À la lecture de notre section « Ki tavo », nous pouvons observer que le début du Deutéronome est une introduction à cette même section. Enfin le peuple hébreu va arriver dans son pays et Moïse, à la manière d’un père de famille, donne des recommandations et des avertissements à son peuple.

Les avertissements de Moïse ont un intérêt pour l’humanité entière car ils nous rappellent que les Hommes doivent s’écarter de certains penchants. Regardons ensemble certains des avertissements de Moïse.

Chap. 27, V. 15 : « Maudit soit l’homme qui fera une idole taillée ou fondue, une abomination de Hashem, œuvre d’un artisan, et l’installera en secret. Et tout le peuple élèvera la voix et dira « Amen » »

Notre civilisation façonne tous les jours des idoles. Idoles éphémères comme des chanteurs ou durables comme les idéologies politiques.

Il est intéressant de voir comment les médias parlent des chanteurs connus et aimés par beaucoup. Ce sont des stars, des étoiles comme si ces artistes venaient du ciel et étaient donc des dieux.

J’ai été invité il y a quelques mois à débattre au Parlement roumain avec des étudiants sur la fin de l’idéologie communiste dans les pays de l’Est.

La discussion portait sur le point suivant : « L’idéologie religieuse peut-elle remplacer l’idéologie politique du bloc de l’Est. » J’avais répondu que oui et que l’idéologie religieuse si elle se transforme en idolâtrie pourrait être plus dangereuse que l’idéologie politique. Malheureusement je ne m’étais pas trompé au vu des événements actuels.

Chap. 27, V. 16 : « Maudit soit celui qui traite avec mépris son père et sa mère. Et tout le peuple dira « Amen » »

Nous abordons avec ce verset le problème de nos anciens. Respecter son père et sa mère c’est respecter les générations précédentes qui sont encore de ce monde. Il est tout à fait normal que nous assistions à un conflit de générations à chaque « passage de flambeau ».

Certains ont dit qu’il fallait tuer le père pour exister. Le problème est que nous oublions que nos anciens peuvent nous aider à construire un monde meilleur en les associant à la vie. De plus en plus d’écoles sont construites comme des espaces inter-générationnels et nous ne pouvons que remarquer l’impact positif qu’ont les anciens sur la nouvelle génération et vice versa.

Chap. 27, V. 18 : « Maudit celui qui égare un aveugle sur sa route. Et tout le peuple dira « Amen » »

Le Rav Feinstein nous enseigne que « cela inclut le fait d’induire en erreur quiconque est « aveugle » en ceci qu’il ne connaît pas la vérité ou ne sait comment agir. »

Ce commentaire nous ramène au premier verset qui parlait de l’idolâtrie et de l’idéologie. En effet, au regard de l’actualité nous observons qu’un certain nombre de jeunes sont embrigadés par des extrémistes par de belles histoires. Vous pensez tous comme moi aux jeunes qui partent faire le djihad et nous devons nous interroger sur les raisons de leur départ.

Il m’est arrivé de voir des vidéos de propagande et de remarquer comment elles étaient bien faites. Pour un jeune mal dans sa peau, pensant que personne ne peut le comprendre, il est très facile d’adhérer à ces images. Alors que faire me direz-vous ? Nous devons sûrement suivre ce verset en considérant ces jeunes comme aveugles et leur rendre la vue.

Chap. 27, V. 19 : « Maudit celui qui détourne le droit de l’étranger, de l’orphelin et de la veuve. Et tout le peuple dira « Amen » »

J’ai donné une explication de ce verset dans mon dernier article « l’amer silence de la communauté juive face aux migrants. » J’espère que tous ceux qui m’ont injurié suite à cette parution prendront le temps de lire les textes saints mais je n’en suis pas sûr……

Nous remarquons que ces fautes peuvent se faire en secret. Pour Or Ha’Haïm, « les enfants d’Israël doivent affirmer leur aversion pour toute faute commise en cachette. » et ajoute que « le peuple doit savoir qu’il ne peut exister de contradiction entre la piété affichée en public et la conduite menée en privée ; une société qui considère que l’on peut fermer les yeux sur une faute commise dans l’intimité verra inévitablement son intégrité morale s’effondrer. »

Chabbat Chalom

Eric Gozlan