A l’Assemblée nationale française, le débat budgétaire a donné lieu à une digression idéologique et stratégique de la part du mouvement politique LaFranceInsoumise. La députée Autain s’en est prise au président de la République Macron qui a condamné les roquettes lancées par la milice djihadiste Hamas depuis Gaza contre la population civile israélienne.

Le sujet soulevé par Autain ne présente aucun rapport avec le débat budgétaire. L’intervention de la députée d’extrême gauche repose sur la condamnation d’un Etat agressé (Israël), le désintérêt envers sa population bombardée et le soutien à l’agression du Hamas.

Rappelons à la députée Autain et à son mouvement qui a applaudi son intervention que le Hamas est une milice islamiste armée et financée par la république islamique d’Iran avec laquelle elle partage la conception minimale des droits humains et qui s’impose en manipulant sa population sur la base d’une dictature religieuse et militaire et qui refuse publiquement à Israël le droit d’exister.

La députée Autain et son mouvement politique appuient ainsi un agresseur contre un agressé, soutiennent une théocratie militaire contre une démocratie parlementaire. Ils portent la parole injuste et autoritaire d’une milice qui occupe un territoire acquis à la suite d’une agression (Gaza) et restitué par Israël pour la paix. Enfin, ils se solidarisent d’une organisation terroriste, considérée comme telle par l’ONU et qui a applaudi aux attentats qui ont ensanglanté la France.

LaFranceInsoumise ne manque aucune occasion d’attaquer l’Etat d’Israël, sa population et ses soutiens dans le monde, en Europe et en France. La déclamation d’Autain en est le dernier avatar. Il convient aux partisans de la démocratie parlementaire, aux partisans de la paix et à ceux de l’existence de l’Etat hébreu de répondre à ces incartades contraires à l’esprit parlementaire, à la concorde nationale, au respect des règles républicaines et à la paix mondiale.