Hier (le 19.4.17), lors de la Commission à la Knesset discutant des conclusions du Rapport du Contrôleur d’Etat sur la guerre Tsouk Eitan (Bordure Protectrice), nous avons vécu à la Knesset un des moments les plus difficiles, où nous avons tous ressenti de la colère et de la honte.

Deux Députés du Likoud, David Bitan (qui est à la tête de la coalition) et Micki Zohar, se sont confrontées de manière odieuse aux familles endeuillées, qui sur la base du Rapport du Contrôleur, ont accusé principalement le Premier Ministre de la mort de leur être cher, fils, petit-fils ou mari, tombés lors de Tsouk Eitan.

En effet, nous savons depuis 50 jours, depuis la publication du Rapport, que cette guerre aurait pu être évitée, et certainement de nombreuses graves erreurs et lacunes aussi.

La seule conclusion possible est, comme l’ont dit la plupart des familles endeuillées, de tout faire ce qui est en notre possible pour éviter la prochaine guerre.

Notre Mouvement « Les Femmes pour la Paix » (Women Wage Peace) était une des rares organisations (et la seule vue sur place hier) à être conviée à participer à la discussion.

Voici la traduction adaptée au Français du discours pour la Commission, au nom du mouvement « Women Wage Peace ».

Shalom,

Je m’appelle Marie-Lyne Smadja et j’exprime ici la position de Women Wage Peace concernant le Rapport du Contrôleur d’Etat sur la guerre Tsouk Eitan. Une des conclusions importantes de ce rapport est que le gouvernement n’a pas pris en compte les options politiques possibles afin d’éviter cette guerre.

Le mouvement Women Wage Peace a été créé suite à la guerre Tsouk Eitan, car nous pensons que de trouver des alternatives politiques à la guerre est une nécessité absolue pour notre pays. Deux ans et demi après la création de notre mouvement, les conclusions du rapport soutiennent notre position.

Depuis la publication du rapport, nous nous rassemblons tous les jours, avec détermination et persévérance, devant le Ministère de la Sécurité, afin d’exiger que les conclusions du rapport soient appliquées, et que tout soit mis en place pour éviter la prochaine guerre.

Nous nous adressons à notre Premier Ministre afin qu’il mette en œuvre le processus politique à la résolution du conflit avec les Palestiniens, et qu’il utilise à juste escient la période propice actuelle. Car tout ce qui est en notre pouvoir doit être mis en place, afin de nous d’assurer aux citoyens israéliens sécurité et paix.

Des dizaines de milliers de femmes, et d’hommes, soutiennent Women Wage Peace. Nous sommes des femmes de Gauche, Centre et Droite, juives et arabes, de la périphérie et du centre du pays.

Par amour pour notre pays, et pour les futures générations, nous avons décidé de surmonter nos controverses et de nous unir malgré nos idées politiques différentes.

Les femmes représentent 51% de la population. Quand les femmes sont impliquées dans les décisions politiques, cela augmente considérablement la possibilité de résoudre les conflits.

C’est notre droit le plus absolu en tant que citoyennes, et aussi du fait que nous payons cher le prix des guerres et du manque de sécurité. Ainsi, nous exigeons que les femmes soient totalement impliquées dans les décisions politiques et le processus de paix.

Nous nous adressons aux élus politiques – il est de votre devoir moral et civil de surmonter les controverses internes, d’agir, d’initier, d’œuvrer jour et nuit afin de trouver une solution respectable au conflit.

Nous soutiendrons tout acte dans ce sens. Car il est question de ce qui est le mieux pour la société israélienne dans son ensemble. Car il est question de vie et de mort. Car il est question de notre avenir et de l’avenir de nos enfants.

Les femmes de Women Wage Peace exigent d’agir conformément aux conclusions du Rapport du Contrôleur d’Etat.

Merci beaucoup.