Je ne suis pas certain qu’il y ait une guerre de civilisation au sens de la thèse développée par Mr Huntington et utilisée notamment par les « néo-cons » américains et d’autres pour justifier et conduire les guerres notamment en Afghanistan et en Irak avec les résultats connus aujourd’hui (retour des talibans en Afghanistan, création d’un Etat djihadiste à la place de l’Irak, à savoir le néo-califat dirigé par Mr Al-Bagdhadi et sa Rolex !, disparition de l’Etat syrien avec le massacre de sa population…).

Ces néo-conservateurs américains ont été remplacés par une nouvelle administration américaine dirigée par un Président qui ne répond pas aux attentes suscitées par son élection, faute d’avoir une véritable vision et une stratégie géopolitique cohérente et clairement définie. Son administration a initié un « printemps arabe » qui fait aimer l’automne, pour finalement revenir en arrière en réinstaurant ou laissant perdurer des dictatures militaires.

Le Président de cette administration n’a pour l’instant pas justifié le prix Nobel de la Paix qui lui a été décerné par anticipation, faute d’avoir été en mesure de mettre en place une véritable politique internationale fondée sur le développement et le partage de la connaissance pour contrecarrer les dégâts causés par les néo-conservateurs avec leur doctrine fondée sur la prétendue guerre de civilisation.

En effet, je ne crois pas à la guerre de civilisation. Je pense en revanche qu’il y a un combat entre, d’une part, les peuples et les sociétés qui souhaitent fonder leur développement et leur futur sur l’intelligence et l’innovation notamment technologique, et, d’autre part, les membres de certains peuples et de certaines sociétés (les « structures archaïques » de pouvoir politique, religieux et social et les dirigeants de multinationales tentaculaires, obsédés par l’argent en tant que finalité et donc dénués de toute éthique) qui veulent maintenir à tout prix l’équilibre statique du monde ancien et donc leur pouvoir en utilisant le fanatisme religieux, la misère sociale, l’argent, la corruption, la haine, le racisme et l’antisémitisme, mais aussi la technologie créée par d’autres pour asservir et tyranniser les peuples…

L’issue de ce combat semble connue d’avance au regard du cours de l’Histoire de l’Homme depuis qu’il s’est redressé….

Mais cette évolution inexorable a et continuera encore pour un temps long à l’échelle de la vie humaine a avoir un coût social lourd jusqu’a l’émergence et la mise en place des nouvelles structures d’organisation et de fonctionnement des sociétés du futur…

L’ère des Etats nations touche sans doute à sa fin au profit de l’ère des Cités et des communautés urbaines organisées gérées directement par les peuples au moyen de technologies de décision nouvelles… La démocratie directe par tous les membres des peuples et des sociétés humaines grâce aux technologies de l’information…

Le conflit actuel entre Israël et le Hamas me semble être une « petite » illustration de ce combat et de cette évolution (sans doute sous un angle bien sombre). Les terroristes du Hamas et du Jihad islamique envoient n’importe où, à l’aveugle, des roquettes artisanales et des missiles fabriqués en Iran et en Corée du Nord introduits par des tunnels souterrains inspirés du moyen-âge et des mines du 19e siècle, stockés et tirés à partir de maisons de civils, en prenant en otage et comme cible humaine tout un peuple et en exploitant la misère sociale et le sous-développement éducatif et culturel imposés par ses dirigeants en dépit des fonds reçus du monde entier.

En face, une société, un peuple qui a majoritairement choisi de fonder son futur sur l’innovation et les technologies de l’intelligence, en dépit de la résistance d’une fraction conservatrice minoritaire tombée dans ou tentée par le fanatisme religieux et l’intolérance pour essayer de maintenir le statu quo…

Bien qu’elle soit encore contrainte d’utiliser des moyens militaires de l’ancien monde, cette société utilise pour la première fois de manière aussi efficace et extensive des moyens technologiques pour assurer la défense passive de sa population (« Iron Dome », systèmes d’alerte électroniques relayés par des applications sur Smartphones, ouverture automatique des abris en moins de 5 secondes grâce à l’utilisation de technologies de l’information…).

Dans le même temps, cette société est devenue une « nation start-up » avec une ville, une Cité telle que Tel-Aviv considérée comme l’une des plus innovantes au monde tant au regard de sa capacité en matière de création, d’innovation et de recherche appliquée dans tous les domaines qu’au regard de l’acceptation par sa population de l’innovation et du changement sans crainte et sans nostalgie pour le monde ancien….

A titre d’exemple, cette ville a fait le pari du premier moyen de transport magnétique (« SkyTran ») sans se poser la question du coût, du temps de développement et de la mise au point de cette technologie…

Ce choix en faveur d’une société du futur fondée sur l’innovation et les technologies de l’intelligence a certes un coût conjoncturel résidant dans un déséquilibre social important et une forme de paupérisation d’une partie de la population. Mais ce coût semble avoir été accepté par cette société et ce peuple dans l’attente de l’établissement d’un nouvel équilibre fondé sur des structures sociales et politiques nouvelles car il est inhérent au choix opéré pour assurer son devenir. Ce choix est sans doute le seul possible pour le peuple d’Israël pour survivre dans une région où le combat entre le « monde ancien » et l’émergence inexorable des structures sociales, politiques, éthiques et économiques du futur est particulièrement « aigu »….

En tant que citoyen vivant dans la vieille Europe incapable d’échapper à ses structures anciennes, j’envie les citoyens d’Israël et notamment les résidents de Tel-Aviv en dépit de la difficulté actuelle de leur quotidien et du défi éthique auxquels ils sont confrontés en vivant à coté d’une société palestinienne prise en otage par des dirigeants du passé iniques et corrompus….

Viendra le temps où ces dirigeants auront été balayés et où la société israélienne pourra partager avec ses voisins les fruits du choix opéré pour fonder son futur, un futur commun reposant sur des Cités et des communautés urbaines israélo-palestiniennes….