« N’en déplaise à Obama, n’en déplaise au Quai d’Orsay : jamais un Juif ne sera colon sur sa terre ancestrale, jamais il ne sera étranger à Jérusalem, en Judée ou en Samarie! »

D’Israël où je me trouve, je me suis longuement entretenu jeudi matin à son domicile de Jérusalem avec Benjamin Netanyahu, qui me faisait déjà part de ses craintes concernant la probable abstention des Etats-Unis sur la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU relative à la Judée-Samarie et Jérusalem.

Alors qu’Israël, aidé par l’équipe de transition du nouveau président des Etats-Unis Donald Trump, était parvenu à déminer le projet de résolution égyptien, Obama a instrumentalisé la Nouvelle-Zélande et le Sénégal pour reprendre le texte initial…

Ainsi, après avoir livré l’Irak à un chaos infernal, après avoir cédé aux Mollahs iraniens sur le nucléaire, après s’être écrasé devant le Boucher de Damas qui a massacré et gazé près d’un demi-million de civils syriens, les masques sont tombés et Obama a sournoisement abandonné à l’ONU Israël, son allié le plus proche au Moyen Orient, unique démocratie de la région qui partage nos valeurs et protège ses minorités.

Ce vote est aussi particulièrement inélégant envers son successeur Donald Trump, qui prendra officiellement ses fonctions le 20 janvier prochain.

Cette ultime lâcheté restera devant l’Histoire comme le symbole de l’échec total de l’administration Obama au Moyen Orient.

Ses renoncements ont renforcé les pires tyrans du monde.

N’en déplaise à Obama, n’en déplaise au Quai d’Orsay : jamais un Juif ne sera colon sur sa terre ancestrale, jamais il ne sera étranger à Jérusalem, en Judée ou en Samarie !

Le Conseil de sécurité peut maintenant se concentrer à nouveau sur ses priorités absolues : ne rien faire en Syrie, ne rien faire faire pour les Chrétiens d’Orient qui disparaissent dans un silence assourdissant, ne rien faire pour le Yémen, ne rien faire pour le Soudan…

Samedi, la première bougie de Hanoukka a été allumée au Kotel non en « Palestine occupée » mais bien dans Jérusalem libérée, capitale éternelle et indivisible d’Israël et du peuple juif.

Alors réjouissons-nous au souvenir du courage des Macchabées et du miracle de la petite fiole : une petite flamme, même chancelante, surpassera toujours les forces du mal et d’obscurité !