Il y a si longtemps, la communauté juive, sans exception aucune, condamnait l’extreme-droite et de toujours, les plus hautes autorités juives de France ont constamment veillé à ce qu’aucune discrimination n’y soit faite.

Très clairement, ces dernières années, une partie de l’électorat juif français a manifesté son enthousiasme vis-à-vis du Front National de Marine Le Pen. Pour eux, qui restent minoritaires, le parti d’extrême droite est le plus à même de les défendre face à l’islam, en particulier.

Ainsi donc, dans la communauté juive, une culture du racisme s’est insidieusement infiltrée dans toutes les instances, créant des situations de luttes internes qui ont terni l’image d’une communauté qui était connue comme un havre de paix et de tranquillité.

Le racisme on le sait est l’un des fléaux les plus difficiles à extirper en raison de son caractère protéiforme.
On serait même tenté de dire que la communauté juive à laquelle nous rêvions tous n’est pas pour bientôt.

Pendant que certains la tirent de l’avant d’autres s’inscrivent dans le sens contraire. La preuve en est que certains responsables communautaires sont toujours enlisés dans des illusions juste pour flatter leur ego.

Des efforts devraient être déployés en vue de la réactualisation des valeurs traditionnelles juives pour qu’elles soient en phase avec réalités de la vie moderne. Des ajustements douloureux sont nécessaires.

Tout symptôme de tension annonciateur d’un conflit communautaire devrait être envisagé comme un incendie potentiel et traité comme tel. Ceci justifierait ainsi la réprobation à l’encontre de tout acte susceptible de perturber l’équilibre social communautaire.