L’Etat juif veut prendre la place qui lui revient dans le développement du continent africain et participer pleinement à l’épanouissement des africains.

« L’Afrique est un objectif important de la politique étrangère d’Israël… », a déclaré Monsieur Avigdor Liberman qui effectue actuellement une tournée de 10 jours en Afrique.

Cette tournée lui permettra de visiter le Rwanda, la Côte d’Ivoire, le Ghana, l’Ethiopie et le Kenya, afin de renforcer les liens entre Israël et ces pays africains, et de préparer l’intégration de l’Etat juif à l’Union Africaine (AU).

Monsieur Avigdor Liberman, chef de la diplomatie israélienne qui conduit une délégation composée de trois députés de la Knesset et d’une cinquantaine d’entreprises israéliennes, compte « déployer des efforts politiques pour qu’Israël soit admis au cours de cette année comme observateur au sein de l’Union africaine (UA). »

Israël n’entend pas se contenter d’une place d’observateur au sein de l’Organisation africaine.

Mais, il compte prendre une part active dans le développement du continent à travers une aide au développement dans plusieurs domaines notamment l’agriculture, la gestion de l’eau, la médecine et la lutte contre le terrorisme qui menace le continent africain.

L’expérience remarquable de l’Etat hébreu en termes de développement est un exemple indéniable pour les pays africains qui compte sortir du sous-développement.

L’Afrique qui a vocation à se nourrir et à nourrir la planète, pourra donc compter sur l’apport d’un savoir-faire et d’un partenariat sûrs avec l’Etat juif. Le développement du continent africain passe par l’instauration de politiques appropriées et l’utilisation de technologies adaptées.

Si les pays africains ont réussi pour la plupart d’entre eux à mettre en place des politiques d’émergence économique, il leur faudra s’approprier la technologie israélienne qui a déjà fait ses preuves ailleurs dans le monde et dans certains pays du continent africain.

Plusieurs pays africains bénéficient de l’aide israélienne au développement depuis de longues années. Les entrepôts contenant les toutes dernières technologies israéliennes d’agriculture ne sont pas situés dans l’Etat juif mais à 5 000 km de là, sur un large campus en dehors de Nairobi, la capitale du Kenya en pleine croissance.

C’est de là qu’ils seront envoyés aux fermiers à travers l’Afrique de l’Est. Et, sur les 57 pays que compte le continent africain, 39 d’entre eux ont des relations diplomatiques et des liens commerciaux avec Israël.

Autant dire que l’amitié et le partenariat entre Israël et l’Afrique ont de beaux jours devant eux.