Le cœur

Les gens considèrent Jérusalem comme la capitale spirituelle du monde. Il est certain qu’une force spéciale s’y trouve, et que chacun la sent différemment.

La force que les gens  sentent à Jérusalem est la racine spirituelle qui existe dans cette ville. Malgré toutes les guerres qu’elle a endurées, la force de cette ville est une force d’amour.

La vraie Jérusalem ne réside pas dans les pierres ou dans les rues de la ville. Elle ne peut être ressentie que dans un cœur qui a été corrigé et transformé à partir de la haine sans fondement vers l’amour des autres.

Le mur

Le mur autour de la ville la protège. Le concept spirituel de Jérusalem représente un cœur corrigé, plein d’amour.

Lorsque nous avons corrigé notre cœur pour qu’il ressemble à Jérusalem, nous devons nous garder des pensées égocentriques.

Nous construisons apparemment un mur autour de nos bonnes pensées pour les protéger. Le mur doit être construit en premier, et une fois qu’il est érigé, nous pouvons construire la ville à l’intérieur du mur protecteur.

Les portes de la ville

Dans la spiritualité, les portes de la ville sont invisibles. Il y a seulement un mur. Cependant, lorsque nous avons rempli certaines conditions de correction de nos désirs égocentriques, une porte apparaît, et nous pouvons entrer.

Il y a plusieurs portes, qui représentent plusieurs conditions que l’on doit respecter.

Et pourtant, toutes ces conditions sont des aspects du don et de l’amour envers autrui. Et en fonction de la condition particulière que l’on a remplie, une certaine porte s’ouvre dans le mur.

La guerre

Aujourd’hui, il y a une ruine dans notre cœur. Regardez le monde qui nous entoure. Il est brisé par la guerre et la souffrance à cause de notre égoïsme. Il en est de même de Jérusalem.

Avec autant d’égoïsme, comment l’attribut de Jérusalem, qui est l’amour pur, peut-il soudainement s’éveiller ? La guerre pour gagner Jérusalem se poursuivra jusqu’à ce que l’amour conquière les cœurs de tous les peuples.

La guerre pour gagner Jérusalem est une guerre spirituelle, et la guerre physique se déroule uniquement parce que nous évitons de mener la vraie guerre, celle contre notre propre égocentrisme.

Le Temple

Le Temple est l’endroit où les forces spirituelles sont concentrées. Il est un symbole des attributs de la sainteté, à savoir l’amour et le don. Les gens voulaient y venir afin de relier la vie égocentrique corporelle à la vie spirituelle de l’amour d’autrui.

Les gens apportaient au Temple des présents de tout ce qu’ils avaient produit pour symboliser leur désir de sanctifier leurs actions, de les rendre altruistes. Les offrandes symbolisaient les intentions de leur cœur.

La ruine

La ruine du Temple symbolise la ruine de la sainteté, des attributs de l’amour et du don. Depuis la destruction du Temple, ces attributs ont été absents à Jérusalem.

Maintenant, nous devons commencer à les régénérer et à attirer le reste du monde vers la correction. Alors, Jérusalem sera de nouveau le cœur sacré du monde.

Lorsque j’étais une fois aux États-Unis, j’ai passé le shabbat dans une petite ville appelée Jackson, dans le nord. Je logeais dans un motel et je me suis assis sur la pelouse avec un Allemand qui se trouvait dans la chambre voisine. Il semblait être un homme simple, de la classe ouvrière, par ce que je pouvais en juger de ses mains.

Il s’est rendu compte immédiatement que j’étais juif et m’a demandé d’où je venais.

Quand je lui ai dit que je venais d’Israël, il n’a posé qu’une seule question. Il m’a demandé sérieusement et avec peine : « Pourquoi ne reconstruisez-vous pas le Temple ? » Je lui ai répondu : « Comment est-il possible de construire un temple lorsqu’il n’y a que ruine dans nos cœurs? » Il a compris cela et a dit: « Alors, commençons donc à partir de là. »

Une prière

En effet, commençons par le cœur, et demandons que nos désirs égocentriques soient corrigés. Demander la correction est appelé « une prière. » Une prière n’est pas un texte dans un livre de prière; c’est ce qui est écrit dans notre cœur, une demande de correction.

Il n’existe qu’une seule prière, la Tefilat Rabim (une prière de plusieurs). Cela signifie que la prière doit être pour le bien de tout le monde, de se connecter avec tout le monde comme un seul corps, comme un seul homme dans un seul cœur, un grand cœur qui comprend l’ensemble de l’humanité.

Essayons de reconstruire la ville de Jérusalem en nous. Ce sera la véritable construction du Temple, et la vraie construction de Jérusalem.

jerusalem-shutterstock