« Car tu es un peuple saint pour l’Éternel, ton Dieu. De tous les peuples sur la face de la Terre, le Seigneur t’a choisi pour être sa richesse ». Deutéronome 14:2

Alors qu’Israël s’apprête à célébrer le 70e anniversaire de l’Indépendance, j’espère qu’il sera prêt à recevoir le plus beau cadeau de tous les temps.

70 ans est en effet une période particulière. Il marque la durée de vie moyenne d’une personne – une période où nous devons réfléchir à ce que nous avons accompli dans notre vie. De même, le temps est venu pour nous de réfléchir à ce que nous avons accompli en tant que nation :

Avons-nous progressé vers un objectif tangible et unifié ?

Nos réalisations dans les domaines de la haute technologie, de la science, de la médecine et de la défense profitent-elles vraiment à autrui ?

Il est vrai que tout pays ayant réussi ce que nous avons accompli avec les moyens dont nous disposons depuis 70 ans serait très satisfait de lui-même.

Cependant, la question demeure : devrions-nous nous mesurer avec les mêmes règles de valeurs que les autres nations ?

Nous, le peuple d’Israël, sommes uniques. Qu’il s’agisse de la Torah qui décrit notre singularité comme un « peuple choisi » (Deutéronome 14:2) et comme un peuple qui « apporte la Lumière au monde » (Midrash Rabba, Cantique des Cantiques, 4e partie), ou des nations du monde qui le marquent par une pression antisémite de plus en plus intense, on nous montre que nous ne pouvons pas nous reposer simplement sur nos lauriers. Au contraire, nous devons être attentifs au fait qu’en raison de notre caractère unique, nous sommes tenus à une norme supérieure.

Notre histoire, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières de l’État d’Israël, est entachée de génocide, de guerres, d’exil et d’antisémitisme. Aujourd’hui encore, un vote des Nations unies sur l’existence de l’État d’Israël pourrait très probablement éliminer l’État d’Israël aussi rapidement qu’il l’a admis il y a 70 ans.

C’est pourquoi nous devons explorer notre idéologie, notre Torah, notre histoire, notre destin, l’attitude envers nous de toutes les nations, et examiner ensuite si nous faisons la bonne introspection en cette année spéciale.

Pourquoi la même échelle de valeurs ne s’applique-t-elle pas à Israël comme aux autres nations ?

Alors qu’Israël continue de rechercher une reconnaissance mondiale pour ses progrès dans les domaines de la haute technologie, de la science, de la médecine et de l’agriculture, Israël représente un tout autre ensemble de valeurs. Par conséquent, peu importe combien Israël exporte de technologies de pointe dans le monde, la position du monde envers Israël devient d’autant plus amère et dure.

La nation juive a été établie dans l’ancienne Babylone par Abraham le Patriarche. Abraham a uni le peuple de Babylone qui est venu à lui pour se joindre au premier mouvement « d’unité au-dessus des différences ». Ceux qui refusaient d’aller simplement avec le courant zeitgeist babylonien décadent, et qui voyaient la vérité dans l’appel d’Abraham à « aimer son prochain comme soi-même » (Lévitique 19:18), se rassemblèrent autour de lui. Abraham unit ce premier groupe de personnes, les appela « Israël » (Yachar El) (Drouch, Ramchal), et les guida vers le pays d’Israël, la terre de Canaan.

La vision unique de ce groupe était leur volonté de s’unir simplement sur la base d’un amour fraternel commun. C’était très difficile, parce que l’ego de chaque individu s’enflammait avec ses exigences. Néanmoins, ils s’efforcèrent de s’unir selon le principe, « l’amour couvrira tous les crimes ». (Proverbes 10:12)

La méthode qu’Abraham a enseignée est appelée « la sagesse de la Kabbale ». C’est une méthode qui guide les gens à travers un processus d’union au-delà des différences. Une fois que l’unité est appliquée dans un groupe, elle peut alors s’étendre de plus en plus jusqu’à atteindre l’humanité dans son ensemble.

