Depuis déjà quelques années nous pouvons remarquer qu’une seule voix politique israélienne est entendue dans les médias nationaux, communautaires. Cette voix est celle de la droite israélienne alors qu’elle ne représente qu’une fraction de la société israélienne.

En France, comme en Israël, les personnes de sensibilité de gauche sont peu entendues ou sont considérées comme des traîtres.

En lisant l’histoire d’Israël, il est aisé de voir que les « gauchistes » n’ont pas de leçons à recevoir au niveau sécuritaire.

Nous remarquons, en lisant la presse israélienne, en parcourant les rapports d’organisations internationales que les questions économiques, sociales et environnementales sont reléguées au dernier plan. L’aide aux nouveaux immigrants pose problème. Environ 30% des personnes qui ont fait leur « Alya » quittent le pays.

En accord avec les principaux partis de la gauche israélienne, un groupe de personnes ont fondé une association en Europe qui propose de faire connaître les valeurs de la gauche israélienne aux européens.

Cette association, les amis de la gauche israélienne, AGIS donnera sa première conférence le 28 mars prochain au MJLF Beaugrenelle. Le thème sera : « Pourquoi faut-il encore une gauche en Israël ? »