Chers amis,

Les Productions du Golem et Murielle Levy Abitbol ont filmé les communautés juives d’Azerbaïdjan, de Bakou, de Guba, et d’Ogouz.

Le fait de parler d’une «vie juive» en Azerbaïdjan constitue en soi à la fois une source de surprises, un élément d’étonnement et une réalité peu connue. Qui aurait pu penser que dans un pays musulman chiite laïc, non seulement une totale liberté religieuse existe, mais qu’aucun obstacle n’est mis quant à l’identification totale des Juifs azéris avec Israël ? Les drapeaux et emblèmes nationaux et israéliens figurent dans les bureaux des dirigeants ou des secrétaires communautaires.

La communauté juive d’Azerbaïdjan, dont environ trois quarts des membres vivent à Bakou, est essentiellement divisée en deux catégories: les Juifs d’origine persane connus sous le nom de Juhuro, Yehoudim Harririm, Juifs des Montagnes, et les Juifs ashkénazes. Il y a aussi une toute petite communauté de Juifs en provenance de Géorgie.

Rappelons brièvement que les Juifs des Montagnes sont venus s’installer à Bakou après avoir vécu plusieurs centaines d’années au pied du Caucase, où ils menaient la même vie que leurs voisins musulmans, des paysans et des montagnards dont ils avaient adopté le style de vie tout en restant intimement liés aux us et coutumes, aux traditions, à la culture et aux exigences d’une vie religieuse juive.

En fait, ils avaient réussi à s’assimiler à la société azérie tout en gardant leur identité et leurs traditions fondamentales juives. A Bakou, il y a aujourd’hui trois synagogues (ashkénaze, harririte et géorgienne), une petite yeshiva, une école juive qui porte le nom de «Hebrew Language School» et qui compte environ 300 élèves, et un centre israélien qui offre beaucoup de programmes éducatifs. La bienfaisance, la santé ainsi qu’un certain nombre d’activités culturelles sont organisées par la Société féminine.

Bonne écoute et bon partage