Comme il fallait s’y attendre, les Jeux Olympiques de Rio ont donné lieu à un triste spectacle de haine et de discriminations à l’égard d’Israël et d’athlètes israéliens dont certaines Nations et fédérations sont bien coutumières.

Avant la cérémonie d’ouverture, des sportifs libanais ont refusé de laisser monter les athlètes israéliens dans le bus qui devait les conduire au stade Maracana. De même, une judokate saoudienne aurait déclaré forfait en « simulant une blessure » pour ne pas rencontrer une judokate israélienne. Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes demandent que le judoka égyptien Islam El Shehaby fasse de même en n’affrontant pas le judoka israélien Or Sasson. Et encore, les jeux ne sont pas terminés.

Les boycotts contre des athlètes israéliens sont fréquents, aussi bien durant des Jeux Olympiques que des championnats du monde. Il y a de quoi s’étonner de telles récidives alors qu’elles sont en totale contradiction avec les règles du CIO, l’esprit des Jeux Olympiques et l’esprit sportif le plus élémentaire.

Rappelons que dans l’Antiquité, les Jeux Olympiques ont été instaurés pour permettre aux Cités grecques de mettre de côté leurs rivalités et guerres épisodiques pour se retrouver dans un élan de fraternité et honorer ensemble les dieux de l’Olympe avec leurs meilleurs sportifs.

C’est cet esprit de rencontres sportives pacifiques entre les Nations malgré les temps de guerre qui animait Pierre de Coubertin (1863-1937), rénovateur des Jeux Olympiques modernes et fondateur du Comité International Olympique (CIO) en 1894. L’Europe était pourtant encore traversée par des esprits belliqueux. Le XIXème siècle était rempli de guerres entre les empires européens. Les guerres napoléoniennes et la guerre franco-prussienne (1870-1871) nourrissaient encore des ambitions revanchardes. La rivalité entre les empires européens était au beau fixe, avec une course effrénée aux colonies et des alliances militaires qui préfiguraient la Première Guerre mondiale [1].

Hélas, depuis les Jeux Olympiques de Berlin de 1936, l’histoire a démontré que ces jeux pouvaient aussi être détournés de leur esprit initiale pour servir de propagande à des idéaux et des régimes politiques bien éloignés d’ambitions pacifiques. C’est encore ce détournement de l’esprit initial des Jeux Olympiques que pratiquent certains athlètes et certaines fédérations sportives de pays du Moyen-Orient contre ces athlètes israéliens.

On profitera aussi de cette tribune pour fustiger la propagande pour l’Islam politique qui est aussi faite et rappeler au passage que dans l’Antiquité, les Jeux Olympiques se faisaient nus.

N’en déplaisent aux islamistes qui veulent couvrir intégralement le corps des femmes athlètes, comme on a pu le voir dans cette photo de Beach Volley qui a fait le tour du monde opposant une volleyeuse égyptienne intégralement voilée contre une volleyeuse allemande en maillot deux pièces. Ces fédérations qui font du zèle religieux devraient déjà s’estimer heureuses qu’il ne soit plus nécessaire aujourd’hui d’être nus pour participer aux Jeux Olympiques. Mais on en viendrait à regretter les règles antiques.

————————————————

[1] Alliances militaires qui ont donné la Triple Entente, d’une part, (République Française, Empire britannique, Empire de Russie) et la Triple Alliance, d’autre part (Empire allemand, Empire austro-hongrois, Empire ottoman).