Les relations israélo-turques ont toujours été plein de hauts et de bas. Bien que la Turquie était le premier pays et pendant des décennies le seul pays musulman à reconnaître l’Etat juif et a gardé sa neutralité dans la guerre israélo-arabe de 1948. Les gouvernements turcs ont soutenu les Arabes durant les guerres israélo-arabes de 1956, 1967, 1973 et 1982.

Pendant ce temps, au cours de la guerre froide les deux pays ont servi comme un allié occidental à contrer les alliances soviétiques dans le monde arabe. Malgré la pression exercée par les Arabes, la Turquie n’a jamais coupé ses relations avec Israël pendant la guerre froide. Avec la fin de la guerre froide au début des années 1990 et le début du processus de paix entre Israël et les pays arabes après la première guerre du Golfe de 1991, les relations israélo-turques se sont orientées vers un autre nature. Les liens de deux pays ont améliorés de façon spectaculaire en améliorant les relations diplomatiques, l’expansion des exercices militaires conjoints et le partage du renseignement, et l’augmentation du commerce.

Le Service secret de renseignements d’Israël (MOSSAD) a aidé son homologue l’Organisation de renseignement national de la Turquie (MIT) en particulier dans sa lutte contre le PKK. En fait tout au long des années 1990, les deux pays prenaient des mesures contre le même ennemi, la Syrie.

Il est impossible d’analyser l’impact régional de la normalisation des relations israélo-turques sans prendre en considération les aspects convergents et divergents des intérêts géopolitiques et géo-économiques de ces deux principaux acteurs de la région.

Dans une analyse coûts-avantages de l’accord de réconciliation Israël-Turquie, les deux pays bénéficient du succès du Premier ministre d’Israël Benjamin Netanyahu et le président turc, Recep Tayyip Erdogan dans la résolution de leur relation tendue.

Comme dans tout accord diplomatique, il y avait des compromis. Chaque côté a concédé certaines choses à l’autre. Israël a présenté ses excuses pour la mort de citoyens turcs, mais n’a pas accepté la responsabilité de l’incident de la flottille du Mavi Marmara 2010 – Israël a exprimé ses regrets pour le résultat final.

La compensation que Jérusalem est prêt à payer 20 millions de dollars d’indemnisation pour les victimes turques de cet incident est négligeable par rapport à la portée potentielle des avantages économiques qu’Israël pourrait tirer de renouveler les relations avec la Turquie. La Turquie, pour sa part, a retiré toutes ses demandes diplomatiques initiales et est maintenant prêt à coopérer pleinement avec Jérusalem, dans la fenêtre que Israël a fixé pour tout organisme international intéressé à fournir une aide humanitaire à Gaza.

Bien que l’accord ne changera pas tout ordre mondial dans la région, ni ne déclenche une période de lune de miel entre les deux pays, il n’y a pas de doute que la diplomatie, la sécurité et les avantages économiques des deux pays gagneront en raison de la normalisation des relations valent beaucoup plus que le prix de compromis.

Cette réconciliation sera avant tout au profit du combat contre le terrorisme et Israël et la Turquie pourront conjuguer leurs efforts à l’encontre de principaux perturbateurs de la sécurité régionale. Il est important de prendre note des grands perdants dans cette affaire. Cette liste inclut l’Iran, le Hezbollah et même le Hamas, qui a échoué dans leurs efforts pour transformer la crise entre Jérusalem et Ankara dans un fossé infranchissable et de transformer la tension diplomatique dans une guerre froide qui aurait dégénéré en conflit politique, économique ou même militaire. En fin de compte, Israël a réussi à empêcher cette possibilité dangereuse.

Dans ce contexte, il est important de noter que, contrairement à ce que la plupart des Israéliens croient, le groupe terroriste Hamas n’est pas dans la poche d’Ankara et ne suit pas aveuglément ses diktats. De même, le fait que le Hamas a une représentation à Moscou ne veut pas dire que le président russe Vladimir Poutine est le maître de chef du Hamas, Khaled Mashaal.

Ankara, Moscou et Riyad font partie d’un système de soutien politique recherché par le Hamas contre lequel Israël doit fonctionner. Tout cela signifie que la capacité d’Israël pour obtenir des concessions du Hamas dans le cadre de l’accord avec la Turquie était limitée ou inexistante pour commencer. Par conséquent, toute discussions ou négociations avec le Hamas doivent être effectuées directement ou par l’intermédiaire d’un médiateur. Il n’y a pas de logique de subordination dans les relations régionales d’Israël à Mashaal et son chef du Hamas compatriote Ismail Haniyeh.

