En France, une nouvelle agression antisémite augmente la somme des délits et crimes de la même espèce. Cette fois, il s’agit d’un mineur de seize ans, de nationalité turque, qui s’est attaqué avec une machette à un enseignant juif visible.

Constante désormais connue dans l’Hexagone,le criminel antisémite est arrêté et la victime juive hospitalisée.

Une fois encore dans ce type d’agressions, le criminel s’en prend, armé, à un religieux visible, pacifiste par foie, non armé. Une fois encore, il revendique son acte, proclame sa volonté de le réitérer et crie sa haine des Juifs. Une fois encore, la victime est attaquée par derrière et par surprise.

Devant la somme de crimes et délits antisémites en France, le président du consistoire israélite de Marseille recommande aux Juifs religieux de ne plus porter la kippa dans l’espace public afin de protéger leurs vies.

Ni les réactions désormais usuelles, orales et effectives de l’autorité publique, ni les rares désaveux des représentants de l’Islam de France, ni les mesures de protections mises en œuvre autour de lieux de culte, de culture et de façon générale ayant trait aux communautés juives de France ne permettent de faire cesser les délits et crimes commis depuis des années par des antisémites à l’encontre des personnes et des biens de ces communautés.

Même désavouées par les autorités religieuses et laïques de la communauté juive qui préconisent au contraire le maintien du port de la kippa, les recommandations du responsable marseillais constituent un indicateur du désarroi et de la lassitude des personnes et des groupes de personnes juives devant les offenses et agressions subies.

Il faut bien finir par admettre que la sécurité des Français juifs n’est plus assurée tant sur les plans civils que religieux sur le territoire français.

Le débat entre partisans et adversaires du maintien du port de la kippa dans les rues des villes de France est le pathétique révélateur de la situation sécuritaire des personnes en raison de leur appartenance à une religion ou à une philosophie.

Pierre Saba

13 janvier 2016