Le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, n’a pas ménagé sa peine pour obtenir un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas… Mais est-on sûr que ce brave diplomate, fier d’avoir obtenu gain de cause, n’a pas contribué à détériorer les relations fragiles des états de la région ?

Personne, et surtout pas moi, n’osera dire que M. Kerry n’est pas un véritable ami d’Israël. Il l’a prouvé en de maintes circonstances et malgré des sorties hasardeuses, il a fait son maximum pour tenter d’obtenir un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens.

Nous n’allons pas refaire l’histoire et tout le monde sait comment se font finis ces pourparlers qui n’avaient aucun sens, force nous est de le constater aujourd’hui. Car s’entêter à négocier avec Mahmoud Abbas revenait à vouloir vendre un aspirateur à une ménagère en l’absence de son mari. Le vendeur a toutes les chances de voir sa vente annulée dès que le maître de maison aura eu connaissance de la transaction.

Or Abbas n’avait aucun pouvoir dans la Bande de Gaza et ne pouvait donc en aucun cas prendre décision en lieu et place du Hamas. Israël le savait, Kerry aussi. Partant de là, les équipes de négociateurs israéliens ont joué le jeu jusqu’au bout, sachant que tout cela était une perte de temps. Pour autant, si Israël avait, pour cette raison, refusé de s’asseoir à la table de négociation, l’opinion internationale l’aurait mis immédiatement au ban des Nations ce qui aurait été terrible pour l’avenir du pays.

John Kerry ne comprend pas pourquoi Israël ne fait pas plus d’efforts et se fend de déclarations aussi inutiles que contre-productives. Le Secrétaire d’Etat semble avoir raté la majeure partie de ses cours de géopolitique du Proche-Orient, certainement pour cause d’agenda trop chargé. Soit il lui manque des informations, soit ses conseillers ont démissionné, soit il serait plus efficace à un autre poste.

Et ce week-end, ne voilà t’il pas qu’il se reprend à jouer les grands médiateurs et à négocier un cessez-le-feu avec les turcs, les Qataris, les Français, les Allemands, les Anglais et les Italiens…

Et ces grands diplomates, sur la base de la proposition faite par Kerry, demandent une trêve humanitaire de 24h.

Personne ne peut imaginer qu’Israël répondra par la négative tant cela pourrait lui être préjudiciable au plan international. Le Hamas, lui, ressasse toujours les mêmes revendications et donc ne s’inscrit pas dans la démarche d’une trêve, quelle qu’elle soit.

Mais où Kerry a t’il dérapé ?

1- Il a raté l’occasion pour les USA de se rapprocher de l’Egypte de a-Sissi, alors que les relations entre les deux pays sont quasiment au point mort depuis l’accession au pouvoir de Morsi, destitué depuis. L’Egypte a besoin de l’armement américain et les USA ont besoin d’un vrai partenaire au sein de la Ligue Arabe. Au lieu de soutenir l’axe Egypte-Israël-Arabie Saoudite-Autorité Palestinienne, Kerry est parti se fourvoyer avec ceux qui défendent ardemment la cause du Hamas. Sans pour autant d’ailleurs obtenir quoi que ce soit de valable puisque le Hamas n’a pas accepté ses propositions.

2- Il n’a pas soutenu comme il se doit Mahmoud Abbas qui doit maintenant faire face à une explosion de violence dans les rues palestiniennes fomentée par le Hamas.

3- Il a laissé s’exprimer un haut responsable militaire américain qui a expliqué que dissoudre le Hamas pouvait être dangereux et amener la création d’un Etat Islamique sur le modèle de ce qui se passe en Irak et en Syrie. Ben voyons !!! La menace est certes réelle et pour l’empêcher, il faut installer Mahmoud Abbas en maître à Gaza avec le soutien de l’Egypte et d’une force d’interposition internationale. L’avenir pourrait donc ne pas être incertain, si l’on fait ce qu’il faut avec ceux qui refusent la dictature des factions intégristes.

Tout le monde sait que Mahmoud Abbas n’est pas le joker idéal mais à tout prendre, Israël peut encore s’accommoder avec lui. Abbas a aussi le soutient de a-Sissi, ce qui n’est pas rien par les temps qui courent.

Alors M. Kerry, nous vous conseillons de relire les notes de vos analystes… soit ils méritent d’être mutés à la circulation, soit vous avez lu les notes à l’envers… Mais par pitié, cessez de jouer avec le feu, vous pourriez entraîner toute la région dans un conflit qui dépasserai certainement vos craintes les plus cauchemardesques…