Après la Suède qui a décidé de reconnaître bientôt la « Palestine », la Grande-Bretagne qui a voté symboliquement, à une majorité écrasante, une même reconnaissance, plusieurs États européens vont, semble t-il, s’ajouter à la liste.

Dont la France qui assure, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, qu’elle devra ‘’prendre ses responsabilités’’.

Imaginons, pour l’exercice, que les vingt-huit pays européens, ainsi que le Conseil de Sécurité, se greffent à cette décision en décidant d’adopter comme frontières la ligne d’armistice de 1949.

Viendra, alors, le moment de la concrétisation de leur vœu pour la ‘’paix’’.

Si l’on peut penser que les quartiers exclusivement arabes de Jérusalem-est seront partie intégrale de la « Palestine » à venir, qui osera exiger des Israéliens un retrait, entre autres, de la Vieille Ville, portion de la capitale israélienne où se trouve le mont du Temple, lieu le plus saint du judaïsme ?

Vieille Ville construite par les Juifs, pour les Juifs et faisant vibrer le cœur du peuple juif depuis plusieurs millénaires.

Une évacuation considérée comme primordiale pour l’Autorité palestinienne, et déjà requise en l’an 2000 à Camp David et en l’an 2008 à Annapolis.

Les ‘’faiseurs de paix’’ contraindront-ils les ‘’Palestiniens’’ à partager ? A permettre, enfin, aux fidèles Juifs de prier librement sur ce lieu, voire à y reconstruire un temple ou à autoriser des fouilles archéologiques en son sous-sol ?

Seuls les naïfs le croiront !

L’Europe exigera t-elle le retrait total des israéliens vivant à l’heure actuelle en Judée et en Samarie ? Participera t-elle à rendre ces territoires, qui ont vu la naissance du Judaïsme, tels que l’avait rêvé Hitler pour l’Europe ? Judenrein ! Nettoyés de toutes présences juives.

Ce nain politique obligera-t-il les ‘’Palestiniens’’ à accepter en leur sein des citoyens de confession juive ?

Seuls les idiots utiles l’assureront !

La communauté internationale, par le ‘’droit international’’, affirme être en faveur de la solution de deux États. Pour ce faire, elle s’empresse de voter la légitimation de la « Palestine » alors que le peuple israélien, dans sa très grande majorité, est en faveur, depuis plusieurs années, de la création de cet État vivant en paix à leur côté.

Quoi qu’il en soit, la solution de deux États signifie, à n’en pas douter, que l’un d’entre eux appartienne au peuple juif.

La communauté internationale est-elle prête à exiger des ‘’Palestiniens’’, mais aussi du monde musulman, une telle propriété ? Autrement dit, l’abandon pur et simple du ‘’droit au retour’’ de millions de « réfugiés » au cœur même de l’Etat d’Israël ?

Rions ! Jusqu’à présent, l’Europe n’a jamais même imposé à l’AP un contrôle sur ses aides financières.

A ces trois petites questions, n’y ajoutons pas le ridicule de voir l’Europe promettre la sécurité à l’État du peuple juif alors que ses observateurs installés en 2005 sur la frontière entre l’Egypte et Gaza ont fui dès que le Hamas a toussé en 2007, année de son coup d’état.

N’y ajoutons pas également le grotesque de l’Onu, incapable d’empêcher, par exemple, le Hezbollah de se réarmer comme le prévoyait la résolution 1701 en 2006 du Conseil de Sécurité.

Comme chacun le constate, ces reconnaissances ne remplaceront pas la négociation, laquelle verra les Israéliens obtenir toutes leurs exigences.

Celle de leur sécurité à long terme, sur le Jourdain et par leurs propres moyens, d’un État de « Palestine » comprenant des citoyens juifs et acceptant de vivre en paix aux côtés de l’Etat du peuple juif, celui-ci priant librement sur un mont du Temple partie intrinsèque de sa capitale.

Restera, pour la réflexion, l’hypothèse d’une Europe prenant absolument parti pour les revendications ubuesques ‘’palestiniennes’’, et donc des sanctions et des menaces militaires à l’encontre du ‘’fauteur de guerre’’.

Si sur le plan, économique la planète ne se réduit pas au continent européen, il est bon de se rappeler que sur le plan militaire, Tsahal est quelque peu mieux équipé et plus professionnel que les armées de la Libye, de l’Irak, du Mali ou encore de l’Afghanistan. Liste très peu exhaustive.

On lui prête même la possession de quelques centaines de missiles intercontinentaux à tête nucléaire.

Au final, ces reconnaissances sont à mettre au crédit des relations diplomatiques européennes effrayées par une carence de pétrole et de pétrodollars mais également apeurées par des attentats et des émeutes sanglantes sur son sol.

Toutes choses qui conditionnent la ‘’défense’’ européenne des Droits de l’Homme.

Dans les faits, cet acte politique n’aura d’autre effet que celui de retarder l’avènement de la Paix. Il en fut ainsi en 1938 lors des accords de Munich. La collaboration ne paye pas. D’autant plus lorsque le peuple juif se refuse à être, de nouveau, le bouc émissaire de leur mal-être.