Je suis ce que je suis. Et, parce que je suis ce je suis, je peux te sentir être.

Laisse-moi être moi.

Ne cherche pas ma perte. Tu n’en tireras aucun profit. Même si l’illusion te fait croire qu’elle te profitera, tu ne feras que courir à ta propre perte.

Laisse-moi être moi.

Si ta langue ne me loue pas, qu’elle ne me brûle pas. Tu finiras par te brûler toi-même.

Laisse-moi être moi.

Que ta main me soutienne ou qu’elle me repousse, fais en sorte qu’elle ne me pousse pas dans le gouffre. Ne te prépare pas une descente aux enfers, parce que je veux être moi.

Laisse-moi être moi.

Je ne suis pas toi. Tu n’es pas moi. Mais toi et moi nous pouvons être le « Nous ».

Toi et moi nous pouvons être « UN ».

Je ne suis pas lui. Il n’est pas moi, mais lui et moi nous pouvons être le « Nous ».

Lui et moi nous pouvons être « UN ».

Je ne suis pas vous. Vous n’êtes pas moi, mais vous et moi nous pouvons être le « Nous ».

Vous et moi nous pouvons être « UN ».

Je ne suis pas eux. Ils ne sont pas moi, mais eux et moi nous pouvons être le « Nous ».

Eux et moi nous pouvons être « UN ».

Ensemble nous pouvons chanter. Ensemble nous pouvons danser. Ensemble nous pouvons rire. Ensemble nous pouvons aimer. Ensemble nous pouvons marcher. Ensemble nous pouvons courir. Ensemble nous pouvons vaincre. Ensemble nous pouvons vivre.

Ensemble nous pouvons bâtir.

Même ensemble, n’oublie que c’est moi, parce que je n’oublie que c’est toi.

La mort viendra peut-être à nous ;  je serai toujours moi, parce que tu seras toujours toi.

Ne l’oublie pas : je suis ce que je suis.