Les électeurs israéliens se rendront donc aux urnes mardi prochain pour élire la vingtième Knesset.

Alors que l’on pouvait s’attendre, vu la situation de crise dans laquelle se trouve le pays, à une campagne électorale où auraient été abordées toutes les questions de fonds qui sont déterminantes pour l’avenir de la région, on ne retiendra de celle-ci que la question, existentielle certes, des consignes des bouteilles que Mme Netanyahou récupérait pour les vendre aux supermarchés ou encore celle des films affligeants de propagande électorale qui circulent sur les réseaux sociaux.

Pas un mot sur la solution du conflit israélo-palestinien, la poursuite des implantations, la nature d’Israël en tant qu’Etat juif et démocratique (cf. à ce sujet Amos Oz sur le site de JCall), la stratégie d’alliance qu’Israël devrait avoir avec les gouvernements arabes modérés face aux menaces islamistes, la prise en compte des aspirations socio-économiques d’une majorité de la population, le renouveau d’un «Etat providence» compatible avec une économie ouverte …

Il y avait heureusement le spectre de la menace du nucléaire iranien dont Netanyahu a abondamment usé pour relativiser les critiques que l’on pouvait lui faire sur sa politique sociale.

Face à la bombe, la question du prix des logements ne pesait pas lourd. Mais justement ce sont sur ces questions sociales que, semble-t-il, le public fera son choix le 17 mars. Et pour l’instant rien n’est joué !

Vous pourrez retrouver  une analyse du rapport des forces politiques selon les derniers sondages: Bibi or not Bibi ?

Il faut s’attendre à un durcissement du ton pendant ces derniers jours de campagne comme le montre les récents propos intolérables de Lieberman prônant la décapitation – à la Daesh – pour les arabes traitres à Israël et que bien évidemment nous condamnons avec la plus grande fermeté.

Pour notre part, et quel que soit le résultat, nous nous mobiliserons dès la constitution du nouveau gouvernement pour remettre au premier plan des questions internationales celle de la reprise des négociations en vue de mettre fin à l’occupation des territoires palestiniens. Et si le futur gouvernement ne prend pas d’initiative en ce sens, nous encouragerons la communauté internationale à le faire.

Le 17 mars au soir, nous vous invitons à participer à la soirée électorale organisée conjointement par LPM et le Centre Medem-Arbeter Ring où plusieurs invités, dont un memebre du bureau de JCall, commenteront dès 20h30 les premiers résultats.

Aidez-nous à lutter contre le scepticisme ambiant. Rejoignez-nous et donnez-nous les moyens de développer notre action.