C’est un Gad volubile, enthousiaste et manifestement heureux de retrouver les siens, qui s’est produit lundi 15 mai 2017 au Centre Chabad de Cote St Luc à Montréal, Canada.

Devant un parterre trié sur le volet, soirée bénéfice oblige, Gad a révélé combien sa tendre enfance au Maroc avec le Rabbin Raskin père, avait été un moment charnière dans sa jeunesse.

Déjà à l’époque, il imitait le Rabbin Raskin à l’accent Yidish prononcé qui s’évertuait à réclamer des enfants, qu’ils accomplissent des mitsvot. Qui ne se souvient du fameux chant (WE WANT MASHIAH NOW) entonné, à l’époque, dans plusieurs langues notamment le judeo-arabe.

Gad a même gratifié l’audience, de sa version en arabe du We want Mashiah Now, en fin de spectacle.
Un spectacle au demeurant donné dans un cadre convivial voire familial et où le stand-up comic s’est livré à une discussion à bâtons rompus avec l’audience, comme on le ferait au tour d’un verre de thé à la menthe.

C’est un Gad conscient de ses origines juives marocaines, qui s’est produit devant un auditoire fortement composé de séfarades marocains et de quelques ashkénazes venus supporter l’œuvre du Rabbin Raskin de Cote St Luc.

Il a longuement fait état de son installation à New-York et a ainsi produit un spectacle bilingue passant, allègrement de l’anglais au français. Un anglais bien articulé, sans accent et qu’il maitrise parfaitement bien qu’il s’en défende.

Il a aussi rappelé son passage à Montréal durant son adolescence où il a fréquenté l’école séfarade Maimonide, le Cegep St Laurent et même l’Université de Montréal.

Gad qui s’exprime en arabe marocain, en hébreu, en français et en anglais, a rappelé qu’il avait effectué son premier voyage à New-York à l’occasion d’une visite du Rabbi Loubavitch Menachem Schneerson, depuis Montréal ,voyage au cours duquel le Rabbi lui avait remis un dollar.

Le Rabbin Raskin de Montréal lui a remis notamment un encadrement de cette visite au Rabbi à New-York ainsi qu’une paire de Tefilines pour l’encourager à les porter.

Il a déclaré qu’il le ferait BLI NEDER…

Gad Elmaleh a innové en matière de show STAND UP COMIC… En ce qu’il a marqué une pause durant son spectacle pour inviter l’audience à lui poser des questions : c’est généralement inusité en ce sens que les stand up comic préfèrent ne pas se faire interrompre durant leur show afin de ne pas perdre le fil des idées. Mais lui, n’a pas hésité à échanger avec l’assistance, tant il se sentait en terrain de connaissance, voire presque en famille !

Ce qui ressort de ce spectacle d’une heure au Centre Chabad de Montréal, spectacle offert par Gad, c’est qu’il a effectué une espèce de retour aux sources et des retrouvailles avec un milieu qui lui est familier. C’est un Gad attaché à ses origines juives séfarades marocaines, versé dans la connaissance de la Torah et qui nous a dévoilé un aspect de sa personnalité peut être un peu méconnue.

Un peu la rançon de la gloire : son ascension dans les hautes sphères du monde artistique donnait l’impression qu’il avait pris ses distances par rapport à ses origines séfarades marocaines : il n’en est rien comme il l’a habilement démontré durant son dernier spectacle au Centre Chabad.

Certes, Gad par sa notoriété a-t-il évolué dans des milieux non-juifs, mais il reste qu’on a senti un grand sentiment d’appartenance à la fois au judaïsme mais aussi au Maroc, son pays natal.

Gad Elmaleh est à l’heure actuelle, l’un des plus grands humoristes français et il a décidé de développer davantage sa notoriété en prenant d’assaut le géant américain : SKY IS THE LIMIT.

Durant tout le spectacle, il n’a cessé de clamer son admiration pour les mouvements Chabad et particulièrement celui du Maroc qu’il a fréquenté durant sa jeunesse.
Aussi, l’auditoire a-t-il eu droit au fameux clivage ashkenaze-séfarade… pour les dons aux synagogues…

Bref un retour aux sources empreint de cordialité, chaleur et un passage obligé avant de retrouver son univers artistique qui le mènera en tournée en Europe, aux Etats-Unis et au Canada prochainement.

Pour finir en apothéose sa tournée québécoise, Gad Elmaleh a été décoré par le Premier Ministre du Québec Philippe Couillard de l’insigne de Chevalier de l’Ordre National du Québec. Il avait été nommé Chevalier en 2014 mais, n’avait pu recevoir son insigne.

De passage au Québec pour le spectacle Bonne fête Montréal, qui célèbre les 375 ans de la métropole, l’humoriste et comédien a été officiellement accueilli au sein de l’Ordre.

Parmi les récipiendaires de ce titre, notons, Patrick Bruel, Isabelle Boulay et Kent Nagano. Il faut enfin souligner, que ce genre de titre est décerné à « des personnalités éminentes qui ont contribué à l’édification d’une société québécoise créative, innovante et solidaire ».