Le conflit au Moyen-Orient est souvent vu au travers d’un prisme simplificateur qui crée à la longue un angle mort. Un échantillon des inconsistances qui persistent et qui sont rarement soulignées dans les médias ou dans les tribunes internationales est présenté ci-après.

La plupart du temps, les pays qui défendent la liberté et la démocratie ferment les yeux sur les abus des droits de l’homme dans les pays pétroliers.

Les pays du Golfe tirent parti d’une protection militaire américaine sans y contribuer. Les exportations de pétrole vers l’Europe tirent parti également de la protection américaine sans que l’Europe n’y contribue.

La plus grande base américaine au Proche-Orient se trouve au Qatar, pays qui conserve des relations douteuses avec des organisations radicales islamistes et qui soutient les Frères musulmans considérés comme terroristes par la majorité des États arabes sunnites.

L’Arabie saoudite finance la construction de milliers de mosquées dans le monde et ne permet pas l’érection d’une seule église sur son territoire.
L’Europe tient à maintenir l’accord des 5 +1 avec l’Iran quand bien même ce pays continue d’augmenter la misère au Proche-Orient par ses interventions, son discours anti occidental débridé et l’organisation de conférences sur le déni de l’holocauste.

Le président de la Turquie s’illusionne sur une adhésion future à l’Europe tout en maintenant un discours islamiste anti-européen et anti occidental.

La Russie et l’Iran qui ont soutenu le dictateur syrien s’illusionnent que l’Occident financera de plusieurs centaines de milliards de dollars la reconstruction d’une Syrie sous le régime dictatorial d’Assad.
Les médias parlent de blocus israélien de Gaza en omettant le fait que Gaza a une frontière commune avec l’Égypte et que son régime est boycotté par l’Autorité palestinienne.

Les médias (y compris le journal canadien La Presse) couvrent le moindre dommage ou perte humaine à Gaza en ignorant totalement les dégâts et les pertes humaines en Israël.

En 2017, la contribution internationale en aide humanitaire destinée à l’Autorité palestinienne s’est montée à 693 millions de dollars. 345 millions ont été octroyés aux auteurs d’attentats et d’assassinats-suicides. Les primes sont fonction du nombre de victimes…
Après avoir fermé les yeux pendant plusieurs décennies, l’Union européenne a finalement décidé de réduire son aide à l’éducation destinée à l’Autorité palestinienne en raison de l’enseignement de la haine qui y est inculqué.

Israël et l’Autorité palestinienne se prononcent pour une solution à deux états. Israël construit des installations en Cisjordanie et l’Autorité palestinienne cherche à n’avoir qu’une présence exclusivement arabe dans son territoire.

Les réfugiés palestiniens de 1948 conservent ce statut de père en fils grâce à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) alors que les réfugiés du monde entier perdent leur statut sitôt qu’ils ont trouvé du travail. Les réfugiés juifs des pays du Moyen-Orient n’ont droit à aucune reconnaissance de la part des instances internationales.

450 000 réfugiés palestiniens sont financés par l’UNRWA au Liban alors que le recensement fait au Liban en 2017 dénombre 150 000 Palestiniens. Ces derniers ne jouissent pas des droits que les conventions internationales confèrent aux réfugiés ni même des droits fondamentaux accordés aux citoyens libanais et aux autres étrangers.

L’Iran se plaint de la réduction du financement américain de l’organisation onusienne pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) alors qu’il dépense des dizaines de milliards pour déstabiliser le Proche-Orient et y créer des millions de réfugiés syriens et qu’il n’a offert que 20 000$ en dix ans à l’UNRWA.

Des millions de réfugiés syriens se dirigent vers l’Europe alors que les États nantis du Golfe ne lèvent pas le petit doigt pour les accueillir.