Cependant, après notre retour sur la terre d’Israël, nous n’avons pas appliqué le principe unificateur d’« aimer son prochain comme soi-même » comme méthode essentielle dont nous avions besoin pour continuer à vivre et grandir, et avons oublié que ce principe unificateur est ce qui nous identifie comme le peuple d’Israël sur la terre d’Israël. Nous l’avons abandonné et il a disparu au fil des générations.

À notre époque, où la division sociale est omniprésente et où l’unité est plus que jamais nécessaire, nous ne savons pas comment montrer au monde la méthode de l’unité au-delà de nos différences, la méthode qui peut résoudre non seulement nos problèmes, mais aussi ceux de l’humanité.

Pourquoi le monde en veut-il de plus en plus à Israël ?

Étant donné que l’unité est un besoin croissant, et que notre identité est fondée sur le fait qu’on nous a donné la méthode pour la mettre en œuvre et la transmettre, il s’ensuit qu’en ne remplissant pas cette fonction pour l’humanité, nous attirons une attitude négative de la part du monde.

Inconsciemment, les nations du monde ont l’impression que nous détenons une clé spéciale pour le succès, et que nous la leur cachons. À première vue, cela pourrait être considéré comme un pouvoir disproportionné dans les domaines de la finance, de la politique, des affaires et des médias, mais la cause profonde de ces sentiments, auxquels Israël et les nations du monde ne peuvent pas encore se référer directement, est qu’on s’attend à ce que nous apportions la méthode de correction au monde. Par conséquent, l’antisémitisme ne fera qu’empirer jusqu’à ce que nous le fassions.

Alors, où est le plus grand cadeau pour la fête du 70e anniversaire d’Israël ?

En même temps que la célébration, nous pouvons ajouter la conscience de notre véritable identité, de notre but et de notre rôle dans le monde. Nous pouvons nous concentrer sur ce qui est nécessaire pour progresser dans notre capacité à nous unir à l’avenir, ajoutant ainsi l’unité à tous les progrès que nous avons réalisés jusqu’à présent.

La sagesse de la Kabbale, méthode d’unification des peuples et des nations, est vraiment le plus grand cadeau que nous puissions faire au peuple israélien à l’occasion de son 70e anniversaire, car elle contient les solutions à tous les problèmes que nous connaissons : des solutions pour nous unir au-delà de nos divisions politiques, religieuses et sociales internes ; des solutions à notre situation sécuritaire complexe et à nos relations avec d’autres pays et peuples ; et même pour résoudre nos problèmes domestiques et personnels.

De plus, en s’unissant, les nations du monde cesseraient de sentir que nous leur cachons quelque chose. Elles commenceraient à ressentir une amélioration de la conscience, un changement positif dans leur vie, et la tendance à l’antisémitisme s’inverserait : nous serions traités avec révérence, car nous serions perçus comme le canal du bien qui remplit la vie des gens.

Le don est la plénitude, l’abondance et l’accomplissement illimité que nous pouvons ressentir lorsque la lumière de l’unité entre dans nos vies. Et le moyen de recevoir ce don est de couvrir toutes nos différences, nos divisions et nos conflits sous un même toit d’amour.

Mon organisation, le Bnei Baruch Kabbalah Education & Research Institute (Kabbalah L’Am en Israël), organisera également sa propre célébration du 70e anniversaire d’Israël avec la Convention mondiale de la Kabbale qui se déroulera du 20 au 22 février 2018. La convention, qui aura lieu au Centre des congrès de Tel-Aviv, sera une célébration de l’unité au-delà des différences, avec plus de 7 000 personnes venant de plus de 50 pays. J’invite chaleureusement tous ceux qui souhaitent découvrir l’essence véritable de l’identité, de la culture et de l’unicité d’Israël à se joindre à nous. Tous ceux qui ressentent la moindre curiosité ou attirance pour la sagesse de la Kabbale ou l’unité comme solution à tout problème sont les bienvenus.