J’ai la gerbe.

Et pourtant le weekend avait super bien commencé, je suis allé au Salon du Manga et de la SF à paris, j’ai pris une photo avec Celine Tran, aka Katsumi, qui est maintenant reconvertie dans la BD horreur et fantaisie, je suis allé à l’excellente soirée d’anniversaire de mon pote Guillaume, juif et long boarder, comme quoi, les juifs sont vraiment partout.

Et je me réveille dimanche après midi, pour tomber la dessus :

J’avais la gueule de bois, mais après ça j’ai eu vraiment la gerbe.

Et ce après une semaine d’homicides véhiculaires et de debka d’incitation à la haine.

Et pour l’anniversaire de la mort de Yithzak Rabin, grand pragmatiste de la paix, j’ai le bonheur de lire le chef du Likud, parti souvent cité comme étant une des raisons de la haine instiguée contre Rabin, soigneusement choisir des passages des pensées du défunt pour justifier sa politique à Jérusalem Est, une perversion manipulatrice du symbole qu’est devenu Rabin.

L’Histoire n’est que réécriture, il y’a toujours quelqu’un qui se fait arnaquer, le Premier ministre devrait le savoir…attendez je reviens, j’ai la gerbe…

Je vois des juifs et des musulmans qui semblent être plus unis pour la défense de pierres, artistiquement et religieusement empilées les unes sur les autres, que pour l‘avenir de leurs pays respectifs.

Les Palestiniens sont tous d’accord sur Al Aqsa, j’aimerais juste qu’ils soient autant d’accord sur leur futur que sur l’appel au Jihad. Est ce que c’est vraiment le moment compte tenu des hurluberlus qui trainent dans la région et prennent ce genre de choses très sérieusement ?

Les Israéliens sont partagés comme jamais, le Premier Ministre invite les arabes à dégager, comme si il n’y avait pas des juifs tout aussi opposés à sa politique qui ne sont pas menacés de déportation.

Comme si depuis Abraham, le judaïsme n’avait pas changé, comme si le peuple Juif ne s’était pas enrichi de sang nouveau et de cultures nouvelles (l’intégralité de la communauté Ashkénaze par exemple, ou les Falashas). Si certains ne se reconnaissent pas de chairs et de sang arabe, et ne leur reconnaissent pas la même humanité, qu’ils n’oublient pas d’où viennent leurs compatriotes, et que leur contribution ne se limite pas au houmous.

J’ai la gerbe, et pour le coup, je n’ai pas assez de houmous.

Je lisais l’autobiographie du Prince Vert, livre fascinant même si je pense qu’il manque encore un peu de recul, mais il est très clair sur certains points historiques :

  • l’accident qui a mené à la première Intifada, ressemble étrangement à la réaction palestinienne suite à la mort accidentelle de Inas Shawkat Khalil (paix soit sur elle).
  • l’effondrement du processus de paix et la crise autour des sites religieux qui a donné lieu à la deuxième prend même des caractéristiques internationales avec la Turquie qui n’en rate pas une, et comme précité la région est infiltrée par le Califat Islamique.

A cela on ajoute le passage, suspendu compte du contexte actuel, de la loi controversée sur l’Etat Juif, et l’extension du droit Israélien sur les colons et colonies, qui dans une situation d’occupation militaire, revient à une annexion de fait.

Les deux parties ont abandonnés la paix, les Israéliens autant que les Palestiniens, on pourra toujours me dire que l’un est plus justifié que l’autre d’ailleurs on n’arrête pas, et au final moi, j’en ai la gerbe.