J.Street est un groupe de pression américain qui assure qu’il veut le bien de l’Etat d’Israël. Si ! Si ! Selon, évidemment, l’adage bien connu que « celui qui aime bien châtie bien ».

Il ‘’aime’’ si fort que les Israéliens s’en éloignent. Restent à ses côtés, bien sûr, tout ceux qui ont le même ‘’amour’’ de « l’entité sioniste » et veulent lui dicter, à tous prix, où se trouve son ‘’bien être’’ !

Sur le site de cette association pleine de ‘’sollicitude’’, on y trouve, entre autres joyeusetés, un appel au Président Obama à « prendre une position plus ferme sur les colonies » israéliennes.

« Il est temps pour les Etats-Unis d’affirmer que les colonies sont illégales et pour un examen approfondi de la politique américaine en ce qui concerne ces colonies et pour identifier les moyens pour que le message ne soit plus longtemps ignoré ».

En clair, un appel à des sanctions ! C’est cela de la vraie sollicitude !

Mieux ! Une nouvelle pétition vient d’être lancée. « Put a border on it ».

Si celle-ci assure que « Deux Etats pour deux peuples est la seule voie vers la paix », ce qui est logique, elle exige de la part de l’Etat d’Israël de tracer, unilatéralement, les frontières communes à ces deux états.

« Au lieu d’annoncer de nouvelles colonies, Israël doit annoncer son engagement pour la paix ».

Et se retirer sur des frontières que cette association ne voit passer, nulle part ailleurs, que sur les « frontières de 1967 », quelque peu amendées afin de laisser les blocs des implantations en territoire israélien.

Merci !

Quid de Jérusalem ? Quid de la sécurité ?

Est-il imaginable que l’Autorité palestinienne se contente d’une autre capitale que la ville sainte, ou laisse Tsahal dans la vallée du Jourdain le temps estimé nécessaire ?

D’autres frontières seront-elles acceptées par celle-ci ?

Qui peut croire à ses foutaises ?

Plus grave ! Une fois ces frontières mentionnées, tracées et diffusées à travers la planète, et l’Etat d’Israël reconnu, en conséquence, comme « occupant » de territoires ne lui appartenant pas, il ne restera plus qu’à débattre internationalement, à l’Onu par exemple, du nombre de « réfugiés » devant trouver une « solution juste » à leurs situations personnelles.

Solution qui ne pourra être autre qu’un retour chez soi. En terre israélienne cela va de soi !

J Street a-t-elle déjà un nombre à communiquer au gouvernement israélien ? Un, deux… cinq millions ?

Avec de tels ‘’amis’’, l’Etat d’Israël n’a pas besoin d’ennemis !

Et les ‘’amis’’ de ce genre se multiplient. La Suède, dernier pays en date, se dit prêt à reconnaître « l’Etat de Palestine ».

Dans quelles frontières ? Question idiote !

Les Israéliens n’ont pas leur mot à dire ! Les frontières sont déjà tracées et reconnues par la communauté internationale !

Point barre !

‘’Amitié’’ qui démontre que l’Etat d’Israël se retrouve de plus en plus seul et condamné par ces tristes ‘’amis’’, sauf à se suicider, à la poursuite du conflit.

Car nul quidam honnête intellectuellement ne peut affirmer que le monde musulman est aujourd’hui prêt à accepter un Etat pour le peuple juif en terre sainte. Ni que les Israéliens sont des suicidaires en puissance !

État mental que nul ne peut démentir pour ce qui concerne les occidentaux. L’Islam faisant très peur, donner à manger au crocodile l’état du peuple juif leur fait supposer qu’ils seront épargnés !