Depuis qu’il s’exprime sur les mouvements démographiques et leurs incidences socio-politiques en France, le philosophe Alain Finkielkraut fait l’objet d’accusation de racisme de la part de journalistes et de connivence avec l’extrême-droite et autres penseurs.

Que dit, qu’écrit Finkielkraut ?

1- La France vit une immigration méditerranéenne, arabe et musulmane qui modifie la carte démographique, politique, sociale et urbaine de la France.

2- La France a déjà vécu en son Histoire plusieurs vagues d’immigrations. Jusqu’à présent, ces immigrations se transformaient rapidement en intégration à la « nation française ». Lui-même, fils d’immigrés juifs, a vécu cette volonté de s’intégrer rapidement au tissus urbain et social français. Pour la première fois, remarque le philosophe, la France vit une immigration qui refuse ou  ralentit son intégration.

En réaction, il est lu et entendu que Finkielkraut serait raciste et hostile à l’immigration arabe et musulmane. Sa nomination à l’Académie française en a été une occasion supplémentaire. Or, sa vie, son oeuvre, son Histoire, ses écrits, ses déclarations attestent du contraire.

Ses détracteurs ont la chance de ne pas se voir traîner devant les juridictions pour diffamation par l’intéressé. Il gagnerait, puisque personne ne prouvera quelque racisme de fond ni de forme dans les avis que livre Finkielkraut. Ils ont la chance d’habiller en raciste cet antiraciste, parfois victime lui-même d’antisémitisme, sans encourir les peines prévues à cet effet. Ils ont  la chance de ne provoquer chez le philosophe que réponses indignées et justifiantes.

Par son abnégation judiciaire, le philosophe poursuit la tradition des hommes de  la pensée et de la liberté.