Voilà des décennies que l’Etat d’Israël est créé et l’on n’arrive toujours pas à savoir si l’on parle d’un Etat juif ou d’un Etat pour les Juifs. Faut-il donc s’imposer de trancher cette question ou laisser le flou artistique actuel faire fonction de status quo ?

En vérité, je n’ai pas moi-même de position catégorique sur le sujet étant balancé entre mes convictions religieuses et mon penchant à accepter la différence. Mais la question est-elle à ce niveau là ?

Oui et finalement, il me faut décider si Juif est une simple religion ou un Peuple. Les deux mon général !!!

Là est toute la complexité de la réflexion. Il semble totalement impossible de séparer le peuple de sa religion et inversement. Les deux notions sont imbriquées et représentent chacune les deux faces d’une même pièce.

Le sujet est bien plus complexe que cela et je fais ici des raccourcis qui pourront paraître puérils à certains. Qu’ils veuillent bien m’en excuser. Pour ma part, je m’en tiendrai donc à cet axiome qui affirmerait que l’Etat d’Israël est un Etat juif pour les Juifs, l’un exprimant le caractère religieux de l’Etat et l’autre le statut de peuple.

Ce point étant posé, il me vient donc un certain nombre de questions sur différents points.

Prenons par exemple la cacheroute. Pourquoi dans un Etat juif, devrions-nous spécifier qu’un produit, un restaurant, un hôtel est casher ? Il me semble que ce devrait être la loi naturelle d’un pays juif. L’identification ou l’étiquetage devrait être réservés à tout ce qui n’est pas casher, donc hors norme.

C’est ainsi qu’à l’étranger sont identifiés nos produits ou nos établissements. Et ceci est normal puisque le casher n’est pas la norme du pays.

En Israël, cela devrait être l’inverse puisque nous parlons d’un Etat juif. Il en va de même des taxes de casheroute. Je lisais d’ailleurs dans le Times of Israël en français aujourd’hui (voir l’article en cliquant ici) que la taxe allait augmenter de 30 %.

Moi, ce que je me demande, c’est pourquoi il devrait y avoir une taxe ?

Dans un pays juif, le gouvernement devrait prendre en charge l’intégralité du système religieux et que cela soit considéré comme un service public. Je parle de casheroute mais aussi des écoles, des synagogues, des mikvés etc…

Le tout sous une autorité halakhique non orthodoxe telle que la rabbanout harachi le Israel (notre beth din national). Tous ces services, devraient être des services publics, financés par l’état au même titre que n’importe quel autre service aux citoyens. Et plus besoin de faire payer des taxes à tout le monde…

Et pour ceux qui voudraient plus de casheroute, des synagogues à rite spécifique, un système éducatif ou des conditions religieuses particulières… Ils n’ont qu’à le faire de façon privée comme cela est déjà le cas pour une grande partie.

Et pour les autres qui voudraient manger non casher, ne pas respecter le Shabbat… hé bien que tous les établissements qui leurs seront destinés soient identifiés comme non casher.

Car dans ce pays, tous les Juifs sont les bienvenus quelle que soit leur tendance ou leurs convictions. C’est normal, ils font partie du Peuple juif. A eux de ne pas oublier que la pièce a une autre face et que même s’ils ne veulent pas la voir, ils ne peuvent l’éliminer.

Laissons à chacun la liberté de faire ses choix et de vivre comme il l’entend avec interdiction formelle pour qui que ce soit de le rejeter. Mais tous doivent comprendre qu’en Israël, le standard c’est JUIF.