En 1985, le président Félix Houphouët Boigny, premier Président de la République de Côte d’Ivoire donnait sa vision du conflit Israélo-Arabe devant plus de 2 000 journalistes venus du monde entier au bord de la lagune Ebrié, à Abidjan.

Un discours toujours d’actualité vingt-neuf ans après.

Pour lui la solution pour mettre fin à l’état de belligérance devrait être une initiative de paix venant du monde arabe dont la politique palestinienne manque de cohérence, tant il est lui-même divisé.

29 ans après ce discours, le conflit perdure.

Si l’Egypte, la plus grande nation arabe, s’attelle à trouver une solution au conflit, tel n’est pas le cas pour la majorité des nations arabes dont la plupart souhaitent la disparition de l’Etat juif.

Au demeurant, cette initiative égyptienne devra être menée avec efficacité afin de ne pas laisser la place à une guerre d’usure menée par le Hamas.

Malgré la main tendue d’Israël, le Hamas continue d’entretenir la guerre avec le soutien du monde arabe. Le Hamas affilié aux frères musulmans, poursuit ainsi la voie tracé par les frères musulmans dont les responsables ont reconnu avoir combattu les juifs en 1948.

Tous les efforts de paix sont ruinés par le Hamas qui a pris Gaza en otage. Il y a expulsé le Fatah. L’autorité palestinienne n’a jusqu’ici pas de droit de cité à Gaza, et ce malgré la réconciliation intervenue entre le Hamas et Fatah en avril dernier.

Les récentes découvertes de la police Israélienne ont révélé les projets que le Hamas préparait pour la Judée-Samarie, à savoir évincer l’Autorité Palestinienne et contrôler tous les territoires palestiniens afin de préparer une troisième ìntifada contre Israël.

« Le désarmement extérieur passe par le désarment intérieur » disait Albert Einstein.

S’il doit y avoir paix entre Israël et ses voisins palestiniens, c’est à ses voisins de le vouloir à travers un réel projet de vivre ensemble dans la sécurité à l’intérieure et à l’extérieure ; arrêter les agressions répétées contre Israël, et promouvoir la paix intérieur en lieu et place de l’incitation à la violence.

Se fixer comme projet de vie la destruction de l’autre, c’est travailler à sa propre perte puisque toute votre énergie n’est dévouée qu’à cette cause. Il n’y aura pas d’Etat palestinien tant que les Palestiniens travailleront à la destruction d’Israël.

Il est donc temps d’arrêter cet état de belligérance afin de donner une chance à la paix, et de permettre aux palestiniens de vivre en paix sur leur territoire et souhaiter la paix à Israël, et cela passera certainement par le désarmement du Hamas et de ses affidés.