Toutes les guerres donnent l’impression que les pulsions de mort sont les forces qui gouvernent les hommes.

Le monde moderne n’y échappe pas ; ce monde qui offre un spectacle de mort et de désolation, où les seuls progrès sont ceux de la fiabilité des dernières technologies militaires : l’intelligence des hommes n’a pas de limite quand il s agit d inventer de quoi tuer son prochain, à commencer par le couteau de cuisine pour arriver aux drones tueurs.

Une culture de la haine s’installe durablement au moyen-orient : haine de tous contre tous. On a dépassé le traditionnel antagonisme israélo-palestinien pour un autre beaucoup plus dévastateur celui des arabes contre les arabes, des musulmans contre d’autres musulmans.

Il s’agit d’une folie auto-destructrice qui ne s’arrête pas, avec des guerres qui font le bonheur des complexes militaro-industriels qui y trouvent leur compte en vendant leurs marchandises de mort aux uns et aux autres.

Même les plus pauvres de la planète s’offrent de quoi s’entretuer : les somaliens et les yéménites n’ont pas de quoi manger mais disposent de fusils et de munitions.

Se tuer et se faire tuer devient un projet de civilisation pour les nécrophiles.

Une restauration de la rationalité face à la folie doit être l’urgence de tout le monde.

Seule la sagesse peut résoudre les conflits, car  » on peut tout faire avec les baïonnettes sauf s’assoir dessus  » disait Napoléon Bonaparte!