La déclaration Balfour du 2 novembre 1917 c’est à dire la création d’un foyer national juif en Palestine est une étape décisive dans l’histoire du sionisme.

Une grande figure du judaïsme qui aura joué un rôle décisif dans la déclaration de Balfour de 1917, le grand Rav Abraham Isaac haCohen Kook.

En 1916 la communauté orthodoxe Machzickei haDat (Gardiens de la Foi) de Londres propose à Kook de devenir son rabbin. Le Rav accepte à condition qu’il puisse rentrer en Israël dès que la situation politique le permettra.

Dès lors Kook prend une part active aux pourparlers qui aboutissent à la Déclaration Balfour en novembre 1917.

À Londres le rav s’occupe à établir et soutenir des yeshivoth et use de son influence pour empêcher le gouvernement britannique d’expulser les réfugiés juifs.

Il mène une polémique publique très virulente contre les « Anglais de confession israélite » qui nient la dimension nationale du judaïsme, qui combattent le sionisme et essaient d’influencer le gouvernement britannique pour empêcher la proclamation de la déclaration de Balfour.

Bien que les motivations britannique sont toujours restées flou à ce sujet, la Grande-Bretagne à cette époque désire protéger la route des Indes et donc la zone du canal de Suez. Elle cherche alors à contrôler le nord-est de l’Egypte.

Mais cette région est aussi convoitée par la France qui considère en effet la Palestine comme faisant partie de la Syrie avec laquelle elle entretient de nombreuses relations. Le contrôle des Lieux Saints est aussi ambitionné par l’Italie et la Russie.

Des négociations sont organisées entre Britannique et Français sur l’avenir des provinces ottomanes.

La Palestine serait ainsi placée sous régime international.                       La Grande-Bretagne considère alors que la reconnaissance d’un «foyer national juif» pourrait servir à assurer ses intérêts dans le Moyen-Orient et rendrait légitime ses revendications sur la Palestine.

Entre 1916 et 1922, l’Empire ottoman fait l’objet de tractations entre la France et l’Angleterre.

De 1920 à 1948 la Palestine sera sous Mandat britannique. Le Document du Mandat, tel qu’il sera ratifié par la Société des Nations en 1922, contiendra le texte intégral de la Déclaration Balfour.

La déclaration officielle sera adressée sous forme de lettre, adressée par Lord Arthur Balfour ministre britannique des Affaires étrangères à Lord Lionel Walter Rothschild vice-président du Board of Jewish Deputies :

« Cher Lord Rothschild, «J’ai le grand plaisir de vous adresser, de la part du gouvernement de Sa Majesté, la déclaration suivante, en sympathie avec les aspirations juives sionistes; cette déclaration a été soumise au Cabinet et approuvée par lui. Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un Foyer national pour le peuple juif, et il emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui porte atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives de Palestine ainsi qu’aux droits et aux statuts politiques dont les Juifs jouissent dans les autres pays.»

Trente ans plus tard cette lettre ouverte permettra à l’Etat hébreu de voir le jour, à Israël de renaître en tant que nation au peuple juif.