Les citoyens juifs européens et les amis d’Israël qui aspirent à une paix au Proche-Orient reposant sur un accord entre Israéliens et ‘’Palestiniens’’, selon le principe « deux peuples, deux États », ont lancé un appel aux chefs d’État et de gouvernement des pays européens pour leur demander de se joindre aux États-Unis afin de proposer un accord-cadre et sauver la solution à deux états.

Un appel publié, comme il se doit, le vingt juin, dans les journaux nationaux Le Monde et Libération.

JCall, c’est de cette association dont il s’agit, assure que le statu quo « est source de danger ».

Il est bon de savoir que l’Etat d’Israël a des amis !

Ainsi, préconisent-ils, l’accord-cadre imposé permettrait aux belligérants de reprendre les négociations et d’essayer de parvenir à « un accord sur la base des principes suivants, connus de tous ».

– Un retour aux frontières de 1967, avec des échanges consentis de territoires d’égale superficie afin de tenir compte des réalités sur le terrain et de limiter le nombre d’Israéliens qui devront revenir au sein des frontières de l’État d’Israël.

De la sorte est validée la volonté musulmane de la création d’un état purifié de toutes présences de Juifs. Un pays édifié sur ce qui est le berceau du Judaïsme. Territoire qui, vraisemblablement, importe très peu à ces ‘’amis’’ juifs européens.

– Des mesures de sécurité accordées aux deux parties, garanties notamment par une présence internationale reposant principalement sur les États-Unis.

Al-Qaïda se trouvant déjà sur le Golan syrien mais aussi aux portes de la Jordanie, il n’y aurait donc pas plus urgent pour le peuple israélien que de retirer Tsahal de la vallée du Jourdain et de remettre la sécurité du pays à une force internationale qui sera, à n’en pas douter, peu encline à utiliser sa puissance.

L’Irak étant l’exemple par excellence de la parole obamanienne et internationale.

– Différentes options proposées aux réfugiés palestiniens et à leurs descendants, pour résoudre définitivement leur problème. Ils recevraient des compensations et pourraient choisir de s’installer soit dans le futur État palestinien, soit dans leurs pays d’accueil actuels ou dans des pays tiers (à la discrétion souveraine des pays concernés), soit en Israël (pour une minorité symbolique d’entre eux, et à la discrétion souveraine de l’État d’Israël).

Si la « Palestine » se doit d’être judenrein, en revanche l’état du peuple juif se devra d’être mixte.

– Jérusalem capitale des deux États sur la base de la répartition actuelle des quartiers : ceux habités par les Juifs feraient partie de la capitale d’Israël, et ceux habités par les Arabes de la capitale du futur Etat palestinien. Les lieux saints seraient protégés par des accords internationaux et resteraient accessibles à tous.

JCall veut tant de bien aux Israéliens qu’il les dépossède du Mont du Temple, lieu saint qui a maintenu le peuple juif uni pendant plusieurs millénaires. Inutile, par ailleurs, de parler des murs et clôtures qu’il faudra construire pour tracer la frontière internationale.

– Une reconnaissance, par les deux parties, du droit des Juifs à disposer de leur État et du droit des Palestiniens à disposer du leur, sans préjudice des droits égaux de leurs citoyens respectifs.

Si les Arabo-israéliens bénéficient de droits égaux, il est évident que les ‘’Palestiniens’’ dans leur nouvel état ne devront pas porter préjudice à la population juive…dès lors qu’elle sera autorisée à revenir en Judée et en Samarie !

Demain n’étant pas, bien sûr, l’avant-veille de son retour !

Récapitulatif : Une « Palestine » totalement judenrein, la défense israélienne remise entre les mains et au bon vouloir d’une force étrangère, le Mont du Temple mis sous tutelle internationale et un Israël acceptant un certain « droit de retour ».

La paix rêvée par Abou Mazen voire par son associé le Hamas qui, une fois installé les rênes de la « Palestine » entre ses mains, se fera un devoir de poursuivre la lutte contre « l’entité sioniste ».

Une ‘’paix’’ des cimetières proposée par ceux qui s’affichent ‘’amis’’ d’Israël. On n’ose imaginer la ‘’paix’’ qui serait proposée par les ennemis de ce pays ?