J’en ai assez d’entendre ces arguments religieux mis en avant par tous les juifs qui veulent absolument imposer au monde l’idée que c’est le fait que le nom de Jérusalem soit nommé des centaines ou des milliers de fois dans la Torah, qui justifieraient que nous avons une légitimité pour occuper cette ville.

Plus de six milliards d’êtres humains sur terre ne croient pas que cette terre, Israël, et cette ville, Jérusalem, doivent revenir forcément aux juifs et qu’elle leur fut promise voila des millénaires, donc que cela ne devrait pas être discuté.

C’est faire le jeu de nos adversaires que de rentrer dans ce débat en 2017, aucun état aujourd’hui ne doit sa reconnaissance sur des bases aussi discutables, d’ailleurs aucun ne se risquerait d’entrer dans ce genre d’arguments d’un autre âge.

C’est faire le jeu de nos adversaires que de faire du conflit israélo-arabe une affaire religieuse, voir messianique. A ce jeu, je crains que nous n’ayons jamais gain de cause aux yeux du plus grand nombre qui ne reconnaît que des résolutions internationales et politiques. C’est ainsi, il faut se rendre à l’évidence et argumenter selon des bases juridiques reconnues par tous.

1. Israël a obtenu son indépendance après un processus long de près de cent ans, légalement reconnu par la communauté internationale, comme tous les autres pays l’ont été avant et après lui.

2. Israël s’était contenté en 1947 du territoire exigu que les nations lui avaient octroyé, à côté d’un autre territoire destiné à un pays arabe, ce n’est pas de sa faute si tous les états arabes avaient refusé ce partage et avaient attaqué cet état à peine reconnu, avec l’intention de le détruire.

3. En 1967, la Jordanie nouvellement créée, qui occupait illégalement la Cis-Jordanie et donc Jérusalem Est, attaqua Israël alors que ce pays lui demandait avec insistance de ne pas se joindre à l’Egypte, la Syrie, entre autres, qui voulaient encore essayer de détruire Israël, mais c’était plus fort que tout. La Jordanie pris le risque d’attaquer Israël et perdit dans cette guerre déclenchée par elle, la Cis-Jordanie.

4. Juridiquement, et non plus religieusement, Jérusalem Est est revenu au vainqueur de cette guerre d’agression. Les Arabes doivent accepter ce fait et être bons perdants. S’ils avaient, eux, gagné cette guerre, ils n’auraient fait aucun cadeau aux juifs, peut-être même les auraient-ils exterminés.

5. Voila pourquoi les Israéliens ne devraient qu’avancer tous ces arguments énumérés ci-dessus, et ne plus justifier l’appropriation de cette ville, Jérusalem, que par ces faits réels et bien assimilés, eux, par tous, et bien dire que les Arabes, quand ils l’occupaient, jusqu’en 1967, en avaient fait une ville interdite aux juifs.

Les Arabes qui vivent à Jérusalem, qui ont les mêmes droits que les juifs et les autres, depuis qu’Israël a repris légalement cette ville, ainsi que tous les pays, devraient remercier Israël d’avoir permis à toutes les confessions de pouvoir exercer leur culte, ce qui n’était pas le cas quand cette ville était aux mains des Arabes.

Tous ces arguments, s’ils étaient mis en avant, plutôt que toutes les considérations religieuses (qui ne devraient être mises en avant qu’une fois tout cela intégré) auraient un tout autre poids au yeux du monde. Ils ne souffriraient d’aucune discussion, ils font appel à des considérations politiques et juridiques récentes et admises par toute la communauté internationale.

Ceux qui ne seraient pas d’accord avec cette réalité, de mauvaise foi, ou par le fait qu’il se trouvent des majorités automatiques qui veulent imposer par la loi du nombre, des falsifications de l’histoire, sachent qu’un jour il se trouvera d’autres majorités intégrées et libres, pour imposer la vérité historique.

Cela ne sera que justice !