Comme vous tous je condamne dans les termes les plus forts l’effroyable attentat qui a fait 4 morts et 16 blessés hier soir à Tel-Aviv et adresse mes sincères condoléances aux familles des victimes.

Ido Ben Ari, Ilana Neve, Michael Feige, Mila Mishayev ont été lâchement assassinés de sang-froid au marché de Sarona, lieu emblématique de la douceur de vivre de Tel-Aviv, comme les cafés pris pour cible par Daesh le 13 novembre le sont de l’art de vivre parisien…

De Paris à Tel-Aviv, de Bruxelles à Jérusalem, c’est le même terrorisme qui frappe en ce début de Ramadan au nom du djihad mondial, qui a déclaré la guerre à notre civilisation.

Il est grand temps que la France et le monde libre ouvrent les yeux et se tiennent de façon inconditionnelle aux côtés d’Israël qui défend nos valeurs et qui, depuis 70 ans, est en première ligne contre le terrorisme…

Cette guerre n’est pas un conflit de territoires mais une bataille pour nos valeurs et une certaine conception de l’homme et de la société !

Sans grand étonnement, je suis écœuré par la réaction des officiels palestiniens. Si le Hamas a loué une « action héroïque », l’OLP, dirigée par Mahmoud Abbas, a déclaré “que ceux qui ont perpétré l’attaque de Sarona […] donnaient ‘une réponse naturelle aux violations de l’occupation israélienne’”…

Voilà « les hommes de paix » qui trouvent naturel de massacrer des civils dans un café, à qui Anne Hidalgo, Maire de Paris, a remis le 21 septembre 2015 la Médaille Grand Vermeil, plus haute distinction de la Ville de Paris ou à qui on déroule le tapis rouge aux quatre coins de la planète !

Sans parler de l’ignoble Aya Ramadan, militante du groupuscule raciste «Parti des Indigènes de la République», qui s’est publiquement félicitée ce matin de l’attentat … Je prends acte que Gilles Clavreul, excellent délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, ait décidé de saisir la justice pour « apologie du terrorisme »…

Je me suis entretenu la nuit dernière avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui s’est immédiatement rendu sur les lieux à son retour de Moscou, à qui j’ai apporté, au nom des Français d’Israël, mon soutien le plus fraternel. Je ne doute pas que sa détermination permettra de punir les auteurs et renforcer la sécurité d’Israël, seul bastion démocratique et dernier rempart contre le djihadisme dans cette région du monde.