incontestablement un site juif du 3ème siècle (Crédit : Della Tours Israe)

Pour en revenir un instant à Yehudi HaNasi, nous savons que ce grand sage a demandé à être enterré à cet endroit. Pourquoi? Nous sommes en 219 et depuis la révolte de Bar Kochba en 135, la ville de Jérusalem est rebaptisée Aelia Capitolina. Les juifs sont interdits de résidence à Jérusalem par les forces romaines d’Hadrien.

Le centre religieux et spirituel juif ne pouvant plus s’y concentrer, elle s’est déplacée vers la Galilée où elle pouvait s’exprimer librement. Du fait, bien des juifs fortunés de la Diaspora se sont fait enterrer près du maitre.

Les fouilles ont démarré dans les années 30. En 1936 exactement, Alexandre Zaïd, un des fondateurs des groupes de défense Bar Giora et Hashomer, tomba par hasard sur le site. Il alerta les archéologues Mazar et Ben-Zvi qui se mirent de suite à l’oeuvre et identifièrent rapidement ce site comme étant celui de Bet Shearim.

Les tombes datent de la période de la Mishnah et du Talmud et le site resta en activité jusqu’aux 9ème-10ème siècles. Durant des fouilles en 1956, ont découvrit que le site servit également comme site de production de verre.

Motifs payens à Bet Shearim (Crédit : Della Tours Israel)

Motifs payens à Bet Shearim (Crédit : Della Tours Israel)

La Grotte des Cercueils ou Sarcophages est riches en découvertes. On y trouve une multitude de sarcophages recouverts de motifs payens. De toute évidence, les juifs de l’époque n’y voyaient aucune contradiction et adaptaient ces motifs à leur besoin et usage.

Motifs payens à Bet Shearim (Crédit : Della Tours Israel)

Motifs payens à Bet Shearim (Crédit : Della Tours Israel)

D’ailleurs, en visitant des sites comme Bet Alpha, Zippori, Ein Gedi et les synagogues byzantines s’y trouvant, on remarque la présence de roues du zodiaque, signe que les juifs à cette époque n’avaient aucun problème à utiliser de tels symbols.

La grotte des sarcophages à Bet Shearim (Crédit : Della Tours Israel)

La grotte des sarcophages à Bet Shearim (Crédit : Della Tours Israel)

La Grotte de Yehudi HaNasi..s’agit-il véritablement de sa tombe? Il est difficile d’en avoir le coeur net. Cela étant, il y a certaines indications qui ne trompent pas. Sur le mur adjacent à sa tombe, on trouve deux noms gravés: Hanina et Simon (ses deux fils) ainsi que le nom de son disciple Gamaliel dont on sait qu’il voulait reposer près de lui.

On sait aussi de par ses écrits qu’il voulait être enterré dans la terre et non dans un sarcophage et qu’il voulait être enterré près de son épouse. On voit ici deux tombes creusées dans la roche et remplies de terre. S’y trouvent-ils les restent du Rabbi? Aucun moyen de savoir et le site est bien trop sensible pour aller y fouiller!

La Grotte de Yahuda HaNasi à Bet Shearim (Crédit : Della Tours Israel)

La Grotte de Yahuda HaNasi à Bet Shearim (Crédit : Della Tours Israel)

Il aurait aussi dit qu’il ne souhaitait pas que les gens pleurent sa mort mais plutôt que ses disciples se recueillent près de sa tombe pour y étudier la Torah. Les rangées de marches se trouvant à l’extérieur et au-dessus auraient-ils servis à cet usage? Le mystère reste entier.

Un site passionate à découvrir.

Consulter ce site pour plus d’infos pratiques: http://bit.ly/1VLoTuz

Les photos sont la propriété de Della Tours Israel.