349 – c’est le nombre de fois où Jérusalem est citée dans la Torah! Plus 108 fois sous le nom de Sion. Plus quelques dizaines de fois sous des noms comme : Salem, Yevous ou Moriah… En tout, plus de 500 fois.

Depuis plus de 3000 ans, chaque juif vivant en Israël doit se rendre a pied a Jérusalem 3 fois par an lors des fêtes de Pessah (Paques), Shavouot (Pentecôte) et Souccot (Tabernacles)…Chaque juif qui se marie doit prononcer cette phrase : « si je t’oublie Jérusalem, que ma main droite m’oublie, que ma langue s’attache a mon palais; si je ne me souviens pas de toi, si je ne place Jérusalem au sommet de ma joie »… Et dans la vie quotidienne, 3 fois par jour lors de chaque prière, les juifs se tournent vers Jérusalem, et ses habitants Yérousalmites se tournent eux vers le mont du temple.

C’est dire si pour le Judaïsme, cette ville occupe une place plus que centrale, unique.

Même si le temple n’existe plus aujourd’hui, pour les juifs du monde entier la sainteté intrinsèque du lieu existe toujours. Sainteté passée et présente qui se projette aussi dans le futur, puisque la tradition juive nous dit que dans les temps messianiques, le troisième Temple (Beit Amikdash) sera de nouveau reconstruit sur le mont Moriah. Mont sur lequel a eu lieu le sacrifice d’Isaac, ainsi que le rêve de Jacob des anges qui montent et descendent sur l’échelle qui s’élève jusqu’au ciel…

Le Rav Kook a très justement écrit que lorsque l’on parle de Jérusalem, l’on parle de l’identité même d’Israël. C’est elle qui rend possible en effet l’unité des trois dimensions que recouvre le nom Israël, c’est à dire Am (peuple), Erets (terre) et Dat (religion) Unité donc à la fois humaine (les 12 tribus), géographique (Lieu le plus sacré d’Israël) et spirituelle (le Temple consacré a Dieu).

C’est donc bien de l’identité même du peuple d’Israël depuis ses origines que Jérusalem représente. Identité commune, qui rassemble et surmonte les divergences qui existent dans chacune des 12 tribus qui forment le peuple d’Israël. Sans cette unité spirituelle, géographique et humaine, les juifs auraient pu se constituer en 12 peuples différents plutôt qu’en une seule nation, unie et idéale, capable d’assumer le destin chaotique qui est le sien…

Le Rav KOOK explique que la sainteté du peuple juif ne peut se faire que dans l’unité: c’est cette unité (des 3 dimensions d’Israël) qui crée la sainteté, qui elle même peut mener a la prophétie, donc au destin même du peuple élu (choisi par Dieu). Jérusalem étant la concrétisation de cette mission… Ceci explique pourquoi les Nations du monde, de façon consciente ou non, veulent la diviser afin de limiter la force d’Israël

Et c’est aussi pour cela que cette ville, bien que sacrée pour les trois religions monothéistes, reste pour Israël son premier capital et son unique capitale. Et que le temps est venu que les Nations du monde le reconnaissent enfin, et qu’elles y installent leur ambassade.