Chers amis,

Cette semaine, mon émission sera consacrée à Daniele et Diana Barcelo Guez, qui nous parleront du 28 rue de Marseille à Tunis, puis de Racines Tunisiennes.

Au 28 rue de Marseille de Daniele Barcelo Guez

Une ville de la Méditerranée une rue très fréquentée un vieil immeuble c’était au deuxième étage à droite en plein centre-ville une simple association de couleurs les teintes vert et jaune paille des rideaux me laisse un moment perplexe et c’est le moment le désir impérieux pour l’auteur de retourner au pays natal après des siècles d’absence je veux retourner à Tunis c’est devenu pour moi une nécessité vitale.

Je veux retourner à Tunis c’est devenu pour moi d’une nécessité vitale absolue comme l’air que je respire mais l’angoisse de ne plus retrouver ses repères, la villa, beaucoup de rues ont changé de nom. Miracle, la rue de Marseille est toujours là ! Ce témoignage autobiographique complète un élément du puzzle patrimoine commun de tous les déracinés, dont l’auteure Daniele Barcelo-Guez.

Racines tunisiennes par Daniele Barcelo Guez

Originaire de Tunisie, fille d’un militaire de carrière Danielle Barcelo-Guez après 15 ans passés en France entre froidure grisaille et déménagement vit désormais à Alicante en Espagne loin de sa terre natale. Elle n’en connaît pas moins la nostalgie du pays natal qui imprègne la vie des juifs de Tunisie en exil.

Une mère et sa fille décident d’effectuer pour la première fois ensemble un voyage au pays de leurs ancêtres et acquiert peu à peu la certitude que cette terre qu’elle croyait perdue leur appartient néanmoins encore et toujours dans ce récit où Danielle Barcelo-Guez tente de mettre en lumière les relations que les descendants en n’ayant pas connu la terre de leurs ancêtres peuvent entretenir avec cette même terre.

Bonne écoute et bon partage.