Cet accord ne ramènera pas Israël et la Turquie à l’époque de leur alliance stratégique qui existait il y a environ deux décennies. Mais ce qu’il peut faire est de redessiner les lignes du Moyen-Orient familiers, divisant les Etats et les groupes radicaux qui partagent une haine commune pour Israël et les Etats modérés comme Israël, l’Egypte et la Turquie aux côtés de la Jordanie et de l’Arabie Saoudite, qui se livrent à un dialogue stratégique et même favoriser les liens économiques et la coopération en matière de sécurité.

L’autre facteur  essentiel de la réconciliation est lié par l’intérêt d »Israël de transporter son gaz sur le marché européen qui est plus rentable et important dans l’aspect géostratégique. La restauration des relations diplomatiques entre la Turquie et Israël après une pause de six ans crée une nouvelle impulsion pour les alliances régionales dans l’exploration, le développement et l’exportation d’hydrocarbures dans la Méditerranée orientale. A la suite de l’interruption des pourparlers en 2015 par Amman les partenaires Noble Energy américain et le Groupe Delek Israël ont déclaré que le plan d’exploitation des champs gazier d’Israël, Tamar et Léviathan sera modifié de manière significative. Les tentatives d’Israël de faire de l’Egypte son principal client pour le gaz, sont tombées à l’eau au vu de la récente découverte de gaz naturel le long de la côte égyptienne par l’ENI italien. Les difficultés liées à la sécurité d’acheminement du gaz à travers la péninsule du Sinaï sous le contrôle des terroristes islamistes ont également soulevé des obstacles importants.

Alors Israël cherche des nouvelles options d’exportation afin d’atténuer les risques de tout un pays qui pourrait suspendre les exportations pour des raisons politiques et de maximiser l’effet de levier commercial pour garantir les prix les plus élevés pour les ventes de son gaz.

Dans ce scénario actuel tous ces facteurs géopolitiques et commerciaux de la région seront probablement conduits à partir de Tel-Aviv afin de construire un gazoduc destiné à l’exportation du gaz en provenance d’Israël vers la Turquie, l’ancien allié. Le partenariat Noble Energy-Delek, qui a découvert du gaz naturel dans les eaux territoriales d’Israël, semble avoir fait des progrès considérables dans la planification de transport du gaz naturel vers l’Europe via la Turquie. La construction d’un gazoduc d’Israël vers la Turquie pourrait aussi considérablement améliorer la position régionale d’Israël. Autrement Israël pouvait avoir une opportunité rentable sur l’accès au marché européen de l’énergie, le plus grand consommateur du Monde. De l’autre côté Israël pouvait renforcer ses positions et son poids politique en Europe où souvent il subit des sanctions ambivalentes à l’égard de l’exportation de ses produits à l’UE.

Le gouvernement de  Netanyahu pousse de toutes ses forces pour accélérer l’exploitation du gaz naturel en Méditerranée. Son cabinet restreint avait pris fin juin la décision exceptionnelle de déclarer l’exploitation de cette manne comme relevant de la sécurité nationale, échappant donc aux lois contre les monopoles. Pour cela le Premier ministre d’Israël Benjamin Netanyahu voit les exportations de gaz naturel comme un moyen de renforcer de façon permanente la position géopolitique d’Israël sur l’échiquier mondial en améliorant bien ses relations avec les pays voisins, même européens.

La région a besoin beaucoup de connectivité pas division. Comme nous entrons dans l’année 2016, nous sommes dans une période où nous devons encore améliorer nos connexions avec non seulement nos voisins mais aussi des pays du Monde. Membre de l’OTAN, la Turquie a longtemps été perçue comme le principal allié régional de l’Etat juif.

La nécessité d’une entente entre Israël et la Russie, l’Egypte et même la Grèce et Chypre, peut avoir retardé l’affaire, mais ils étaient essentiels au maintien de l’équilibre régional du pouvoir. En fait, la Russie, aussi, a évité de couper les relations avec Ankara après qu’un avion russe a été abattu par l’armée turque il y a environ un an; et la Grèce a même une ambassade opérationnelle dans la capitale turque. En d’autres termes, la normalisation des relations entre Israël et la Turquie ne sont pas un processus susceptible d’endommager les liens de Jérusalem avec ses anciens et nouveaux amis dans la région.

Oui, l’Egypte considère toujours la Turquie comme un ennemi amer et ne sont pas prêts à normaliser les relations avec elle, mais même le Caire est prêt à admettre l’importance de l’accord de réconciliation entre Israël et la Turquie. La Turquie ne peut plus utiliser la question israélienne, au nom de l’Islam, d’imposer sa volonté sur le monde arabe et musulman. A partir de maintenant, la Turquie doit être conscient de ses limites et ses intérêts nationaux, qui exigent souvent la retenue et le pragmatisme, et le dialogue avec Israël.