Deux lois ou projets de loi à l’ordre du jour d’Israël et de celui de la France et qui se télescopent : La reconnaissance pour Israël de sa qualité de Nation du peuple Juif ; et la reconnaissance par la France d’un État Palestinien défini aux frontières d’avant 1967.

Tandis que Netanyahu tente de donner à Israël un statut d’État nation du peuple Juif, ce qui en ferait un territoire Juif souverain et incontestable, mettrait la terre d’Israël et sa population à l’abri de toutes les revendications palestiniennes et arabes, mais surtout en ferait une terre d’asile et de protection pour l’ensemble du peuple Juif qu’il soit de la diaspora ou Israélien, ce qui, au vu de la montée de l’antisémitisme et de l’antisionisme en Europe et un peu partout sur la planète, pourrait être hélas, bientôt une nécessité première ; tandis donc que Netanyahu tente de protéger Israël à la fois du terrorisme arabe et d’un monde occidental qui volontairement occulte la dangerosité de la reconnaissance d’un État palestinien actuellement dirigé par des leaders terroristes, une partie de la population israélienne, portée par un désir de paix à tout prix, occulte étrangement, l’impossibilité de paix qui surgirait alors dans cette région du monde, si cet « État Palestinien » se faisait au détriment d’Israël et de Jérusalem capitale, symbole du judaïsme, tout en excusant et en permettant, par excès de démocratie, à des Arabes israéliens, d’insulter Israël, à la Knesset.

Mais, si l’on peut se demander pourquoi régulièrement dans l’Histoire du monde et de l’humanité, des voix s’élèvent, camouflées derrière des lois iniques et arbitraires pour réduire et isoler les Juifs et l’État israélien, on ne devrait pas avoir à se poser cette question en Israël où pourtant, une partie de la population, de gauche essentiellement, rejette cette proposition de loi qui n’a pourtant pour objectif que de protéger Israël et les Juifs : la reconnaissance d’Israël comme « État nation du peuple
juif », et non plus seulement comme depuis 48 « un État juif démocratique ».

La nuance est subtile, mais précise. Et dans ces périodes troubles où les esprits s’échauffent et les couteaux s’aiguisent, quand ce ne sont pas les haches, que les tunnels se reconstruisent et que les roquettes se stockent sur leurs rampes de lancement, cette loi serait à voter rapidement. Avant que l’Occident antisémite et antisionisme intervienne, ainsi qu’il le fit avant la création d’Israël, développant par intérêts et ignorance, des troubles, des guerres et des incompréhensions, aujourd’hui si difficiles à réduire.

Hélas, que Netanyahu lutte contre des étrangers, dont la France pourtant autrefois des lumières, qui en votant pour une reconnaissance d’un État Palestinien va ajouter l’ignominie à la médiocrité politique, pour « préserver à la gauche française, les votes des Français d’origine arabe» d’après Benoit Hamon, Netanyahu peut s’en accommoder, mais lutter contre les siens, pour essayer de leur faire comprendre une situation qu’ils ne veulent pas envisager, brandissant l’étendard d’une démocratie israélienne qui pourrait être bafouée, alors qu’en temps de guerre comme aujourd’hui, seul le drapeau israélien devrait être pris en compte et défendu, est une difficulté réelle.

D’autant qu’Israël est une démocratie, la seule démocratie de cette partie du monde ; la seule démocratie qui dans le monde soigne ses adversaires, leur donne eau et électricité pour qu’ils survivent, alors, comparé à l’impérialisme occidental et Français, qui au-delà des mots et des apparences, sévit sous forme économique, mais aussi territoriales en gardant des pays et des territoires, pris et jamais rendus, Guyane, St Martin, Guadeloupe, Tahiti, Nouvelle Calédonie, pour ne citer qu’eux, je crois qu’il faut vraiment que les Israéliens qui veulent s’appuyer sur les votes occidentaux pour renverser Netanyahu et permettre un État palestinien au détriment d’Israël, réfléchissent avec qui ils tissent des liens et qui va les soutenir dans cette incohérente action.

L’âme juive est ainsi faite, qu’à une seule question posée, il y a mille réponses. Que pour être honnis et détestés, haïs, pour avoir été brûlés et assassinés par millions, les Juifs traquent la moindre discrimination, le plus petit stigmate qui pourrait les faire ressembler à ceux qui furent ou sont leurs bourreaux, hélas les maîtres chiens ont toujours des nostalgies de Kapo !

Mais à ceux-là je voudrais dire : réveillez-vous et regardez autour de vous. Le monde n’est pas tel que vous le souhaitez, que nous le souhaitons tous. Il est dur et violent aux hommes, barbare et sanglant en ces périodes de mutations et de nouvelles civilisations.

Parfois il faut un courage et une force extrêmes pour prendre des décisions pour le bien commun, quitte à n’être pas aimé, voire rejeté. Je crois que Netanyahu est celui qu’il faut à Israël en ce moment de décisions difficiles. Les tergiversations et les atermoiements ne devraient ni encombrer ni diviser la nation israélienne.

La devise des mousquetaires proclamait «  tous pour un et un pour tous». Elle pourrait être celle d’Israël, en tous les cas c’est la mienne, et je choisis la civilisation contre la barbarie, la démocratie contre le terrorisme, les mini jupes contre le voile, l’éducation contre l’ignorance, la Constitution d’Israël contre la Charia, et je l’espère bientôt « Israël, nation du peuple juif » contre la planète entière, si c’était nécessaire.

La vie est un choix constant, que ce soit pour un pays ou un amour, un mode de vie que l’on espère doux pour ses enfants, un futur où nos valeurs philosophiques et culturelles porteront les villes d’Israël et allumeront les bougies pour que l’Arche d’Alliance ne soit plus que d’éclat.