Finalement, pendant que le monde part à la dérive, ce qui est intéressant, c’est que la vie continue et que les cerveaux inspirés continuent de carburer pareil.

Enfin, pas pareil, justement, d’ailleurs. Puisqu’on en parle…

Holon, le 19 juin 2016

Ma chère petite soeur,

Je suis en train de faire le tri dans toutes ces lettres que je ne t’ai pas envoyées depuis mon voyage à Paris le mois dernier. Il s’est passé tant et tant de choses, tu sais de ces choses qui te donnent “envie que la terre s’arrête pour descendre”…

Du coup, je ne vais te parler que de trucs chouettes parce que je veux croire que finalement, ce qui est le plus intéressant, c’est que pendant que le monde part à la dérive, la vie continue et les cerveaux inspirés continuent de carburer pareil.

Enfin, pas pareil, justement, d’ailleurs, puisqu’on en parle.

J’ai repéré cette semaine des innovations qui m’ont fait… chaud au coeur. C’est vraiment le cas de le dire pour la première que j’ai vue sur internet, ça s’appelle Foldimate et ma belle Diane a aimé le concept de ce robot qui repasse et plie ton linge pendant que tu sirotes un thé aux pignons au salon les doigts de pied en éventail. J’ai cliqué sur l’image et de fait, le monde entier adore le truc. Tu fais un loup garou avec tes gosses pendant que la machine fait la corvée de linge pour toi. Une merveille ménagère.

Oui, et alors ? Je me sens si perdue que je suis prête à m’extasier sur tout ce qui est susceptible de faire avancer le monde, fut-ce une repasseuse-plieuse. L’invention est israélienne, je ne sais pas si Diane le sait, chérie, tu l’as lu quelque part ? Non n’est-ce pas ? Pas plus que le reste du monde semble-t-il. Peu importe après tout.

Chaud au coeur aussi pour la plus haute tour solaire du monde que nous sommes en train d’ériger dans le Neguev. Nous avons lancé le projet de la Tour Ashalim qui devrait fournir à terme du haut de ses 240 mètres 2% de notre électricité. Et tous les journaux (mais tous) de reprendre l’information AFP qui évoque un projet… “pharaonique” ?

Pour de bon ils l’ont écrit, ça ? On était des nazis et maintenant nous voila pharaoniques ? Alors là, bravo. Encore une fois, peu importe, je ne veux retenir qu’une chose. C’est que dans cette période difficile, nous avons fait le pari de l’énergie renouvelable dans un projet à si long terme qu’il nous projette dans une perspective d’avenir. On ne sait pas bien lequel, mais un avenir.

Chaud au cœur enfin avec le meilleur que j’ai gardé pour la fin. Encore plus inspiré. Brillantissime même. C’est aussi beau que dans la nuit des temps de Barjavel. Un truc qui va faire de nous des ultra-civilisés qui boivent des gélules, comme Elea et Païkan. Et par pitié, ne viens pas me dire que tu n’as pas lu la Nuit des temps.

Je ne sais plus où j’avais lu un article de quelqu’un qui avait visité une usine d’eau minérale et qui en était ressorti abasourdi de n’avoir vu trimballer en fait d’eau pure, que le plastique des bouteilles. Ou comment un contenant peut pervertir un contenu. De fait, il faut 7 litres d’eau pour fabriquer la bouteille qui contiendra un litre et demi d’eau minérale. C’est pas n’importe quoi ? Chaque jour, 200 millions de bouteilles en plastique sont jetées dans le monde, dont un quart seulement dans les conteneurs prévus à cet effet. Ce qui signifie que chaque jour, 150 millions de bouteilles sont balarguées dans la nature.

Quand on sait que les bouteilles plastique ne sont pas biodégradables et que leur durée de vie est de l’ordre de 400 ans… on a juste envie de s’asseoir par terre et de pleurer en s’envoyant un soda qui pique.

Enfin, pas tous, heureusement.

Il y en a qui face au défi ont relevé leurs manches.

Les primaires d’abord. Ça n’est pas biodégradable ? Qu’à cela ne tienne. Si ça doit rester, autant que ce soit esthétique. (Ils sont artistes.) J’entends d’ici ricaner mes élèves qui me voient amasser depuis deux ans des montagnes de bouteilles dans un fantasme de Tour Eiffel… Quoi?

Je veux qu’ils sachent qu’il y a eu en 2012 à l’occasion du sommet de la Terre au Brésil une oeuvre immense entièrement réalisée en bouteilles plastique sur la plage de Rio, trois poissons géants qui surgissaient du sable pile face au Pain de Sucre. “Recicle suas atitudes”.

Ou encore le nuage géant de Jason Klimoski, 53 780 bouteilles représentant symboliquement une heure de production de déchets à New York qui ont été installées à l’été 2014 sur la pelouse de Governor’s Island. Head in the clouds, la tête dans les nuages, c’était le titre du projet.

Ou même les cactus de cette artiste pragoise, Veronika Ritcherova, qui réalise ces si poétiques fleurs en bouteilles de plastique détournées.

Je ne suis donc pas la première fadade. Que cela soit dit.

Mais un intelligent a réfléchi plus loin.

Recycler, c’est bien, certes, mais ne plus produire, c’est mieux…

Prenons le problème à la source, a-t-il pensé.

Pourquoi produit-on tant de bouteilles plastique ?

Parce qu’elles sont entre autres le contenant de ces boissons gazeuses sucrées que nos sociétés affectionnent et qui sont un fléau pour la santé mondiale. Fort bien.

Pourquoi les affectionnons-nous tant, ces pernicieuses boissons gazeuses sucrées ?

Parce qu’elles sont sacrément bonnes, tiens et qu’elles procurent des sensations proches de l’addiction, tant gustatives que psychiques.

Et pourquoi sont-elles un fléau ? Hormis la surconsommation de bouteilles en plastique?

Parce qu’elles sont bourrées de sucre, de colorants et de tout un tas d’hérésies chimiques qui nous bousillent la santé.

Tu mets tout ça dans le shaker du génie, tu secoues, il en ressort la boisson gazeuse aromatisée en gélule. Notre intelligent écolo a tout simplement supprimé et la bouteille et les hérésies pour ne conserver que les bulles et le goût. Un rêve d’astronaute et voilà. Ce n’est plus de la science-fiction. Ça existe maintenant.

La sensation intacte, la bouteille, le sucre et les calories en moins. Oui, oui, tu as bien lu. Que du pur, naturel, vegan, sans lactose et sans gluten. Tant qu’à faire. Tu veux une limonade, tu prends un petit bonbon coloré à la place et bim, c’est toi le siphon, la fusion se fait dans ta bouche, les bulles te remplissent la tête, brr, tout ce que j’aime. Ça s’appelle Viberation, la sparkling fusion. Même le nom le fait ! Et tout ça avec la garantie de continuer à n’occuper qu’un seul siège en avion ! C’est tout simplement prodigieux.

Le petit génie ? Oui, il est un peu israélien lui aussi. Pourquoi ?

Et surtout pourquoi pas ?

Prends soin de toi chérie.

PS. Je me demande, que fait BDS ? C’est ingénieux et utile tout ça pourtant. Ok, pas drôle.

Re-PS. Tu sais quoi, finalement, avec mes bouteilles, je ne vais pas faire une Tour Eiffel. Je crois que je vais faire une vague. Ou un igloo…