Le moins étonnant dans l’actuelle sanglante tension entre Arabes de « Palestine » et Israéliens est bien la manière dont les médias mont(r)ent la chose en stipulant plus ou moins que celle-ci proviendrait, uniquement ou pratiquement, du refus israélien d’admettre l’existence d’un État palestinien alors que c’est bien entendu totalement faux.

Les Palestiniens ne le crient pas sur les toits en permanence mais ils mettent bel et bien bien en préalable la question des réfugiés (et non pas la question de l’esplanade à Jérusalem) celle de ces supposés « 5,2 millions » de réfugiés alors qu’ils étaient en 48 bien moins du million (le Hamas dit lui qu’il y en a actuellement 7,5 millions, tiens, tiens, le même nombre que la population israélienne) qu’il s’agirait par ailleurs d’installer non pas dans ce futur État mais en Israël même.

Mieux encore : il avait même été négocié des échanges de territoire, la possibilité aussi que les israéliens habitant désormais la partie « palestinienne » en cas d’accord, pourraient rester…Tout cela a été refusé, par les Palestiniens, à commencer Arafat.

Aucun média n’en parle, aucun politique, en France et en Europe, laissant seulement sous-entendre que les Israéliens sont les seuls responsables de ce qui se passe…

Voilà comment se construit jour après jour la haine du bouc émissaire rêvé ; et ceux qui parlent de « remigration » ne sont pas en reste, jouant soit les Ponce Pilate, soit prenant ouvertement position en faveur de l’occupation arabo-musulmane sur la Terre d’Israël, ce qui explique certaines conversions étonnantes puisque au fond la haine du juif est structurante alors que la haine du musulman est conjoncturelle et pourrait même passer au second plan si le musulman sait se tenir en devenant un antisémite comme un autre, il lui suffira de ne pas trop s’accoutrer, mais s’il crache son venin sur la gentry juive il lui sera beaucoup pardonné…ou l’alliance brune verte rouge bien connue…

Où l’on voit en quoi la confrontation actuelle est bien factice et factuelle… car elle se retournera par la suite vers son ennemi ancestral censé être la source ultime de « la » crise identitaire française…