De la Kinnect à Waze en passant par le processeur Centrino et PillCam, la révolution technologique israélienne ne cesse de surprendre.

La Silicon Wadi, l’équivalent de la Sillicon Valley qui se situe entre Haifa et Tel Aviv, révolutionne notre quotidien et repousse les frontières de la science. Et ce n’est pas un nouveau phénomène.

Qui peut aujourd’hui se passer de son téléphone portable, de sa boite vocale, de firewall, des microprocesseurs Centrino ou de sa clé USB ? Et souvenez vous d’AOL Instant Messenger ICQ ou plus récemment de Windows XP ? Tous on été développé en Israël.

Israël est le seul pays où les géants américains tels que Google, Intel, Microsoft, Cisco, Motorola ont installé leurs laboratoires de R&D en dehors des Etats-Unis. Facebook suit cette vague en annonçant prochainement l’ouverture d’un centre de R&D en Israël.

Les plus grandes entreprises se disputent l’acquisition des start-ups Israéliennes.

En 2013, c’est Google qui a gagné le rachat de Waze, le service communautaire de cartographie et de navigation GPS pour plus d’1 milliard de dollars.

Apple a acquit PrimeSense, le fournisseur des technologies utilisées par le Kinect de Microsoft pour un montant avoisinant les 360 millions de dollars.

Facebook a mis la main sur Onavo, une start-up qui développe des applications mobiles qui permettent aux utilisateurs de suivre et réduire le nombre de données consommées en les compressant pour un montant estimé entre 150 et 200 millions de dollars.

Cette semaine c’est l’acquisition de Viber Media, éditeur de l’application de messagerie instantanée et voIP par Rakuten, géant du e-commerce Japonais pour 900 millions de dollars qui a fait le buzz !

Avec 69 sociétés au NASDAQ et plus de 3000 start-ups, Israël se positionne juste derrière les Etats-Unis.

Check Point, leader mondial de la sécurité informatique, et la start-up Wix, plate-forme de création de sites web, comptent parmi ces succès Israéliens qui on fait récemment leur entrée au NASDAQ.

Ce succès ne doit rien au hasard. Les Israéliens ont mis en place une stratégie constituée de prise de risques, de créativité – 4e rang mondial pour le nombre de brevet déposé par habitant – de choix politiques et d’investissements économiques – 5% du PIB sont consacrés à la recherche et au développement. Une recette qui semble accessible à tous…

Mais Israël n’est pas un pays comme les autres. Au cœur d’une zone de conflit depuis sa création et sans ressources naturelles (jusqu’à récemment), Israël a du continuellement apprendre à survivre, à s’adapter et ainsi à se distinguer des autres nations.

Dan Senor et Saul Singer décrivent cette histoire dans Israël La Start-Up Nation, les ressorts du miracle économique Israélien.

Dans ce livre passionnant, les auteurs détaillent les piliers de cette réussite : la conscription à 18 ans (3 ans pour les hommes et 2 ans pour les femmes) qui les influence pour toutes leurs vies, la mentalité dite « chutzpah » qui pourrait se traduire pas une prise de risque sans gène, un système universitaire développé et l’immigration, arrivant des quatre coins du monde et considérée comme une grande richesse pour le pays.

Ce livre vous permettra de comprendre, entre autre, pourquoi Bill Gates, Donald Trump et Warren Buffet sont admiratifs de ce pays 28 fois plus petit que la France.

Dernier en date, François Hollande a lui aussi qualifié Israël de « nation start-up » et a souhaité publiquement, lors de son voyage officiel en novembre 2013, que la France rattrape Israël dans ce domaine et que les deux pays resserrent leur coopération scientifique, économique et universitaire.

Exemple : la signature en novembre 2013 d’une coopération académique entre le Technion et l’Ecole Polytechnique. Ça promet !