Le judaïsme n’est pas seulement une religion. Le judaïsme est un mode de vie fondé sur la loyauté à la nation, à ses valeurs et à son histoire.

Être juif signifie appartenir au peuple juif ou à la nation juive. Il y a une différence entre l’appartenance à un peuple ou à une nation et l’appartenance à un pays. La notion de nation est plus profonde que la notion de pays. On peut être citoyen de plusieurs pays, mais on ne peut appartenir qu’à une seule nation, qu’à un seul peuple.

La création de l’État d’Israël a généré un flou conceptuel et  a conduit à une incompréhension par beaucoup, puisque la citoyenneté israélienne n’équivaut pas nécessairement à l’appartenance au peuple juif.

Dans le même temps, à sa création, l’Etat d’Israël a été déclaré comme l’état du peuple juif, et il est avant tout un état juif et démocratique. C’est également ainsi qu’il est défini dans les lois fondamentales du pays. L’une des conséquences de cela réside dans le caractère même du pays qui se doit de correspondre à la notion étendue de judaïsme.

Il existe trois principes de base, trois caractéristiques fondamentales au judaïsme et au peuple juif : 1. Le monothéisme pur, 2. La continuité historique associée à la mémoire nationale, 3. Jérusalem, et la terre d’Israël autour d’elle, comme le point central de la nation.

Afin de renforcer la relation entre les différentes parties du peuple juif disséminées  dans le monde entier, alors que le lien entre eux  risque de s’affaiblir, nos sages ont soutenu trois signes distincts : la langue, le shabbat, et la mythologie.

La langue hébraïque est restée la langue de la prière. Le Shabbat est demeuré le jour de repos hebdomadaire, et afin de renforcer son observance, diverses interdictions ont été promulguées. Et la mythologie, les histoires bibliques, sont devenus l’héritage spirituel de chaque enfant juif partout dans le monde. C’est ainsi que les juifs ont ressenti et souligné  leur caractère unique partout dans le monde.

En dépit de cette approche classique supposée, il y a eu ceux qui ont cherché à encourager les Juifs à s’intégrer pleinement au sein de leurs lieux de résidence dans la diaspora.

A cet effet, divers mouvements et tendances ont brouillé les caractéristiques uniques du peuple juif, et ont conduit en fin de compte,  à la perte d’une grande partie du peuple. La création de l’Etat d’Israël en tant qu’Etat du peuple juif, et la libération de Jérusalem, ont conduit à un essor du nationalisme au sein du peuple juif.

Et pourtant, il y a ceux qui cherchent encore à nier l’existence du peuple juif en portant atteinte à ses symboles nationalistes fondamentaux : diminution de l’utilisation de l’hébreu, abandon de la Bible, atteinte au statut du shabbat, mépris des fêtes juives, etc.

A la lumière de cette réalité, il demeure la crainte que dans une période guère plus longue qu’une ou deux générations, le lien historique, culturel, spirituel, national et même linguistique qui existe entre les citoyens résidants en Israël et le peuple juif devienne similaire au lien existant entre les résidents de la Grèce moderne avec la Grèce antique ou les Italiens avec la Rome antique.

L’État d’Israël n’est pas comme tous les autres états. Afin de préserver son existence et sa continuité, et par là même préserver l’existence et la continuité de la Nation Juive, nous devons comprendre que l’instauration de l’Etat spécifiquement sur la terre d’Israël était à la fois une nécessité et le résultat du fait de notre existence en tant que peuple.

Pour être effectivement un état  juif, tel qu’il l’a été  affirmé dans la déclaration d’Indépendance, et non pas seulement un état dans lequel les les juifs peuvent vivre, il  se doit d’appliquer scrupuleusement les principes  de la nation, ses valeurs – notamment la langue hébraïque, son patrimoine culturel et littéraire, son histoire, son mode de vie, ses fêtes et ses dates commémoratives, mais également maintenir  la place de la Terre d’Israël au centre de tout ce qui est lié aux principes de la nation juive et reconnaitre ainsi qu’elle est le centre national et politique de la nation juive.